Radicalisation: Une dizaine de cas recensés dans la gendarmerie

SECURITE « Il y a des précautions qui sont prises pour éloigner cette menace », a déclaré le patron des gendarmes…

H. B.

— 

Voiture de gendarmerie. Gendarmes. (Illustration)
Voiture de gendarmerie. Gendarmes. (Illustration) — Alexandre GELEBART/20MINUTES

C’est un constat alarmant. La radicalisation, qui gagne du terrain en France, touche aussi les gendarmes. C’est ce qu’a révélé le nouveau directeur général de la gendarmerie, le général Richard Lizurey qui a évoqué sur RTL « une dizaine de cas de radicalisation » en France.

Le patron des gendarmes a tenu toutefois à relativiser l’ampleur de ce phénomène puisqu’il ne concerne qu’une poignée d’individus sur un effectif total de près de 125.000 personnes.

Des candidats récusés lors de procédures de recrutement

Le général Richard Lizurey a également reconnu que la gendarmerie avait déjà récusé certains candidats lors de procédures de recrutement car ceux-ci présentaient des profils de personnes radicalisées. « Il y a des précautions qui sont prises pour éloigner cette menace », a-t-il précisé.

>> A lire aussi : Plusieurs cas de radicalisation dans la police

En novembre 2013, une gendarme radicalisée avait été découverte en poste à Saint-Maximin dans le Var. Elle consultait même illégalement des fiches administratives et judiciaires.