Attentat de Nice: Sandra Bertin affirme ne pas être une proche de Christian Estrosi

SECURITE La policière municipale martèle qu'elle n'a rien à voir avec la politique…

20 Minutes avec AFP
— 
Sandra Bertin, la policière municipale pilotant la vidéosurveillance à Nice
Sandra Bertin, la policière municipale pilotant la vidéosurveillance à Nice — VALERY HACHE / AFP

Sandra Bertin, la policière qui a accusé dimanche le cabinet de l’Intérieur d’avoir fait pression sur elle pour modifier un rapport sur la sécurité du 14 Juillet à Nice, assure ne pas avoir d’arrière-pensées politiques dans sa démarche.

Toutefois, sur ses comptes Facebook et Twitter, repérés par Le Parisien et supprimés depuis, elle ne cachait pas sa grande proximité politique avec Christian Estrosi.

>> A lire aussi : Qui est Sandra Bertin, la policière qui a fait sortir Bernard Cazeneuve de ses gonds ?

« Quel intérêt j’aurais à inventer cela ? »

« Je ne suis encartée ni chez les Républicains ni dans aucun parti », a dit lundi la policière municipale au Parisien. « Je suis flattée qu’on me considère comme proche de Christian Estrosi parce que c’est une grande personnalité politique mais non, nous ne sommes pas proches », a-t-elle expliqué.

>> A lire aussi : Cinq questions sur le bras de fer entre Bernard Cazeneuve et Sandra Bertin

Interrogée sur la possibilité qu’elle ait pu agir sur commande « La réponse est non, s’emporte Sandra Bertin. Quel intérêt j’aurais à inventer cela ? Qu’est-ce que j’ai à voir avec la politique ? Je suis une fonctionnaire de la police territoriale à qui on a mis une pression énorme et j’aurais dû dire quoi ? Amen ? »

Et la policière municipale de poursuivre : « Je n’ai jamais accusé monsieur Cazeneuve. D’ailleurs ça m’a fait doucement sourire quand il a déposé plainte en diffamation ! A quel moment je l’ai diffamé ? S’il a des gens dans son cabinet ou dans sa direction qui font n’importe quoi, qu’est-ce que vous voulez que je vous dise ? Il ne peut pas contrôler tout le monde ! Il a je ne sais combien de personnes dans son cabinet (une trentaine). Evidemment qu’il ne peut pas être derrière tout le monde ! »

>> A lire aussi : Bernard Cazeneuve porte plainte pour diffamation envers la police nationale et lui-même