Dalil Boubakeur à la présidence du conseil d'orientation de la Fondation pour l'islam

RELIGION Il était l'ancien président du Conseil français du culte musulman...

G. N. avec AFP
— 
Dalil Boubakeur (à droite) avec Jean-Pierre Chevènement, le 29 août à Paris.
Dalil Boubakeur (à droite) avec Jean-Pierre Chevènement, le 29 août à Paris. — NICOLAS MESSYASZ/SIPA

Le recteur de la grande mosquée de Paris (GMP), Dalil Boubakeur, va prendre la présidence du conseil d’orientation chargé de repérer les projets financés par la future Fondation pour l’islam de France, a-t-on appris mardi de sources concordantes. Ce conseil d’orientation sera chargé « de proposer et d’évaluer » au conseil d’administration de la fondation, qui doit être présidé par Jean-Pierre Chevènement, « les programmes qui lui seront soumis », avait précisé lundi le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve.

Deux fois président du CFCM

Dalil Boubakeur, 75 ans, dirigera un conseil d’orientation comportant de 20 à 22 membres, dont six autres représentants des fédérations musulmanes (GMP liée à l’Algérie, RMF et UMF marocains, CCMTF turc), a indiqué à l’AFP l’entourage du recteur et une source proche de la fondation. A la tête de la GMP depuis près d’un quart de siècle, Dalil Boubakeur a été par deux fois président du Conseil français du culte musulman (CFCM), de 2003 à 2008 puis de 2013 à 2015.

>> A lire aussi: Cinq questions sur la fondation «pour l'islam de France»

La création à l’automne de la fondation, à laquelle sera adossée une association cultuelle pour financer des projets en matière religieuse (formation théologique des imams et construction de mosquées), a été présentée par Bernard Cazeneuve comme une « nouvelle étape » dans la construction d’un « islam de France ».

Mais le choix d’un non-musulman, l’ancien ministre de l’Intérieur Jean-Pierre Chevènement, 77 ans, pour en prendre la présidence, continue de susciter de vives critiques, renforcées par certaines de ses déclarations.