La Caf s'attaque aux pensions alimentaires impayées

SEPARATION La Caf peut réclamer les sommes dues au parent incriminé, qu’il soit en France ou à l’étranger…

Clémence Apetogbor

— 

un billet de 500 euros
un billet de 500 euros — AUBERT/SIPA

Les parents qui ne s’acquittent pas de la pension alimentaire sont dans le viseur de la Caf. La garantie contre les pensions alimentaires impayées (Gipa) permet aux Caisses d’allocations familiales et la Mutualité sociale agricole de récupérer les sommes dues auprès des ex-conjoints (ou futurs ex-conjoints) afin de la reverser au parent isolé, que le parent incriminé soit en France comme à l’étranger.

>> A lire aussi : Tout savoir sur la garantie contre les impayés de pensions alimentaires

85 millions d’euros de pensions impayées

Et la Gipa commence à prendre de l’ampleur. Selon les derniers chiffres de la Cnaf, dévoilés par le Parisien ce mercredi et confirmés par la Cnaf, 23.000 procédures de recouvrement sont en cours.

« L’encourt des créances s’élève actuellement à 85 millions d’euros ! » depuis le début de l’existence de la Gipa, assure Frédéric Marinacce, directeur des politiques familiales et sociales à la Cnaf.

>> A lire aussi : Un pizzaïolo autorisé à verser sa pension alimentaire en pizzas

« Le taux de recouvrement s’élève pour l’instant à 55 % des sommes dues, c’est plutôt un bon résultat », estime de son côté Daniel Lenoir, directeur général de la Cnaf.

40 % des parents isolés vivent sous le seuil de pauvreté

Selon les études, 40 % des parents ne payent pas (ou partiellement) la pension alimentaire. L’Insee affirmait, elle, en 2011 que quatre parents isolés sur dix, vivaient sous le seuil de pauvreté contre 14 % pour les couples avec enfant.

>> A lire aussi : Lui reprochant de ne pas verser la pension alimentaire, elle donne des coups de couteau à son ex-mari

Pour tenter de lutter contre ce fléau, les Caisses d’allocations familiales et la Mutualité sociale agricole peuvent, depuis le 1er avril, verser une allocation de soutien familial d’un montant maximum de 104,75 € par mois et par enfant. Son montant moyen est de 59,10 € par mois et par enfant, une somme loin du montant mensuel médian des pensions familiales, qui s’élève lui à 150 euros.