Moto et scooters: Le port des gants bientôt obligatoire (car il ne l'était pas)

SECURITE ROUTIERE A partir du 20 novembre, l’absence de port de gants homologués à la norme européenne CE pourra être punie par une amende de 68 euros et la perte d’un point du permis de conduire pour le pilote...

20 Minutes avec AFP

— 

Une paire de gants de moto homologuée.
Une paire de gants de moto homologuée. — David Caudery/Future Pu/REX/SIPA

Un élément de sécurité de plus. Des années après le casque, le port de gants va devenir obligatoire pour les conducteurs et les passagers de motos et de scooters.

A partir du 20 novembre, l’absence de port de gants homologués à la norme européenne CE pourra être punie par une amende de 68 euros et la perte d’un point du permis de conduire pour le pilote.

>> A lire aussi : La Sécurité routière lance une nouvelle campagne pour lutter contre le portable au volant

Le décret « relatif à l’obligation de porter des gants pour les conducteurs et les passagers de motocyclette, de tricycle à moteur, de quadricycle à moteur ou de cyclomoteur », a été publié mardi au Journal officiel, afin de « limiter les blessures graves aux mains et aux avant-bras ».

Une dérogation est toutefois accordée aux usagers de ces véhicules lorsque ceux-ci sont équipés à la fois de ceinture de sécurité et de portière.

Le Comité interministériel de la sécurité routière (CISR) avait décidé le 2 octobre 2015 de rendre obligatoire le port de gants certifiés CE pour les usagers de deux-roues motorisés. Ils sont déjà indispensables depuis janvier 2013 pour passer le permis de conduire moto.

12 % des utilisateurs de deux-roues motorisés rouleraient sans gants adaptés

Sans contester l’utilité des gants, la Fédération française des motards en colère (FFMC) a fustigé une mesure « cosmétique » décidée par les « pères Fouettard de la sécurité routière gouvernementale ».

« Ce n’est pas contre le port des gants que la FFMC proteste, mais contre le fait qu’ils deviennent “obligatoires” sous la menace d’une verbalisation et d’un retrait de points sur le permis de conduire alors qu’aucune vie n’est en jeu et que le non-port des gants ne menace pas l’intégrité d’autrui », affirme-t-elle dans un communiqué.

« En matière de sécurité routière, il vaut mieux inciter qu’obliger », estime-t-elle.

En France, 12 % des utilisateurs de deux-roues motorisés roulent sans gants adaptés, selon une enquête TNS Sofres citée dans le communiqué gouvernemental.

La Sécurité routière souligne que les blessures aux mains sont très courantes puisque le premier réflexe est de les mettre en avant en cas de projection au sol. Lors d’un accident, avec des gants épais, les blessures aux mains sont atténuées ou évitées dans 95 % des cas pour les motocyclistes et 87 % des cas pour les cyclomotoristes, selon une étude MAIDS (Motorcycle Accident In Depth Study).