Attentat de Nice: Pourquoi le tueur Mohamed Lahouaiej Bouhlel a-t-il laissé autant d’indices?

ENQUETE La profusion d’éléments laissés par le tueur de Nice intrigue de plus en plus les policiers…

H. B.

— 

Le camion criblé de balles qui a servi à faire l'attentat à Nice, le 14 juillet 2016. / AFP PHOTO / BORIS HORVAT
Le camion criblé de balles qui a servi à faire l'attentat à Nice, le 14 juillet 2016. / AFP PHOTO / BORIS HORVAT — AFP

Plus de deux mois après l’attentat de Nice qui a coûté la vie à 86 personnes, l’enquête se poursuit avec encore de nombreuses zones d’ombre. Les policiers se posent aujourd’hui beaucoup de questions, notamment sur le très grand nombre d’indices laissés par le tueur, Mohamed Salmene Lahouaiej Bouhlel.

>> A lire aussi : Le scénario, heure par heure, de l’attaque au camion sur la Promenade des Anglais

Quelques minutes avant de passer à l’acte, ce dernier aurait en effet envoyé un étrange SMS, très détaillé, dévoilant le nom de plusieurs de ses « complices » présumés, révèle Le Monde. A 22 h 27, Mohamed Lahouaiej Bouhlel aurait écrit : « Ramzy, je suis passé tout à l’heure au Taxiphone rue Marceau, je t’ai pas trouvé. Je voulais te dire que le pistolet que tu m’as donné avant-hier est très bien. Dis à ton copain qui habite au 7, rue Miollis au 5e étage qu’il nous [en] ramène cinq. Chokri est ses amis sont prêts pour le mois prochain maintenant ils sont chez Walid ».

Des textos et des photos à profusion

En un seul message, le tueur parle ainsi de trois de ses complices, et évoque l’adresse d’un quatrième en précisant même l’étage de son appartement. Mieux encore, Mohamed Lahouaiej Bouhlel prend le soin de photographier une feuille où sont inscrits plusieurs numéros de téléphone, alors que certains figurent déjà dans le répertoire de son portable. Pour les enquêteurs, toutes ces informations semblent avoir été volontairement laissées par le tueur.

>> A lire aussi : Dragueur, violent, non-pratiquant... Le mystère reste entier autour de la personnalité de Mohamed Lahouaiej Bouhel

D’autres indices découverts après le massacre ajoutent du crédit à cette thèse. Les policiers ont en effet retrouvé dans son téléphone de nombreuses photos prises à bord ou à proximité du camion qui a servi à commettre le massacre. Dès le 11 juillet, date à laquelle Mohamed Lahouaiej Bouhlel récupère le camion, l’un des principaux suspects, Mohamed Ghraieb y est photographié à son insu à travers le pare-brise. Un deuxième portrait de lui est pris dans la cabine le 13 juillet. Un autre suspect, Hamdi Zagar, est photographié le même jour devant le camion de 19 tonnes. Et le soir-même, Mohamed Lahouaiej Bouhlel prend en photo un troisième homme, toujours devant le camion.