Surpopulation carcérale: La contrôleure des prisons plaide pour des alternatives à l'incarcération et un numerus clausus

DETENTION Créer de nouvelles places en prison n'est pas la solution magique pour résoudre la question de la surpopulation carcérale selon la contrôleure général des lieux de privation de liberté (CGLPL)...

L.C. avec AFP

— 

Adeline Hazan, la contrôleure général des lieux de privation de liberté (CGLPL), photographiée en  2013.
Adeline Hazan, la contrôleure général des lieux de privation de liberté (CGLPL), photographiée en 2013. — 20 MINUTES/SIPA

Créer de nouvelles places en prison n'est pas la solution magique pour résoudre la question de la surpopulation carcérale. C'est l'avis de la contrôleure général des lieux de privation de liberté (CGLPL) qui s'est exprimée ce lundi, alors que le Premier ministre Manuel Valls et le garde des Sceaux Jean-Jacques Urvoas ont prévu de visiter la maison d'arrêt de Nîmes, l'une des plus surpeuplées de France métropolitaine.

>> A lire aussi : La population carcérale atteint un nouveau chiffre record en juillet 2016

«Plus on construira de places de prison, plus elles seront occupées»

«Je pense que plus on construira de places de prison, plus elles seront occupées et que ça n'est pas une bonne solution, cette inflation carcérale d'année en année ou de décennie ou décennie», a déclaré sur France Inter Adeline Hazan.

«L'Histoire a montré que plus on construisait de places, plus elles étaient remplies», a-t-elle poursuivi, ne se disant «pas du tout d'accord» avec la droite qui réclame 10.000 à 20.000 places de prison supplémentaires.

«Bien sûr qu'il faut un certain nombre de places de prison» supplémentaires, a-t-elle convenu. «Quand Madame Taubira avait parlé d'un programme de 6.000 nouvelles places en 2014, je pense que c'était suffisant et en créer davantage ne réglera pas la situation».

>> A lire aussi : Surpopulation carcérale: Valls et Urvoas visitent la prison de Nîmes

Un «numerus clausus» pour les prisons

Préférant des «alternatives à la détention», Adeline Hazan a plaidé pour que «la prison soit véritablement, comme la loi l'indique, le dernier recours et qu'à la place de la prison, on tente, en tout cas autant que faire se peut, des aménagements de peine». Elle évoque ainsi la possibilité de proposer des «sursis mise à l'épreuve, des libérations sous contrainte, des contraintes pénales, des obligations qui seraient fixées aux détenus mais à l'extérieur de la prison, avec une surveillance» ou encore un «numerus clausus, un seuil au-delà duquel il ne serait plus possible d'incarcérer».

La surpopulation carcérale est selon elle responsable de «violences entre détenus, et détenus et surveillants». Elle est également le «terreau d'une forme de radicalisation des esprits au sens large» et ne permet pas le respect du droit au maintien des liens familiaux, du droit au travail ou à la santé.

Evolution du nombre de détenus écroués en France depuis juillet 2014.
Evolution du nombre de détenus écroués en France depuis juillet 2014. - AFP