Les coursiers de Take Eat Easy se tournent vers la justice

JUSTICE Ces livreurs auto-entrepreneurs n'ont pas été payés en juillet et pourraient tenter d'obtenir la requalification de leur statut en contrat salarié...

20 Minutes avec agence

— 

La société Take Eat Easy a été placée en redressement judiciaire
La société Take Eat Easy a été placée en redressement judiciaire — Take Eat Easy

Après la liquidation judiciaire fin juillet de Take Eat Easy, les centaines de livreurs à vélo employés par la société n’ont pas reçu leur rémunération du mois de juillet. Et comptent bien demander réparation devant la justice.

La start-up belge de livraison de repas avait demandé à ses coursiers de prendre le statut d’auto-entrepreneur et de facturer leur travail à la société. Comme toujours en cas d’insolvabilité, le paiement des ceux qui sont considérés comme des fournisseurs de prestations n’est pas prioritaire pour les liquidateurs judiciaires.

Des pertes allant jusqu’à 4.000 euros ?

Le seul moyen qu’ont les cyclistes de faire valoir leur préjudice est donc de voir leur collaboration requalifiée en contrat salarié, en réussissant à prouver qu’un lien de subordination les unissait à Take Eat Easy.

« Pour le moment, nous sommes en train de mettre en place une action collective (…) Certains coursiers ont perdu de petites sommes qui vont de 200 à 400 euros. D’autres, qui travaillaient à temps plein, ont perdu entre 2.000 et 4.000 euros », a expliqué à France 24 Matthieu Dumas, fondateur du collectif des coursiers parisiens.

Environ 2.000 livreurs concernés

Ce non-versement de rémunération concernerait quelque 2.000 « employés » de la société belge. Mais selon Grégoire Leclercq, fondateur de l’Observatoire de l’ubérisation, l’action en justice envisagée pourrait cependant peiner à aboutir.

Il sera en effet difficile aux auto-entrepreneurs de prouver leur position de dépendance économique vis-à-vis de Take Eat Easy. En outre, la disparité des situations au sein de l’action collective et la mauvaise santé financière de la start-up ne devraient pas jouer en faveur des plaignants.