Arrêt de travail: Les salariés français absents 16,6 jours en moyenne en 2015

TRAVAIL Le taux d’absence en France s’est établi en moyenne à 4,55 % en 2015…

20 Minutes avec AFP

— 

Illustration d'un arrêt de travail.
Illustration d'un arrêt de travail. — DURAND FLORENCE/SIPA

Les salariés français du secteur privé ont été absents pour maladie en moyenne 16,6 jours en 2015, selon une étude publiée ce mardi. Par rapport à 2014, cette tendance reste stable.

Le taux d’absence en France s’est établi en moyenne à 4,55 % en 2015, selon le huitième baromètre du groupe de conseil Ayming (ex Alma Consulting Group), portant sur une base de 26.230 entreprises (plus de 960.000 salariés). Si l’on ne prend en compte que les entreprises de plus de 100 salariés, ce taux monte à 4,76 % contre 4,59 % en 2014.

Le secteur des services plus touché

Par répartition régionale, le taux est le plus élevé dans le Sud-Est (6,01 % en Corse, 5,01 % en Provence-Alpes-Côte d’Azur) et le moins élevé en Centre-Val-de-Loire (3,86 %).

Par secteur, celui des services est le plus touché (5,65 %) et celui du BTP le moins (3,90 %).

Les femmes sont plus absentes que les hommes

Sans surprise, le taux d’absence progresse avec l’âge. De 3,02 % dans la tranche des salariés âgés de 30 ans et moins, il atteint 6,55 % chez les plus de 55 ans, pour un nombre de jours d’absence se montant à 23,9, selon l’étude.

>> A lire aussi : La part de fonctionnaires en arrêt maladie est restée stable dans les collectivités en 2013

En moyenne, les femmes sont plus absentes que les hommes (18 jours contre 13,6), du fait qu’elles ont « encore plus de charge familiale » et sont « plus sensibles aux affections professionnelles telles que les troubles musculo-squelettiques », souligne l’étude réalisée cette année en partenariat avec l’assureur AG2R La Mondiale.

Plus de la moitié des absences d’origine « professionnelle »

Quant aux motifs des absences, 55 % ont une « source professionnelle » (45 % liées à la santé ou l’âge), relève l’étude. Parmi celles-ci, sont citées notamment la charge de travail, l’insatisfaction liée à la rémunération, la mauvaise ambiance de travail ou une mauvaise organisation. L’absence au travail « n’est donc pas une fatalité liée à des causes exogènes » et l’entreprise peut « trouver des solutions », souligne l’étude.

En revanche, la proportion de ceux se disant « toujours présents » est en recul de cinq points, à 71 %. A l’échelle européenne, les salariés français du secteur privé sont 71 % à se déclarer « toujours présents » (hors congés maternité et paternité), en recul de cinq points par rapport à 2014, selon une autre étude Ayming-TNS Sofres menée fin juin auprès de 3.000 salariés en Allemagne, Belgique, Espagne, France, Italie, Pays-Bas et Royaume-Uni.