Des profs fichés S ont été suspendus par l'Education nationale

EDUCATION La ministre de l’Education nationale Najat Vallaud-Belkacem a indiqué ce jeudi que des enseignants et agents fichés S ont fait l’objet d’une suspension immédiate…

20 Minutes avec AFP

— 

La ministre de l'Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem, et le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, le 24 août 2016 à Paris.
La ministre de l'Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem, et le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, le 24 août 2016 à Paris. — WITT/SIPA

« C’est arrivé. » Les enseignants fichés S signalés par le ministère de l’Intérieur pour des faits tangibles font l’objet d'« une suspension immédiate et d’une procédure disciplinaire » en vue d’une exclusion de l’Education nationale, a indiqué ce jeudi Najat Vallaud-Belkacem à l’antenne d’Europe 1.

Des signalements du ministère de l’Intérieur

La ministre de l’Education nationale a affirmé que les procédures de sécurité entre son ministère et la place Beauvau s’étaient beaucoup améliorées depuis les attentats de janvier 2015. « Les informations nous sont automatiquement transmises par le ministère de l’Intérieur. Notre réponse est simple : suspension immédiate et procédure disciplinaire engagée […] en vue d’une exclusion définitive. »

Sans donner de chiffres, Najat Vallaud-Belkacem a indiqué que « c’est arrivé ». Son entourage évoque « quelques cas » sous le coup d’une procédure disciplinaire, refusant de donner un chiffre précis mais rappelant que l’Education nationale compte 800.000 enseignants.

Elèves et personnels « sont représentatifs de l’ensemble de la société et il ne faut donc pas s’étonner » de trouver des personnes en voie de radicalisation également parmi eux, a noté la ministre. « Même si cela va heureusement mieux dans l’Education nationale car on a affaire à des gens a priori plus éclairés. »

>> A lire aussi : Comment renforcer les mesures de sécurité dans les écoles?

600 signalements d’élèves radicalisés

Les agents de l’Education nationale suspendus jusqu’à présent l’ont été parce qu’ils étaient fichés S et que « des faits tangibles font penser qu’ils peuvent être dangereux pour les élèves », a-t-on précisé dans l’entourage de la ministre.

La circulaire du 29 juillet sur les mesures de sécurité dans les écoles et établissements scolaires évoquait « le suivi des élèves et personnels dans un processus de radicalisation ». « Les autorités académiques seront informées par les préfets de tout signalement » concernant un enseignant ou un agent au contact avec des élèves, « afin de prendre des mesures appropriées ».

Pour les élèves soupçonnés de radicalisation, Najat Vallaud-Belkacem a rappelé le chiffre de 600 signalements de la rentrée 2015 au printemps 2016, donné précédemment.

>> A lire aussi : L'Education nationale recense 857 élèves en voie de radicalisation sur l'année 2014-2015