Mort d’Adama Traoré: Le procureur de Pontoise muté (et ce n’est pas une promotion)

JUSTICE Yves Jannier, très critiqué pour avoir caché des informations sur la mort d'Adama Traoré, va changer de poste avant la fin de son mandat...

O. P.-V.

— 

Le procureur Yves Jannier, à Salé, au Maroc, le 30 juin 2011
Le procureur Yves Jannier, à Salé, au Maroc, le 30 juin 2011 — ABDELHAK SENNA AFP

Le procureur de la République de Pontoise, Yves Jannier, va quitter son poste prochainement, rapporte Le Monde. Son nom est revenu dans l’actualité cet été, puisqu’il était responsable de la communication très partielle autour de la mort du jeune Adama Traoré. Il devrait prendre la fonction d’avocat général près de la cour d’appel de Paris, après avis du Conseil supérieur de la magistrature.

Comme le souligne Le Point, ce n’est pas vraiment une promotion : « Généralement, lorsqu’on souhaite se débarrasser de quelqu’un au sein de notre administration, on le nomme avocat général », indique un magistrat à l’hebdomadaire.

Nommé pour sept ans, il part au bout de quatre

Yves Jannier aurait demandé sa mutation avant le début de cette affaire. En poste depuis 2012, il avait pourtant été nommé pour sept ans. Le principal intéressé refuse de répondre aux sollicitations des journalistes pour expliquer ce départ précipité. Mais celui-ci intervient après une série de polémiques sur ses omissions à propos de la mort d’Adama Traoré le 19 juillet à Beaumont-sur-Oise (Val-d’Oise).

>> A lire aussi : Mort d'Adama Traoré: La famille réclame la prison pour les gendarmes

Yves Jannier a parlé dans un premier d’un décès survenu à la suite d’un malaise. Malgré deux rapports d’autopsie, dont l’un souligne que la mort du jeune homme est due à « un syndrome asphyxique » possiblement causé par la manière dont il a été interpellé, le procureur préfère avancer l’hypothèse d’une « infection très grave » (non mentionnée dans l’autopsie), assure qu’il n’y a « aucune trace de violence » et passe sous silence l’asphyxie.

Dans Quotidien mardi, un pompier présent lors de la mort d’Adama Traoré a témoigné du fait que les gendarmes auraient laissé mourir le jeune homme, alors que les officiers qui l’ont interpellé ont reconnu dans leur rapport - remis à Yves Jannier - avoir eu recours au plaquage ventral, qui peut provoquer une asphyxie.