Fleury-Mérogis: Dix détenus islamistes évacués pour éviter une «tentative de structuration en réseau»

RADICALISATION L'administration pénitentiaire a diagnostiqué ce que le ministère de la justice appelle une «tentative de structuration en réseau»...

V.J.

— 

Une cour de la prison de Fleury-Mérogis, en région parisienne, le 29 octobre 2015
Une cour de la prison de Fleury-Mérogis, en région parisienne, le 29 octobre 2015 — ERIC FEFERBERG AFP

Salah Abdeslam y est incarcéré à l’isolement. Or, la prison de Fleury-Mérogis est plus que jamais sous tension. Selon une information du JDD, le service de renseignement de l’administration pénitentiaire a diagnostiqué ce que le ministère de la justice appelle une « tentative de structuration en réseau ». Une dizaine de détenus, surveillés pour radicalisation ou en voie de radicalisation violente, ont été identifiés comme « meneurs de ce réseau » et « déplacés dans d’autres établissements », a confié un porte-parole de l’administration pénitentiaire.

>> Salah Abdeslam à Fleury-Mérogis, télé-réalité et surveillance totale

Si la même administration ne détaille pas les « buts éventuels » de ce réseau, et dément « tout projet élaboré de mutinerie » ou « prise de contrôle d’un quartier », ce scénario est le plus redouté par les surveillants. Un professionnel cité par le JDD explique que « c’est très dur au quotidien avec certains » et que la menace vient de l’intérieur comme de l’extérieur. Quant aux prisonniers évacués et dispersés, ils n’avaient aucun lien ni projet avec Salah Abdeslam, confirme l’administration : « Aucun contact n’est possible avec lui ».