Bernard Cazeneuve porte plainte pour «diffamation» contre la policière interviewée dans le «JDD»

ATTENTAT DE NICE La chef de la vidéosurveillance a affirmé au « JDD » avoir reçu des pressions du ministère de l’Intérieur pour modifier son rapport sur le dispositif policier le 14 juillet…

C.W. et H.S.

— 

Bernard Cazeneuve à Paris le 23 juillet 2016
Bernard Cazeneuve à Paris le 23 juillet 2016 — NICOLAS MESSYASZ/SIPA

Le ministère de l’Intérieur n’a pas tardé à réagir. Ce dimanche, le JDD publie l’interview d’une policière municipale en charge de la vidéosurveillance le soir de l’attentat de Nice.

>> A lire aussi : Attentat de Nice: Une policière municipale en charge de la vidéosurveillance dit avoir reçu des pressions

Elle accuse le ministère de l’Intérieur d’avoir exercé des pressions  sur son service en vue de modifier son rapport sur le dispositif policier le 14 juillet. La place Beauvau, qui a découvert le contenu de l’interview ce dimanche matin, a fait savoir dans un communiqué que Bernard Cazeneuve portait plainte pour diffamation.

Des « accusations indignes »

« Il serait très utile que Madame Sandra Bertin soit auditionnée par les enquêteurs et puisse leur produire les identités et les fonctions des personnes qu’elle met en cause, les mails qu’elle évoque et leur contenu », précise le communiqué, qui qualifie les propos de la policière « d’accusations indignes ». La jeune femme, dans son entretien, évoque la présence « d’émissaire du ministère ».

>> A lire aussi : Attentat de Nice: La démission de Bernard Cazeneuve, inenvisageable?

François Molins, le procureur de la République de Paris a, de son côté, précisé à l’AFP, que c’est sous sa « seule autorité et pour les besoins de l’enquête en cours que le 15 juillet, deux brigadiers chefs ont été envoyés au CSU de Nice ». « Jusqu’à l’ouverture de l’information judiciaire » jeudi, « l’enquête a été conduite exclusivement par le parquet », a-t-il ajouté. Le ministère de l’Intérieur a dénoncé, auprès de 20Minutes, «l’inélégance du procédé utilisé par la policière».

>> A lire aussi : Dispositif policier à Nice le 14 juillet: Cazeneuve demande une «évaluation technique» à la police des polices

Qui est intervenu auprès du Centre de supervision urbain (CSU) de Nice: des fonctionnaires de l'Intérieur, comme l'affirme la policière Sandra Bertin, ou des brigadiers du Parquet, en charge des investigations comme l'assure François Molins?  Et dans un cas comme dans l'autre, a-t-elle reçu des injonctions pour modifier le contenu de son rapport ?Les conclusions de l’évaluation technique, menée par l’IGPN, la police des polices, portant sur le dispositif de sécurité déployé à Nice le soir du 14 juillet, devraient être rendues dans le courant de la semaine prochaine.