Les infos du matin: Kim Kardashian attaquée, le pape fait polémique et le «no» des Colombiens

RECAP' « 20 Minutes » compile pour vous les infos qu’il ne faut pas manquer ce matin…

M.C.

— 

Kim Kardashian à Los Angeles le 5 août 2016.
Kim Kardashian à Los Angeles le 5 août 2016. — Matt Winkelmeyer / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Vous avez manqué les infos de ce début de matinée ? On vous a concocté un récap' pour vous aider à y voir plus clair.

Paris : Kim Kardashian attaquée par deux hommes armés dans un hôtel

Kim Kardashian a été attaquée dans la nuit de dimanche à lundi aux alentours de 3 h 40 du matin, de source policière, dans un hôtel parisien de la rue Tronchet (8e) par cinq assaillants armés déguisés en policiers. « Elle est vraiment très sonnée, mais elle est indemne », a déclaré la porte-parole de la star américaine. Kim Kardashian était à Paris pour la Fashion Week lorsque l’agression s’est produite. Selon une source proche du dossier, le garde du corps de la star aurait été menotté. On lui aurait dérobé plusieurs millions d’euros de bijoux. La suite par ici.

Le pape accuse les manuels scolaires français de propager la « théorie du genre »

Les manuels scolaires français propageraient un « sournois endoctrinement de la théorie du genre », selon le pape François. S’exprimant devant les journalistes dans l’avion qui le ramenait à Rome après trois jours dans le Caucase, le pontife argentin a employé l’expression utilisée par une frange conservatrice de la société qui s’inquiète des études et enseignements ouvrant à une perception nuancée des différences entre les sexes.

Les Colombiens rejettent l’accord de paix avec les Farc

Une issue inattendue. La majorité des Colombiens a rejeté dimanche l’accord de paix avec la guérilla des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc) lors d’un référendum serré, mais dont les résultats quasi définitifs remettent en cause ce texte qui devait mettre fin à un conflit armé déchirant la Colombie depuis 52 ans. « Je ne me rendrai pas et continuerai à rechercher la paix », a déclaré le président Juan Manuel Santos, affirmant que le cessez-le-feu bilatéral et définitif, observé depuis le 29 août, « reste valide et restera en vigueur ».