Sécurité routière: «En 2015, 956.000 points de permis ont été retirés à des automobilistes pris le téléphone à la main»

INTERVIEW Emmanuel Barbe, le délégué interministériel à la sécurité routière, détaille la stratégie du gouvernement pour lutter contre l’usage portable au volant…

Delphine Bancaud

— 

Le téléphone, un des distracteurs les plus dangereux au volant.
Le téléphone, un des distracteurs les plus dangereux au volant. — SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Quitter les yeux de la route peut coûter très cher sur la route. Alors que la Sécurité routière lance ce mardi une nouvelle campagne d’affichage contre les dangers du téléphone au volant révélée par 20 minutes, Emmanuel Barbe, le délégué interministériel à la sécurité routière, fait le point sur la stratégie du gouvernement pour lutter contre ce fléau.

>> A lire aussi : La Sécurité routière lance une nouvelle campagne pour lutter contre le portable au volant

Combien d’accidents de la route sont dus à l’utilisation du téléphone portable chaque année ?

Au moins un accident sur dix, sachant que ce chiffre est forcément sous estimé. Car lorsqu’un choc se produit, le téléphone vole généralement dans l’habitacle et les forces de police n’ont pas forcément les moyens de prouver que l’accident est dû à l’utilisation du téléphone portable. Ce que les statistiques montrent avec précision c’est que le fait de textoter multiplie par 23le risque d’accident. Et que la capacité de réaction d’une personne au téléphone se trouve amoindrie. A 130 Km/h, la distance de décélération lorsque survient un obstacle se trouve ainsi allongée en moyenne de 100 mètres.

>> A lire aussi : Malgré l'interdiction, les conducteurs continuent à téléphoner au volant

Les smartphones sont-ils responsables de la hausse de la mortalité routière depuis 2014 ?

L’explosion des smartphones a eu lieu en 2012. On peut donc penser qu’elle a joué un rôle dans la reprise à la hausse de la mortalité routière, même si aucune étude ne l’atteste. Car les différentes fonctionnalités du portable ont suscité une forme d’addiction des Français pour leur téléphone. Et la conscience du danger que représente l’utilisation du portable au volant a du mal à émerger.

Combien de PV ont été dressés pour utilisation du portable au volant ?

En 2015, 956.000 points de permis ont été retirés à des automobilistes qui avaient été pris le téléphone à la main. Ce qui représente plus de 318.000 automobilistes sanctionnés pour ces faits. Et entre le 1er juillet 2015 et le 31 décembre 2015, date de l’entrée en vigueur de l’interdiction des oreillettes ou des casques audio au volant, 7.215 personnes prises en flagrant délit d’utilisation de ces dispositifs ont été verbalisées.

>> A lire aussi : Téléphoner au volant: «Je suis conscient du danger, mais c'est plus fort que moi»

Plusieurs associations qui militent pour la sécurité routière, estiment cependant qu’il n’y a pas assez de contrôles sur les routes…

Mais il y en aura bientôt davantage grâce à la loi de modernisation de la justice du XXIème siècle, qui sera adoptée définitivement en octobre. Elle donnera bientôt la possibilité de verbaliser l’utilisation du portable au volant sur la base d’images vidéos ou de photos. La constatation des infractions sera donc plus facile et les mauvais comportements davantage sanctionnés.

Quels outils avez-vous mis en place pour aider les automobilistes à lâcher leur portable au volant ?

Nous avons lancé en janvier 2015 l’application gratuite « Mode conduite » qui met automatiquement votre téléphone portable en vaille lorsque vous êtes au volant et envoie un message d’indisponibilité à ceux qui cherchent à vous joindre. Elle enregistre à ce jour 100.000 utilisateurs, preuve qu’elle est utile et efficace.

En juin, le Conseil de l’Europe, a appelé les pays européens à interdire totalement l’usage du téléphone au volant. Qu’en pensez-vous ?

Il faut être réaliste. La connectivité est partout et l’on ne peut pas l’interdire. Il faut faire des règles raisonnables et applicables.