Rentrée scolaire: «L’entrée en 6e? Ça ne me fait pas si peur que ça», on a discuté avec des collégiens

TEMOIGNAGES Loin des polémiques sur la réforme du collège qui s’applique dès jeudi, les élèves qui entrent en 6e nous ont raconté leurs craintes et leurs espoirs…

Delphine Bancaud

— 

Le 05 septembre 2011. Rentrée des eleves du college Matisse, 3 rue de Vitruve dans le XXeme.
 V. WARTNER / 20 MINUTES
Le 05 septembre 2011. Rentrée des eleves du college Matisse, 3 rue de Vitruve dans le XXeme. V. WARTNER / 20 MINUTES — V. WARTNER / 20 MINUTES

« L’entrée en 6e ? Ça ne me fait pas si peur que ça », confie Maël. Oscar est plus cash : « J’ai un peu le trac ». Alors que la réforme du collège qui entre en vigueur cette rentrée fait encore polémique, les élèves qui vont faire leurs premiers pas dans le secondaire, ne s’en soucient pas. Plus préoccupés par les montagnes de découvertes qui les attendent. « C’est un gros changement par rapport à l’ école primaire, ça me donne le sentiment d’être plus grande », annonce Daphné. « Cette rentrée, je sais déjà que je vais m’en souvenir toute ma vie », confirme Léna.

Pour certains, à l’instar d’Oscar, l’heure est encore un peu à la nostalgie : « je vais regretter l’école primaire. J’y ai tellement de souvenirs », confie-t-il. Mais pour d’autres, comme Giulia, la page est déjà tournée : « J’en avais marre de l’école élémentaire, j’ai hâte d’être au collège. J’ai envie d’avoir différents profs, d’aller au self plutôt qu’à la cantine traditionnelle, de découvrir plein de sports différents… », lance-t-elle. Le changement sera double pour Lilika et Luka qui s’apprêtent à intégrer un collège privé, après avoir connu le public. « Ce sera plus strict. Dans le privé, on peut renvoyer des élèves », commente Lilika. « C’est un grand pas à franchir, mais ça ne me fait pas peur », reconnaît Luka.

« J’ai peur de ne plus avoir de temps pour profiter de la vie »

Ce passage en 6e, leurs profs et leurs parents leur en parlent depuis un bail. Ils s’y sont donc un peu préparés. « J’ai visité mon futur collège avec la classe, de l’extérieur, il était assez gris et pas très beau. Mais j’ai été rassurée en découvrant les classes », raconte Daphné. « J’ai été agréablement surprise : la cour est grande et les salles de classe m’ont paru modernes », s’enthousiasme quant à elle, Léna. « Moi j’ai même pu rencontrer ma prof principale. Il paraît qu’elle est un peu sévère, mais je l’ai trouvée plutôt sympa et marrante », se rassure Giulia. Léna a aussi récolté quelques informations sur ses futurs profs auprès des grandes sœurs de ses amis : « elles ne m’en ont pas dit que du bien, mais je préfère me faire ma propre idée », explique-t-elle avec sagesse.

Pour mettre toutes les chances de son côté au collège, Oscar s’est forcé à travailler cet été : « mon cahier de devoirs de vacances m’a permis de réviser plein de matières », annonce-t-il fièrement. De son côté, Giulia a lu au moins « une heure par jour, et parfois beaucoup plus ». Des révisions qui n’ont pas supprimé toutes les appréhensions : « Les choses que l’on va apprendre risquent d’être un peu difficiles, mais, j’étais plutôt bon élève. Je pense que j’y arriverai », estime Maël. « Le rythme de travail va changer. Quand on n’aura pas fini un exercice à l’heure de la récréation, on ne pourra pas le finir après. Il faudra s’adapter », complète Léna. Le stress d’Oscar, c’est plutôt les devoirs : « Je pense qu’il y en aura beaucoup. Je vais devoir m’organiser », anticipe-t-il. « J’ai peur de ne pas avoir beaucoup le temps de m’amuser. Surtout que je fais déjà de la danse, du dessin et du volley », redoute Daphné. « On ne devrait pas encore avoir à travailler en rentrant à la maison, ça fait trop. J’ai peur de ne plus avoir de temps pour profiter de la vie », s’insurge aussi Luka.

Un portable pour la 6e ou pas ?

Quant au programme de la 6e, s’ils ne le connaissent pas encore, tous sont ravis d’apprendre plus en profondeur l’anglais. « Lorsque je partirais en Angleterre avec ma famille, je pourrais un peu parler », prévoit Giulia. « J’ai de la famille en Croatie. En parlant mieux anglais, je pourrais davantage communiquer avec eux », confie aussi Luka. Lilika se réjouit aussi d’avoir différents profs : « s’il y en a un de méchant, il y en aura des gentils dans d’autres matières », lance-t-elle philosophe. « En plus, ce seront des spécialistes, donc ils sauront mieux nous expliquer et leurs cours seront plus intéressants », prévoit Daphné. Au collège, il y aura moins de routine estime aussi Oscar : « c’est agréable de pouvoir changer d’emploi du temps tous les jours », estime-t-il.

Cette jetée dans le grand bain scolaire sera également le synonyme de davantage d’autonomie pour les élèves de 6e. « Je vais prendre le bus tous les jours pour aller au collège, une grande première », se réjouit Giulia. Si comme elle, Maël rentrera tout seul du collège, il n’aura pas pour autant de portable : « mes parents pensent que cela ne me servira à rien, mais je compte les convaincre du contraire ». Conscients d’être en deux mondes, les petits 6e savent que leur personnalité va changer cette année : « Pour l’instant, je suis encore un enfant, mais au cours de l’année, je vais devenir ado », croit savoir Luka. « Je suis content de grandir », confie Maël. « Mes parents sont un peu inquiets car je commence un peu à leur répondre. Et ça risque de s’aggraver avec la 6e », prévient de son côté Giulia.

La tenue du jour préparée à l’avance

En attendant, chacun d’eux a voulu que tout soit parfait pour le jour J : « Lors des grands jours, je suis super-stressée. Alors j’ai préparé mes affaires pour ne surtout pas être en retard », indique Léna. « Dans mon collège privé, certains vêtements sont interdits. J’ai donc prévu ma tenue en bleu marine et blanc », raconte Lilika. « Moi je vais mettre une robe, mais avec des Bensimon pour ne pas faire petite fille modèle », précise Daphné. Et si chacun d’eux sera accompagné par un membre de sa famille le jour de la rentrée, certains ont déjà des velléités d’autonomie : « C’est un peu gênant d’être avec mesparents », confie Giulia…