Les infos du matin: Montebourg fait du classique, un mort à Charlotte et le retour de Kerviel

RECAP' «20 Minutes» compile pour vous les infos qu'il ne faut pas manquer ce matin...

N.Beu.

— 

Arnaud Montebourg, sur le plateau de France 2, jeudi 22 septembre.
Arnaud Montebourg, sur le plateau de France 2, jeudi 22 septembre. — France 2

Vous avez manqué les infos de ce début de matinée ? On vous a concocté un récap' pour vous aider à y voir plus clair.

Montebourg fait du classique

Une semaine après Nicolas Sarkozy, Arnaud Montebourg était l’invité de L’Emission politique sur France 2 jeudi. Son directeur de campagne, François Kalfon, promettait « des propositions décoiffantes sur la laïcité, l’éducation ». Les cheveux de Léa Salamé et David Pujadas ont cependant très peu bougé… Le candidat socialiste à la présidentielle 2017 s’est surtout contenté de rappeler ses propositions.  20 Minutes fait le point par ici.

Un mort à Charlotte

La colère ne retombe pas à Charlotte. Pour la troisième nuit, de violents affrontements ont opposé les manifestants et les forces de l’ordre à la suite du décès de Keith Lamont Scott, abattu par la police mardi dans des circonstances troubles. L’information de la soirée, c’est le décès de la personne blessée par balle par un autre manifestant, la veille. Malgré la déclaration de l’état d’urgence, du renfort de la garde civile (armée) et de l’instauration d’un couvre-feu entre minuit et 6 h, il y a encore eu de nombreux débordements. A l’entrée de la ville, la police a tiré des gaz lacrymogènes et tiré des balles en caoutchouc pour disperser les manifestants. Plusieurs centaines de manifestants arpentaient toujours les rues dans le centre de cette ville du Sud des Etats-Unis, sous l’œil des militaires de la Garde nationale, a constaté un correspondant de l’AFP. Le détail dans cet article.

Kerviel sauvé des eaux ?

Cinquante-sept Airbus A320. Une vingtaine de Lionel Messi. Ou encore 355 072 années de smic net. Même huit ans après les faits et quelle que soit l’échelle de valeur choisie, le montant du préjudice au cœur de l’affaire Kerviel - Société générale donne toujours autant le tournis. La cour d’appel de Versailles (Yvelines) va dire, ce vendredi, si l’ancien trader doit verser 4,9 milliards d’euros de dommages et intérêts à la banque qui l’employait. Sa condamnation pénale à trois ans de prison ferme a été définitivement confirmée en 2014 par la Cour de cassation, mais la responsabilité civile de Jérôme Kerviel reste, elle, en suspens. La Société générale se présente toujours comme une « victime » et assure que les « agissements frauduleux » de Kerviel lui ont fait perdre 4,9 milliards d’euros à l’aube de l’année 2008. D’où cette demande de dommages et intérêts. L’ancien trader, lui, conteste le montant même du préjudice et prétend que son ancien employeur était « au courant » de ce qu’il faisait sur les marchés financiers à ce moment-là. On vous explique les ressorts de l’affaire par ici.