Attentat à Saint-Etienne-du-Rouvray: «Tu prends un couteau, tu vas dans une église», conseillait Kermiche

TERRORISME L’un des terroristes avait déjà annoncé son intention d’attaquer une église dans un message audio diffusé sur l’application Telegram…

H. B.
— 
Saint-Etienne-du-Rouvray (Seine-Maritime), le 26 juillet 2015. Deux assaillants ont égorgé un prêtre dans une église.
Saint-Etienne-du-Rouvray (Seine-Maritime), le 26 juillet 2015. Deux assaillants ont égorgé un prêtre dans une église. — CHARLY TRIBALLEAU / AFP

Adel Kermiche avait annoncé le carnage à l’église de Saint-Etienne-du-Rouvray. L’un des terroristes qui a sauvagement assassiné le prêtre Jacques Hamel ce mardi tenait une sorte de « journal de propagande » sur l’application Telegram où il avait annoncé ses funestes projets. L’Express a réussi à se procurer plusieurs fichiers audio enregistrés par le jeune homme de 19 ans.



Durant plusieurs jours, Adel Kermiche a posté de nombreux messages sur Telegram. Dans l’un d’eux, publié le 19 juillet, il incite ses auditeurs à faire « un truc de ouf ». « Tu prends un couteau, tu vas dans une église, tu fais un carnage, bim. Tu tranches deux ou trois têtes et c’est bon c’est fini », avait-il expliqué, précisant qu’il était très simple de trouver des armes. « Tu vas dans n’importe quel quartier, t’en trouves. »

L’influence de « son cheikh »

A plusieurs reprises dans ces échanges, il évoque, l’influence de son « cheikh », « un guide spirituel » rencontré en prison [Adel Kermiche a été incarcéré à Fleury-Mérogis du 22 mai 2015 au 22 mars 2016]. Mais aussi « sa volonté de créer une cellule terroriste, les détails de ses tentatives ratées de passage en Syrie » et « la description précise de son projet d’attentat quelques jours avant de passer à l’acte ».

Le 25 juillet, la veille de son passage à l’acte, il prévient les auditeurs qui suivent sa chaîne privée que « des gros trucs » vont arriver. « Je vous préviendrai à l’avance, trois quatre minutes avant et quand le truc arrivera, il faudra le partager direct », précise-t-il. Le jour de l’attaque à 8h30, il répète qu’il va falloir « partager ce qui va suivre ». Sa dernière connexion intervient quelques minutes après son entrée dans l’église, à 9h46. Mais il ne réussira à diffuser aucune image, puisqu’il a été abattu par la BRI, explique L’Express.

Telegram, l’appli préférée des djihadistes

Telegram est souvent présenté comme l’application préférée des djihadistes de Daesh. Lancée en 2013, cette appli de messagerie garantit une confidentialité des communications.

« Les djihadistes l’utilisent pour des conversations du quotidien ou pour diffuser des contenus officiels. Ce sont des chaînes où l’on trouve aussi bien des partisans que des journalistes, comme moi. Sur Twitter comme sur Telegram, ils [les partisans de l’EI] font aussi des groupes de discussions plus privés », avait déclaré le spécialiste de Daesh David Thomson à Rue89.