Un homme placé en détention provisoire pour incitation au terrorisme sur Internet

TERRORISME Un homme actif sur des sites djihadistes et soupçonné d’avoir incité un correspondant à commettre un attentat via la messagerie Telegram a été arrêté mardi à Montpellier…

20 Minutes avec AFP

— 

Une voiture de la police nationale - Illustration
Une voiture de la police nationale - Illustration — LODI FRANCK/SIPA

Un homme de 29 ans, actif sur des sites djihadistes et soupçonné d’avoir incité un correspondant à commettre un attentat via la messagerie Telegram, a été placé en détention provisoire mercredi, dans l’attente de son procès fin septembre, a-t-on appris ce jeudi de source judiciaire.

>> A lire aussi : Telegram, la dernière application mobile privilégiée par Daesh pour communiquer

Une audience est prévue le 30 septembre

Arrêté à Montpellier mardi, il a été transféré à Paris où il devait être jugé mercredi en comparution immédiate, notamment pour « provocation directe à un acte de terrorisme au moyen d’un service de communication au public en ligne », a précisé la source. Mais son dossier a été renvoyé à une audience ultérieure, prévue le 30 septembre 2016. Le tribunal correctionnel l’a placé en détention provisoire dans l’attente de ce procès, a indiqué une autre source proche du dossier à l’AFP.

L’homme est soupçonné d’avoir incité sur les réseaux sociaux l’un de ses correspondants à partir faire le djihad en Syrie et d’avoir tenté de pousser un autre correspondant, avec lequel il échangeait sur Telegram, à commettre une attaque, des faits qui remontent à la fin du mois de février dernier, ont indiqué la source judiciaire et proche du dossier.

>> A lire aussi : Clermont-Ferrand: Une jeune femme «radicalisée» en garde à vue après des «messages inquiétants» sur Telegram

Un autre homme arrêté à Villeurbanne

Ce second correspondant a également été arrêté mardi, à Villeurbanne (Rhône), mais il n’a pas été poursuivi à ce stade, car aucun projet concret n’a été mis au jour, a indiqué une source proche de l’enquête. Les investigations ont été menées par la Sous-direction antiterroriste (Sdat).

L’homme poursuivi devra aussi comparaître pour consultation habituelle de sites internet faisant l’apologie ou incitant au terrorisme, un nouveau délit intégré au code pénal en juillet 2016, ont précisé les sources judiciaire et proche du dossier. Il lui est notamment reproché d’avoir téléchargé des vidéos de propagande de l’organisation jihadiste Etat islamique (EI) et de s’être abonné à une chaîne Telegram faisant la propagande de l’EI.

Contactée par l’AFP, son avocate lors de sa comparution au tribunal mercredi n’a pas souhaité faire de déclaration.