Attentat de Nice: L'ex-épouse de Lahouaiej Bouhlel contrainte de déménager

SOCIAL L’ex-belle famille du tueur a également reçu des menaces…

C. A. avec AFP

— 

Photo du titre de séjour de Mohamed Lahouaiej Bouhlel, le tueur au camion de Nice.
Photo du titre de séjour de Mohamed Lahouaiej Bouhlel, le tueur au camion de Nice. — Shutterstock/SIPA

L’épouse de l’auteur de l’attentat du 14 juillet à Nice, avec qui elle était en instance de divorce, a dû « déménager discrètement » de son logement, où elle était soumise à des menaces depuis sa sortie de garde à vue, a appris mardi l’AFP auprès de son avocat.

Vindicte populaire

« Il y avait la pression des journalistes, mais elle était légère. Il y avait surtout la pression menaçante de gens venus en bas de son immeuble », a déclaré à l’AFP Me Jean-Yves Garino, confirmant des déclarations qu’il avait faites à Libération. Elle a quitté son appartement avec ses trois enfants de 5 ans, 3 ans et 10 mois, a ajouté son conseil.

>> A lire aussi : Lahouaiej-Bouhlel de «dragueur» un peu lourd à terroriste

Les menaces, qui ont débuté dès son retour chez elle à sa sortie de garde à vue dimanche soir, n’avaient « rien à voir avec le voisinage » de la femme de Mohamed Lahouaiej Bouhlel, a précisé Me Garino.

L’ex-belle famille menacée

Mohamed Lahouaiej Bouhlel et son épouse étaient séparés depuis plusieurs mois déjà et en instance de divorce. La jeune femme avait subi « des coups répétés de son mari, des violences physiques et du harcèlement », avait déclaré Me Garino à sa sortie de garde à vue, décrivant une femme « effondrée » par l’acte du père de ses enfants. Selon l’avocat, elle n’avait pas assisté à la récente radicalisation de son mari. « Elle ne vivait plus avec lui, elle le croisait juste quand il venait voir ses enfants dans un jardin public », avait-il souligné.

>> A lire aussi : Le père du tueur le décrit comme dépressif et sans lien avec la religion

De son côté, Europe 1 indique que l’ancienne belle-famille de Lahouaiej Bouhlel vit terrée chez elle depuis plusieurs jours et a reçu des menaces. Les parents de l’épouse du tueur martèlent que cette dernière, femme battue, est l’une des premières victimes du terroriste. « Ça fait trois jours que je ne les ai pas vus, depuis qu’ils sont sortis du commissariat. C’est normal, ils sont traumatisés. Ils ne sont plus en sécurité. C’est pourtant une famille en or, ils sont respectueux, ils n’ont jamais d’histoires », a confié un voisin à la radio.