Attentat de Nice: Deux hommes placés en garde à vue

ENQUETE Les enquêteurs cherchent à déterminer si Mohamed Lahouaiej Bouhlel a pu bénéficier de soutiens logistiques...

Clémence Apetogbor
— 
Le mémorial en hommage aux victimes du 14 juillet à Nice
Le mémorial en hommage aux victimes du 14 juillet à Nice — VALERY HACHE / AFP

Deux individus ont été arrêtés lundi à Nice et placés en garde à vue dans le cadre de l’enquête sur l’attentat du 14 juillet, a appris l’AFP d’une source proche de l’enquête, confirmant une information de BFMTV. L’un des deux hommes interpellés apparaît sur une photo aux côtés de  Mohamed Lahouaiej-Bouhlel devant le camion qui a servi à commettre l’attentat, précise BFMTV.

« Ils ont été placés en garde à vue alors que les enquêteurs cherchent à déterminer si Mohamed Lahouaiej Bouhlel a pu bénéficier de soutiens logistiques », a indiqué cette même source à l’AFP. Quatre hommes, âgés de 21 à 40 ans, et une femme de 42 ans ont été mis en examen jeudi soir et placés en détention provisoire dans le cadre de cette enquête.

« Complicités » et « soutiens »

Les investigations ont montré que l’acte de Lahouaiej Bouhlel avait été « mûri » pendant plusieurs mois et qu’il avait bénéficié de « complicités » et de « soutiens », a affirmé jeudi dernier le procureur de Paris, François Molins. Chokri C., Mohamed Oualid G. et Ramzi A. ont été mis en examen pour « complicité d’assassinats en bande organisée en relation avec une entreprise terroriste ».

Ramzi A. est poursuivi pour « infractions à la législation sur les armes en relation avec une entreprise terroriste », comme un couple d’Albanais, Artan H. et Enkeledja Z, soupçonnés d’avoir participé à la fourniture du pistolet avec lequel Lahouaiej Bouhlel a tiré sur des policiers avant d’être abattu. A l’instar du tueur, jamais fiché pour radicalisation islamiste, les cinq mis en examen étaient inconnus des services antiterroristes.