Attentat de Nice: Les consultations chez le psychologue prises en charge

SOINS Elles seront remboursées à hauteur de 50 euros...

20 Minutes avec AFP

— 

Hommage aux victimes de l'attentat de la Promenade des Anglais ˆ Nice qui a fait 84 morts.
Tribute to the victims of the bombing of the Promenade des Anglais which made 84 died in Nice//URMAN_URMAN061/Credit:LIONEL URMAN/SIPA/1607201332
Hommage aux victimes de l'attentat de la Promenade des Anglais ˆ Nice qui a fait 84 morts. Tribute to the victims of the bombing of the Promenade des Anglais which made 84 died in Nice//URMAN_URMAN061/Credit:LIONEL URMAN/SIPA/1607201332 — SIPA

Le temps de la résilience. Les victimes de l'attentat de Nice  pourront bénéficier de dix séances auprès d'un psychologue, a annoncé mercredi la ministre de la Santé Marisol Touraine dans un communiqué.

>> A lire aussi: Vivre avec la menace terroriste : «Un jour, je me suis dit qu’il fallait que je continue à vivre»

«Les victimes, blessés et/ou témoins du drame» pourront bénéficier «sur la base d'une prescription délivrée par leur structure d'accueil, de forfaits de dix séances auprès d'un psychologue, remboursées chacune à 50 euros», fait savoir Marisol Touraine deux mois jour pour jour après l'attentat.

400 personnes blessées

Le 14 juillet, 86 personnes ont été tuées à Nice et plus de 400 personnes blessées, lorsqu'un djihadiste a lancé son camion dans la foule sur la promenade des Anglais. Plus de 30.000 personnes étaient présentes pour assister au feu d'artifice.

>> A lire aussi: Comment prouver qu'on était sur la Promenade des Anglais? Le casse-tête des victimes

«Le dispositif d'urgence médico-psychologique mis en place immédiatement après l'attentat a permis à 3.505 personnes de consulter un professionnel spécialisé dans la psychiatrie de catastrophe, issu du réseau national des cellules d'urgences médico-psychologiques (CUMP)», indique le ministère.

«L'Etat est présent depuis le début aux côtés des victimes»

Un premier renfort de six professionnels a déjà été déployé dans les structures d'accueil médico-psychologique au CHU Pasteur et au Centre hospitalier Lenval de Nice, «financés par le ministère», souligne-t-il, précisant que «la prise en charge des personnes traumatisées dans ces structures est totalement gratuite».

«Grâce à l'engagement exceptionnel des professionnels de santé, l'Etat est présent depuis le début aux côtés des victimes. Il continuera à assumer ses responsabilités, en déployant tous les moyens pour s'assurer qu'elles bénéficient d'un accompagnement adapté tout le temps qu'elles en ont besoin», déclare la ministre citée dans le communiqué.