«Jungle» de Calais: François Hollande promet un «démantèlement complet» d’ici «la fin de l’année»

MIGRANTS Le chef de l’Etat a également promis de revenir avec le gouvernement après l'évacuation...

20 Minutes avec AFP

— 

François Hollande en visite ce lundi matin à Calais.
François Hollande en visite ce lundi matin à Calais. — THIBAULT VANDERMERSCH / POOL

François Hollande s’est montré ferme. En visite à Calais ce lundi, le président a affirmé sa détermination à démanteler « complètement et définitivement » le campement de plus de 7 000 migrants de Calais, surnommé la « jungle ». Il a d'ailleurs précisé que l'évacuation du camp se ferait «d'ici la fin de l'année».

«Je suis donc venu à Calais aussi pour confirmer la décision que j'ai prise avec le gouvernement (...) de démanteler définitivement, entièrement, rapidement, c'est-à-dire d'ici la fin de l'année, ce qu'on appelle la Lande de Calais», a déclaré le chef de l'Etat, précisant qu'il reviendrait avec le gouvernement à Calais «après le démantèlement complet» du camp, lors d'un discours prononcé après la pose de la première pierre de l'extension du port de la ville.

« Il faudra s’y prendre avec méthode et en même temps avec détermination. Il faudra également le sens de l’humain dès lors que nous avons à faire des transferts vers des centres d’accueil et d’orientation ouverts sur l’ensemble » du territoire, a ajouté le chef de l’Etat.

« Des instrumentalisations qui tournent le dos aux principes des valeurs de la République »

« Le gouvernement ira jusqu’au bout » et en prenant, « autant qu’il est possible, une distance par rapport à des instrumentalisations ou des polémiques qui d’ailleurs tournent le dos aux principes des valeurs de la République », a aussi prévenu le président, dénonçant implicitement ceux qui chez Les Républicains brandissent la menace « de mini-Calais » partout en France.

>> A lire aussi : Arrêtez les «bobards» sur Calais et les migrants, lance Bernard Cazeneuve aux élus de droite

François Hollande a par ailleurs demandé aux Britanniques de « prendre leur part dans l’effort humanitaire que la France accomplit » pour évacuer les migrants de Calais désireux pour la plupart de rejoindre le Royaume-Uni. « Je veux dire ma détermination à voir les autorités britanniques prendre leur part dans l’effort humanitaire que la France accomplit ici et continuera à accomplir demain », a-t-il dit.