Attentats déjoués à Paris: Le compagnon d'une des suspectes, connu pour islamisme radical, arrêté jeudi

TERRORISME L'homme, arrêté aux Mureaux (Yvelines), est connu des services de renseignement pour islamisme radical...

C.P. avec AFP
— 
Opération antiterroriste à Boussy-Saint-Antoine (Essonne), le 8 septembre 2016.
Opération antiterroriste à Boussy-Saint-Antoine (Essonne), le 8 septembre 2016. — Thibault Camus/AP/SIPA

L’enquête sur la voiture chargée de bonbonnes de gaz en plein Paris le week-end dernier progresse, le compagnon d’une des trois suspectes interpellées jeudi soir à Boussy-Saint-Antoine (Essonne) a été également arrêté jeudi soir, selon des sources proches de l’enquête.

>> A lire aussi : Bonbonnes de gaz découvertes à Paris: Où en est l'enquête?

Le frère d’un proche de Larossi Abballa

L’homme, arrêté aux Mureaux (Yvelines), est connu des services de renseignement pour islamisme radical, selon ces sources, qui confirment une information de TF1. Son frère est actuellement placé en détention provisoire pour ses liens avec Larossi Abballa, le djihadiste qui a tué en juin dernier un policier et sa compagne à Magnanville, dans les Yvelines. Selon les informations de L’Express, ils auraient été tous deux condamnés en 2013 dans le dossier de filière djihadiste pakistanaise.

« Un attentat a été déjoué », a déclaré le président François Hollande en marge d’un déplacement à Athènes pour un Sommet des pays méditerranéens de l’Union européenne. « Un groupe a été annihilé, mais il y en a d’autres », a-t-il également indiqué, appelant à une « vigilance renforcée ».

« La justice est saisie, le procureur de la République fera des déclarations cet après-midi, mais en tant que président de la République, je veux saluer, féliciter, les services de renseignement », a dit le chef de l’Etat.

« Bien sûr qu’il y a des attentats qui ont eu lieu dans notre pays, et qui ont frappé, durement, mais il y a aussi toute une action silencieuse, efficace, par tous les services de renseignement, par nos policiers, par nos gendarmes, par nos militaires », a-t-il souligné.

Le procureur de la république de Paris François Molins doit tenir une conférence de presse ce vendredi à 17 h 30.