Ondes électromagnétiques: Le compteur Linky ne serait pas plus dangereux que les autres

ELECTRICITE Une nouvelle série de mesures montre que le champ électromagnétique des compteurs "intelligents" Linky se situe en dessous des normes…

20 Minutes avec AFP

— 

Un compteur Linky d'EDF
Un compteur Linky d'EDF — ALAIN JOCARD / AFP

Ils ont suscité beaucoup de méfiance… Les compteurs électriques Linky n’émettraient pas de champ électromagnétique plus élevé que les anciens compteurs, selon une nouvelle série de mesures réalisées par l’Agence nationale des fréquences (ANFR), publiée ce jeudi.

L’ANFR a réalisé une nouvelle série de mesures, en laboratoire mais aussi pour la première fois dans des habitations de plusieurs communes. Cette étude permet désormais à l’Agence de « disposer de mesures in situ », a expliqué son directeur, Gilles Brégant.

>> A lire aussi : Le nouveau compteur électrique Linky menace-t-il votre santé, votre liberté et votre sécurité?

Entre 0,25 et 0,8 volt par mètre

« Les mesures que nous avons relevées dans les logements sont venues confirmer celles réalisées en laboratoire, avec un [champ] électromagnétique faible, presque du même ordre que celui des anciens compteurs et qui correspond aux objets électriques du quotidien », a précisé Gilles Brégant.

Selon les mesures relevées par l’ANFR, le compteur Linky émet entre 0,25 et 0,8 volt par mètre (v/m) à 20 centimètres du compteur, le niveau décroissant rapidement à mesure que l’on s’en éloigne. De tels niveaux se situent entre 150 et 350 fois en dessous de la limite réglementaire de 87 v/m, spécifique à la bande de fréquence utilisée par le compteur, a précisé l’Agence.

>> A lire aussi : Le guide pratique des nouveaux compteurs électriques intelligents

L'exception du module pour les appareils connectés

« Il y a eu une mauvaise information sur le sujet, Linky est présenté comme un appareil très puissant et intelligent, ce qui n’est pourtant pas le cas dans sa version de base, il ne le devient que lorsqu’on y ajoute le module permettant de contrôler les appareils connectés du domicile, mais cela ne se fait que sur la base du volontariat et n’est pas encore déployé », a détaillé Gilles Brégant.