«Pokémon GO»: Ces gens qui détestent déjà le jeu

JEU Twittos, association conservatrice ou encore réalisateur à la mode, tout le monde ne plébicite pas «Pokémon GO»

M.R.

— 

Un joueur tente d'attraper un Pikachu devant un temple tokyoïte (Japon), le 22 juillet 2016.
Un joueur tente d'attraper un Pikachu devant un temple tokyoïte (Japon), le 22 juillet 2016. — Eugene Hoshiko/AP/SIPA

L’application Pokémon GO est un phénomène mondial, personne ne peut le nier. En revanche, tout le monde n’est pas obligé d’apprécier ce nouveau jeu qui consiste à se mettre dans la peau d’un dresseur pour capturer des Pokémon dans les rues. En parallèle des fans qui attendent avec impatience la sortie officielle de l’application en France, certains affichent clairement leur mépris pour cette nouvelle application.

>> A lire aussi : «Pokémon GO»: Pourquoi le jeu met-il si longtemps à sortir en France?

Les twittos qui n’ont pas l’application et l’assument

Bien que les réseaux sociaux soient presque saturés de commentaires en rapport la chasse aux Pokémon, certains twittos prennent le contre-pied. Ils assument le fait de ne pas jouer ou de ne pas s’intéresser à cette nouvelle application.

Une pétition pour interdire l’application

A peine dix jours après la sortie du jeu aux Etats-Unis, la très conservatrice Association pour les Familles américaines a lancé une pétition pour interdire l’application dans le pays.

>> A lire aussi : «Pokémon Go»: Quand le jeu se décline en service de rencontres amoureuses

Le porte-parole de l’association a déclaré qu’il s’agissait « d’une distraction très dangereuse et indésirable pour les enfants et adolescents américains », a rapporté l’associated Media Coverage samedi dernier. Des raisons précisées par le porte-parole dans une interview accordée au site américain MSNBC. « La semaine dernière, cette application a causé plusieurs accidents de voiture, mais a aussi été à l’origine de l’agression au couteau de nombreux enfants, avant de conduire 3 jeunes femmes jusqu’à des cadavres. Ces incidents tragiques ne sont qu’un aperçu de l’étendue de douleur et de souffrance que ce jeu, à première vue innocent, apportera avec lui s’il reste en activité. », a indiqué Ce discours a semble-t-il convaincu puisque l’application a reçu plus de 767.000 signatures. Le site a même dû fermer sa page devant l’affluence d’internautes.

>> A lire aussi : Etats-Unis: Il joue à «Pokémon Go» au volant et percute une voiture de police

Oliver Stone parle d’une culture du « capitalisme de surveillance »

Jeudi matin, le réalisateur Oliver Stone était invité à la Comic Con, grand-messe de la bande-dessinée. Il y présentait son nouveau film Snowden qui raconte l’histoire du lanceur d’alerte Edward Snowden qui avait révélé l’ampleur des programmes de surveillance d’agences américaines de renseignement. C’est dans ce contexte qu’il s’est exprimé sur le Pokémon GO.

Le réalisateur Oliver Stone s'exprime sur «Pokémon GO» à la Comic Con de San Diego, le 21 juillet 2016.
Le réalisateur Oliver Stone s'exprime sur «Pokémon GO» à la Comic Con de San Diego, le 21 juillet 2016. - Chris Pizzello/AP/SIPA

Le cinéaste américain a affirmé que l’application faisait partie d’une culture plus large du « capitalisme de surveillance ». D’après lui, les développeurs du jeu « ont investi des sommes d’argent énormes dans ce qu’est la surveillance, c’est-à-dire l’extraction de données. Ils explorent les données de toutes les personnes présentes dans cette salle pour savoir ce que vous achetez, ce que vous aimez et surtout votre comportement ». Et de conclure son intervention par une parole aux accents prophétiques. « Vous allez assister à une nouvelle forme de, franchement, société robot, où ils sauront comment vous vous comportez. C’est ce qu’on appelle le totalitarisme. »