Crise du lait: Un accord a été trouvé entre Lactalis et les producteurs

AGRICULTURE La FNSEA a demandé en conséquence aux agriculteurs d'arrêter leurs actions contre les usines Lactalis...

20 Minutes avec AFP

— 

Les producteurs de lait, engagés dans un bras de fer avec le groupe Lactalis, exigent d'être payés 385 euros pour mille litres de lait
Les producteurs de lait, engagés dans un bras de fer avec le groupe Lactalis, exigent d'être payés 385 euros pour mille litres de lait — JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP

Au terme d’ultimes négociations, un accord a enfin été trouvé avec Lactalis. Les organisations de producteurs de lait et le géant laitier s’étaient à nouveau réunis autour d’une table ce mardi matin dès 7 heures à la préfecture de Mayenne à Laval pour discuter du prix du lait.

« Nous avons réussi à trouver un point d’accord avec l’entreprise sur une rémunération de producteur de lait d’ici à la fin de l’année qui est de 290 euros de moyenne les 1.000 litres », a déclaré à la fin de la réunion de négociation Sébastien Amand, vice-président de l’Organisation de producteurs Normandie Centre, qui participait aux discussions.

>> A lire aussi : Qui est le géant Lactalis et son patron milliardaire?

Le prix d’achat de Lactalis était de 256,90 euros en juillet, l’un des prix les plus bas du marché. Après accord, le prix du lait pour août sera de 280 euros la tonne et augmentera de 5 euros tous les mois pour parvenir à 300 euros en décembre. La moyenne annuelle 2016 sera d’environ 275 euros.

Plusieurs actions nationales contre des sites Lactalis

En conséquence, la FNSEA a demandé ce mardi aux agriculteurs d’arrêter leurs actions après cette annonce d’un accord sur le prix du lait. « Comme Lactalis a fait un pas, on en fait un aussi », a indiqué un porte-parole du principal syndicat agricole.

>> A lire aussi : Pourquoi le torchon brûle entre les producteurs de lait et Lactalis

Des actions nationales contre des sites Lactalis avaient débuté lundi après-midi et se sont poursuivies dans la nuit de lundi à mardi à l’appel de la FNSEA, premier syndicat agricole afin de faire pression sur les négociations. Ces actions ont été accompagnées d’opérations de sensibilisation des consommateurs.