#MystèresEté: Pourquoi tombe-t-on toujours malade le premier jour des vacances?

SERIE (4/5) « 20 Minutes » tente d’élucider les plus grands mystères des vacances…

Audrey Chauvet

— 

Le rhume des foins.
Le rhume des foins. — SIERAKOWSKI/ISOPIX/SIPA

Ca fait trois mois que vous comptez les jours avant le grand départ. Votre valise est prête : crème solaire, shorts, chapeau de paille, tout y est. Et le matin du jour J, qui devrait être le plus beau de l’année, vous vous réveillez avec un mal à la gorge/à la tête/au ventre qui vous cloue au lit. Vous allez le prendre cet avion, mais avec une sacrée dose de paracétamol dans les veines.

Dîners au restaurant, gastro au tournant

Pourquoi tombe-t-on tout le temps malade le premier jour des vacances ? Pour le médecin François Wilthien, l’explication est plus à chercher autour de nous qu’en nous : « Le mode de vie change subitement et du tout au tout. On se met en short, on fait 800km dans une voiture climatisée, on dort la fenêtre ouverte, on va dans des restaurants plein de monde… Les virus circulent et on est moins prudent que d’habitude », estime le généraliste.

Pourquoi tombe-t-on malade pendant les vacances d’été ? from Paul Mercier on Vimeo.

Le changement de rythme, notamment le sommeil écourté par la sardinade trop sympa sur le port et l’élection de Miss Palavas qui s’est terminée fort tard, peut perturber le métabolisme. La nourriture change aussi et l’estomac peut se rebeller devant tant de crème glacée et de pastèque. Sans oublier la température, parfois moins clémente qu’on l’aimerait : pour sortir le soir à Concarneau, mieux vaut un pull marin qu’un marcel. « En tant que médecin, on dit souvent aux gens de ne pas oublier de se reposer pendant les vacances, sourit le généraliste. Ils font souvent plus de choses que le reste du temps, ils dorment moins, le plaisir fait baisser la garde et on s’autorise à faire un peu n’importe quoi. »

Se reposer avant les vacances

On pourrait aussi penser que la disparition du stress quotidien provoque un relâchement du système immunitaire. Deux psychologues néerlandais ont théorisé, au début des années 2000, « la maladie du temps libre » : d’après eux, ce n’est pas une maladie propre aux vacances qui apparaît quand on est enfin en congés, mais c’est à ce moment-là que les patients commencent à en ressentir les syndromes. « Le premier jour des vacances, ou le dernier, sont des jours particuliers pendant lesquels on s’observe plus », note le psychiatre Michel Lejoyeux.

En revanche, il n’y a aucun lien de causalité scientifiquement prouvé entre baisse du stress et arrivée de la maladie. « Il est certain que le stress joue mais on n’explique pas ce déverrouillage immunitaire », reconnaît François Wilthien. Seule solution pour éviter de se retrouver cloué au lit le jour du départ et pour profiter de la plage au maximum : se reposer avant les vacances en dormant plus et en évitant de se fatiguer. « Sommeil et récupération avant et pendant les vacances », c’est l’ordonnance du généraliste, à commencer quinze jours avant le départ et à poursuivre aussi longtemps que possible.