Menace terroriste: Près de 8 français sur 10 pensent qu'on ne peut pas empêcher tous les attentats

SONDAGE Les Français sont majoritairement fatalistes face à la menace terroriste révèle un sondage BVA pour Orange et iTÉLÉ paru ce samedi…

C.P. avec AFP

— 

Six jours après l'attentat meurtrier, des soldats patrouillent sur la Promenade des Anglais de Nice (Alpes-Maritimes).
Six jours après l'attentat meurtrier, des soldats patrouillent sur la Promenade des Anglais de Nice (Alpes-Maritimes). — Claude Paris / SIPA

Alors que la polémique sur le dispositif de sécurité déployé à Nice le 14 juillet perdure, « les Français semblent faire preuve d’un certain fatalisme sur ce sujet », constate un sondage BVA*, selon lequel « 78 % d’entre eux considèrent que, même si on s’en donne les moyens, on ne peut pas empêcher tous les attentats ». Ils sont 94 % à gauche à penser cela, 78 % à droite et 41 % au Front national.

A contrario, un sondé sur cinq (21 %) estime que si on s’en donne les moyens, on peut empêcher de tels actes. Cette opinion n’est majoritaire (56 %) que chez les sympathisants du FN.

>> A lire aussi : EXCLUSIF. Attentat de Nice: Neuf jeunes sur dix déclarent ne pas avoir peur

Les Français partagés sur l’état d’urgence

Interrogés sur l’efficacité de l’état d’urgence, instauré en novembre 2015 et dont le Parlement vient de voter la prolongation pour six mois, les Français sont partagés. Une petite majorité se dégage pour faire part de son scepticisme (54 %) tandis que 45 % croient en l’efficacité de la mesure face à la menace terroriste.

Les plus fatalistes pour qui l’état d’urgence n’est pas une réponse efficace sont issus à 59 % des catégories populaires et ont pour 64 % d’entre eux entre 18 et 34 ans, selon BVA.

>> A lire aussi : Prolongation de l'état d’urgence: Une décision nécessaire pour lutter contre le terrorisme?

Sur le plan politique, les sympathisants de gauche sont plus nombreux à penser que l’état d’urgence est efficace (57 %), et notamment les sympathisants PS (72 %), alors que les sympathisants de droite se montrent plus partagés. Ainsi 61 % des proches du parti Les Républicains et 65 % de ceux du FN jugent majoritairement le dispositif inefficace.

La lutte contre la propagande djihadiste jugée prioritaire

Appelés enfin à classer neuf axes d’action du gouvernement en réponse aux attentats, les Français mettent en priorité « la lutte contre la propagande djihadiste et la radicalisation » (86 %) et « la sécurité intérieure » (75 %).

Viennent ensuite, « l’éducation » (73 %), « la lutte contre le terrorisme international » (69 %), « la surveillance des réseaux sociaux » (63 %), « l’emploi des jeunes » (57 %), « la situation des banlieues » (54 %), « la question de l’intégration (51 %) et « la lutte contre le racisme » (36 %).

>> A lire aussi : Attentat de Nice: «C’est un phénomène tout à fait différent de la radicalisation»

*Enquête réalisée auprès de 1.234 Français représentatifs de la population française de 18 ans et plus, échantillonnés selon la méthode des quotas, recrutés par téléphone puis interrogés par internet les 20-21 juillet