#MystèresEté: Pourquoi le wifi rame souvent à l’hôtel?

SERIE (3/5) « 20 Minutes » tente d’élucider les plus grands mystères des vacances…

Audrey Chauvet

— 

En voyage d'affaires, Patrick aime bien regarder un petit porno avant de se coucher.
En voyage d'affaires, Patrick aime bien regarder un petit porno avant de se coucher. — H. Schlemmer/Solent/SIPA

Jusqu’ici tout se passait bien. La vue sur la mer, impeccable, le lit king size, génial, la douche à jets massants, waouh. Et soudain, le drame : Brian vous a envoyé un Snapchat et il vous a fallu environ 4h30 pour l’ouvrir. La faute à qui ? La faute au Wifi. Malgré un taux d’équipement en Wifi relativement élevé, les hôtels français nous font souvent ramer pour ouvrir un malheureux e-mail. Pourquoi nous infliger ce supplice de la barre de téléchargement qui n’avance pas ?

Le Wifi, critère de choix d’un hébergement

« La France fait plutôt figure de bon élève, assure Laurent Duc, représentant des hôteliers à l’Union des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie (UMIH). Dans 80 % des hôtels français, on peut recevoir un wifi de bonne qualité et gratuit, alors que beaucoup d’autres pays proposent un wifi de base, non payant et de mauvaise qualité, et un meilleur débit pour ceux qui veulent bien payer. » D’après une étude réalisée par le site de voyages trivago.fr en 2014, la France se classe en effet parmi les pays les mieux équipés en Wifi : trois hôtels sur quatre proposent une connexion internet à leurs clients.

Mais qui dit accès à Internet ne dit pas débit suffisant. Et c’est là que les hôtels font la différence auprès de leur clientèle d’affaires ou des jeunes accros aux réseaux sociaux. « Aujourd’hui, les clients peuvent se plaindre de manière très véhémente si le Wifi est mauvais, pire que s’ils n’avaient pas d’eau chaude ! », constate Laurent Duc. D’après une enquête réalisée en octobre 2015 sur les utilisateurs du site de réservations Booking, 13 % des Français considèrent l’accès à du « free wifi » comme un critère important de choix d’un hébergement et, après le voyage, 66 % des Français comptent le wifi comme un élément de satisfaction de leur séjour.

Un investissement financier

Des start-up ont même vu le jour pour évaluer la qualité du Wifi dans les hôtels. Parmi elles, Hotel Wifi Test a publié en mai 2015 un classement de l’efficacité des réseaux dans les grandes chaines hôtelières : pour être sûr de surfer en toute fluidité, il faudra dormir chez Nordic Choice, l’une des principales chaînes hôtelières en Scandinavie, Radisson Blu ou les hôtels Renaissance. Les hôtels Mercure et Ibis, du groupe français Accor, se positionnent en 4e et 5e position de ce classement.

Pourquoi les petits hôtels n’ont pas tous suivi le mouvement ? Parce que ça demande un peu d’investissement. Laurent Duc, propriétaire d’un hôtel trois étoiles de 100 chambres à Lyon, explique avoir dû renoncer à l’abonnement à la télévision payante pour s’équiper en Wifi. « De toute façon, les gens préfèrent pouvoir regarder ce qu’ils veulent en streaming plutôt que d’être prisonniers d’une chaîne avec des programmes », remarque-t-il. Dans son hôtel, il a la chance d’être relié à la fibre, ce qui lui assure un débit élevé. « Ca me coûte 10.000 euros par an pour 100 chambres, ce qui n’est pas une paille, mais j’ai choisi de diffuser du Wifi de grande capacité », explique-t-il.

Pour les hôtels qui n’ont pas la fibre optique, il suffit de s’équiper d’une box pour les professionnels et de payer un abonnement dont le tarif varie en fonction de la capacité : chez Bouygues Telecom, on explique que le prix de l’abonnement dépend du nombre de lignes et peut aller de 10 à 83 euros par mois. Mais la capacité du signal à franchir les murs et aller au fond des couloirs est aléatoire : pour éviter les trous dans la raquette, il faut s’équiper de bornes qui relaient le signal et les installer aux endroits stratégiques. Si le Wifi rame, c’est sans doute que vous avez eu la chambre la moins proche de l’émetteur. Profitez-en pour faire une petite détox numérique. Ou pas.