Attentats déjoués à Paris: Les suspectes «téléguidées» depuis la Syrie

TERRORISME Le procureur de la République de Paris s'est exprimé en fin d'après-midi...

Clémence Apetogbor
— 
Le procureur François Molins, lors d'une conférence de presse, après l'attentat de Saint-Etienne du Rouvray, le mardi 26 juillet.
Le procureur François Molins, lors d'une conférence de presse, après l'attentat de Saint-Etienne du Rouvray, le mardi 26 juillet. — GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

« Un commando terroriste composé de femmes totalement réceptives a l’idéologie mortifère » de l’organisation de l’Etat islamique a été démantelé, a déclaré le procureur de la République de Paris François Molins ce vendredi lors d’une conférence de presse. Le commando de femmes, , a été arrêté après la découverte d’une voiture remplie de bonbonnes de gaz en plein cœur de Paris dans la nuit de samedi à dimanche.

Les suspectes étaient « téléguidées » par des individus présents en Syrie dans les rangs de Daesh, a souligné François Molins.

Des femmes devenues des combattantes

Daesh entend désormais « faire des femmes des combattantes », a déclaré François Molins. Elles étaient jusqu’ici « confinées à des tâches domestiques et familiales. Cette vision est aujourd’hui dépassée », a-t-il repris.

« L’organisation utilise non seulement des hommes mais des femmes, de jeunes femmes, qui font connaissance et nouent leur projet de manière virtuelle », a-t-il dit.

Des contacts via Telegram

Les enquêteurs pensent que les trois jeunes femmes interpellées jeudi sont entrées en contact via la messagerie privée Telegram, à l’instar d’Adel Kermiche et d’Abdel Malik Petitjean, les deux djihadistes qui avaient tué un prêtre fin juillet dans l’église de Saint-Étienne-du-Rouvray (Seine-Maritime).