Attentat de Nice: «Nous devons plus que jamais faire bloc», prévient Manuel Valls

ACTU Suivez l’évolution des événements, cinq jours après l’attaque au camion qui a fait 84 morts sur la Promenade des Anglais à Nice…

L.B.

— 

Le Premier ministre Manuel Valls s'adresse au députés lors des questions au gouvernement, à l'Assemblée Nationale, à Paris, le 25 novembre 2015.
Le Premier ministre Manuel Valls s'adresse au députés lors des questions au gouvernement, à l'Assemblée Nationale, à Paris, le 25 novembre 2015. — AFP

L’ESSENTIEL

  • L’attentat a fait 84 morts et 70 blessés, le pronostic vital reste engagé pour 19 personnes
  • Le gouvernement va demander mardi aux députés de prolonger l’état d’urgence
  • Les 84 personnes tuées lors de l'attentat ont été formellement identifiées
  • Le président François Hollande s'est déclaré prêt à prolonger l'état d'urgence jusqu'à six mois

 

A LIRE AUSSI

>> A lire aussi : Comment les artistes et les festivaliers ont continué à faire la fête après l’attentat de Nice

La lutte contre le terrorisme est-elle aussi efficace en province qu'à Paris?

>> A lire aussi : C'est tout le tourisme français qui va en pâtir

 

23h05 : C’est la fin de ce live

Merci de nous avoir suivis. C’est la fin de ce live. Les députés sont actuellement en train de débattre d’une prolongation de l’état d’urgence et devraient procéder à un vote dans la nuit. Rendez-vous demain pour les suites de l’attentat de Nice qui a fait, on le rappelle, 84 morts.

22h36: Une personne en garde à vue relâchée

Cinq autres personnes sont toujours en garde à vue dans l'enquête sur l'attentat de Nice.

22h28 : Le djihadiste présumé Reda Kriket visait « sûrement » l’Euro 2016

C’est la première fois que la cible du djihadiste présumé Reda Kriket est révélée. Arrêté en mars à Argenteuil (Val d'Oise), il visait « sûrement » l’Euro-2016 de football organisé en France, a indiqué mardi soir Manuel Valls devant l’Assemblée nationale. Ce Français de 34 ans préparait selon les autorités françaises un attentat de « grande ampleur ».

21h48 : « Nous devons plus que jamais faire bloc »

Manuel Valls a estimé mardi soir qu’il fallait « plus que jamais faire bloc » face au terrorisme, en ouverture du débat à l’Assemblée nationale sur la prolongation de l’état d’urgence. Attention aux « divisions » car « les populismes rôdent », a lancé aux députés, notamment de droite, le Premier ministre, cinq jours après l’attentat de Nice. « Ceux qui promettent qu’on peut tout régler d’un coup de baguette magique mentent aux Français », a-t-il ajouté.

20h20: Celui qui s’est présenté comme l’avocat de Mohamed Lahouaiej-Bouhlel ne l’était pas

L’avocat du barreau de Nice Me Corentin Delobel a donné de très nombreuses interviews ce week-end pour parler de son ancien client Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, l’auteur de l’attentat de Nice. Seulement voilà, Me Corentin Delobel n’a jamais défendu de sa vie Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, révèle Le Parisien. Me Delobel aurait reconnu devant le bâtonnier de l’ordre des avocats du barreau de Nice, ce qu’il a présenté comme une méprise. « Il m’a dit qu’il avait fait une erreur, qu’il avait confondu avec un autre client au nom similaire ou proche », a confié le bâtonnier Me Jacques Randon. Des poursuites disciplinaires pourraient être engagées contre lui.

20h05: « Si vous aviez vu les cadavres, vous ne poseriez pas la question de l’état de droit », lance Eric Ciotti

Eric Ciotti, député Les Républicains des Alpes-Maritimes et président du département des Alpes-Maritimes, estime que l’Etat n’en fait pas assez pour protéger les Français face à la menace terroriste. Lors d’une interview accordée à Public Sénat, Eric Ciotti est monté d’un cran dans la surenchère. A une journaliste qui lui demandait s’il fallait rompre avec l’état de droit dans la lutte contre le terrorisme, le député des Alpes-Maritimes a répondu : « Si vous aviez vu les cadavres, vous ne poseriez pas la question de l’état de droit ».

 

19h30: Près de la moitié des victimes de l'attentat de Nice étaient de nationalité étrangère

Près de la moitié des personnes tuées le 14 juillet dans l’attentat de Nice étaient de nationalité étrangère, avec 38 victimes venant de 19 pays sur un bilan total de 84 morts, a annoncé ce mardi le ministère français des Affaires étrangères. Les victimes étrangères décédées viennent des pays suivants : Algérie, Allemagne, Arménie, Belgique, Brésil, Estonie, Etats-Unis, Géorgie, Italie, Kazakhstan, Madagascar, Maroc, Pologne, Roumanie, Russie, Suisse, Tunisie, Turquie, Ukraine, a indiqué son porte-parole, Romain Nadal.

Le ministère français des Affaires étrangères a précisé que, la liste des blessés n’étant pas encore finalisée, le bilan concernant les victimes étrangères blessées ne pouvait à ce stade être communiqué. « Toutefois, à ce stade, 29 pays sont concernés par des victimes, blessés ou décédés », a ajouté le porte-parole.

18h40: Bernard Cazeneuve défend un des « outils » de la stratégie antiterroriste

L’état d’urgence a permis 44 interpellations depuis début mai « pour association de malfaiteurs en vue de commettre une entreprise terroriste » durant l’Euro et ses préparatifs, a affirmé ce mardi le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve. S’il a concédé devant les députés de la commission des Lois, après des interventions sur le cas de Nice, que « l’état d’urgence n’empêche pas les attentats » dans tous les cas, le ministre a plaidé que, dans la lutte contre le terrorisme, « nous priver d’un outil parmi d’autres serait une erreur ». Il n’a pas évoqué la durée de la nouvelle prolongation.

18h20: Feu vert des députés en commission à une prolongation de l’état d’urgence de six mois

Les députés, réunis en commission ce mardi soir, ont donné leur feu vert à une prolongation de l’état d’urgence de six mois jusqu’à fin janvier 2017, avant le vote prévu dans la soirée dans l'hémicycle de l'Assemblée nationale. Le gouvernement proposait dans son projet de loi une prorogation de trois mois et la droite réclamait «au minimum six mois». 

18h : Etat des lieux des propositions des Républicains concernant la prorogation de l’état d’urgence

Les députés de l’opposition ont avancé un certain nombre de propositions pour voter une quatrième prolongation de l’état d’urgence. Ils demandent et ont (presque obtenu) une prolongation minimum de trois mois, l’autorisation de perquisitions administratives, la possibilité de fermer tout lieu de culte radicalisé et la création d’un nombre de centres de déradicalisation « à la hauteur de nos besoins ».

En revanche, certaines demandes sont encore en débat comme les contrôles d’identité et fouille des bagages et véhicules, l’impossibilité pour des détenus purgeant une peine pour acte de terrorisme d’obtenir une réduction ou un aménagement ou encore la création d’un délit de séjour sur un théâtre d’opérations terroristes extérieures.

La mise en place d’un centre de rétention pour des Français « ayant des connexions directes ou indirectes avec un groupe terroriste » est quant à elle, exclue.

17h45 : Quatre retraités italiens se trouvent parmi les victimes de l’attentat

Un couple possédant une résidence secondaire sur la côte avait invité un autre couple d’amis pour fêter leur départ à la retraite. Retrouvez plus d’informations dans cet article.

17h30: «Suspension de l’espace Schengen», «suppression du droit du sol» et «élargissement de la déchéance de nationalité», Marion Maréchal-Le Pen et Gilbert Collard font leurs propositions

Alors que la commission des lois examine la prorogation de l’état d’urgence, Marion Maréchal-Le Pen et Gilbert Collard, députés du Front national, publient une liste de « Huit mesures parlementaires pour lutter efficacement contre l’islamisme ». On peut y lire notamment la soumission d’une pétition aux députés demandant la dissolution de l’Union des organisations islamiques de France, la suspension immédiate de l’espace Schengen ou encore la nomination d'une commission d’enquête sur le financement de l’Islam en France.

 

17h : Les débats sur l’état d’urgence commencent à l’Assemblée nationale

Les députés réunis dans la commission des lois commencent l’examen du projet de loi sur la prorogation de l’état d’urgence pour trois mois. Ces débats sont retransmis en direct sur le site de l’Assemblée nationale.

Si les députés et les sénateurs ne parviennent pas à un accord aujourd’hui, le texte sera réexaminé demain à partir de 21h30. En cas d’échec, l’Assemblée nationale le reprendra jeudi et vendredi prochain.

16h25: Le président François Hollande se déclare ouvert à un prolongation de l'état d'urgence jusqu'à six mois

Lors d'un point presse aux côtés du président du Portugal, Marcelo Rebelo de Sousa, le chef de l'Etat a déclaré qu'il était de son devoir de protéger la France et qu'il n'était pas opposé à une prolongation de six mois de l'état d'urgence. 

L'actuel projet de loi sur la prolongation de l'état d'urgence de trois mois sera voté ce mardi soir en commission à l'Assemblée nationale.

16h20: Trente victimes de l’attentat seraient de confession musulmane

Le recteur de la Grande Mosquée de Nice, Otmane Aïssaoui, a affirmé au journal Lien : La Croix que trente musulmans auraient été tués par le camion qui a fait 84 morts. Parmi ces victimes, des Tunisiens, des Marocains, des Algériens. Mais pour parvenir à ce chiffre d’une victime sur trois, une source municipale a confirmé au Lien : Figaro qu’ils s’étaient appuyés sur le rite funéraire demandé par les familles.

15h50: Le casse-tête des victimes de l’attentat pour faire reconnaître leur statut

Près de 30.000 personnes se trouvaient sur la Promenade des Anglais de Nice le 14 juillet dernier. Mais tous n’auront pas le statut de victime. Comment prouver que l’on a été touché de près ou de loin par ce drame ? Notre journaliste s’est posé la question.

>> A lire aussi : Attentat de Nice: Comment prouver qu'on était sur la Promenade des Anglais? Le casse-tête des victimes

 

15h32: Nathalie Kosciusko-Morizet affirme dans L’Opinion qu’il faut « rendre le salafisme illégal » et « faire naître un Islam de France »

Nathalie Kosciusko-Morizet, la chef de file des Républicains à Paris, réagit à l’attentat de Nice dans une tribune publiée dans le journal L’Opinion ce mardi. Elle y affirme que « neutraliser ce qui nourrit Daech et lutter contre la radicalisation, c’est rendre le salafisme illégal et faire naître un Islam de France, respectueux de la République. »

L’ancienne ministre de Nicolas Sarkozy considère que « la guerre est d’abord chez nous. Là doit être notre priorité. » Pour lutter, elle propose la création d’une agence de renseignement technologique « sur le modèle de la NSA aux Etats-Unis. »

15h18: Le Parti socialiste annonce qu'il refuse de « rentrer dans le concours Lépine des mesures dérogatoires à l'état de droit »

Lors d'une conférence de presse, Annick Lepetit, l'une des porte-parole du PS, a averti qu'ils refusaient de « rentrer dans le concours Lépine des mesures dérogatoires à l'état de droit », comme le fait selon eux l'opposition, dans le cadre de la prolongation de l'état d'urgence. Cette députée parisiennen a dit son rejet des « solutions extrêmes », d'ailleurs « inefficaces et inapplicables », qui « feraient tomber le pays dans le piège où les terroristes veulent le pousser ».

15h10: A l’ouverture de la séance publique, les sénateurs observent une minute de silence

Le président du Sénat, Gérard Larcher (Les Républicains) a ouvert la séance par un discours en réaction à l’attentat de Nice. « Soyons déterminés, c’est notre responsabilité. » « Notre seule volonté doit être l’efficacité dans la lutte contre ce terrorisme et l’efficacité dans la protection de nos concitoyens », a-t-il ajouté. « Face à cette guerre, face à la volonté de diviser notre Nation par cette violence, ne cédons jamais », a-t-il déclaré encore avant de proposer d’observer une minute de silence.

 

15h: Les 84 personnes décédées ont été formellement identifiées

Le parquet de Paris a annoncé que les 84 victimes de l’attentat de Nice ont été formellement identifiées. Après cette identification, peuvent être délivrés les certificats de décès et les permis d’inhumer, qui permettent de restituer les corps aux familles.

14h45 : Le Ministère de l’Intérieur publie un mode d’emploi pour intégrer la réserve opérationnelle

Samedi dernier, après l’attentat de Nice, le Ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve a appelé « tous les Français patriotes qui le souhaitent » à rejoindre la réserve opérationnelle. Le ministère publie aujourd’hui un mode d’emploi pour intégrer l’une de ces unités.

Cette réserve est composée de civils qui s’engagent auprès de l’armée, de la police nationale ou de la gendarmerie et qui peuvent être mobilisés entre 90 et 150 jours par an pour renforcer les forces de l’ordre sur le terrain. Vous vous demandez si ce dispositif est vraiment efficace ? Eléments de réponse dans cet article.

>> A lire aussi : Attentat de Nice: La réserve opérationnelle, un renfort efficace?

 

13h50: Marion Maréchal-Le Pen se dit « étrangère » aux huées « massives et très spontanées » contre Valls à Nice

Marion Maréchal-Le Pen a assuré ce mardi qu’elle avait été « totalement étrangère » aux huées « massives, et très spontanées » selon elle, qui ont visé Manuel Valls lors de la minute de silence à Nice lundi, sans pour autant les condamner. « C’était des huées, contrairement à ce qui a été dit, massives et très spontanées », auxquelles « j’étais totalement étrangère », a assuré la députée FN du Vaucluse. Ces huées, « j’en ai été surprise, je ne les condamne pas non plus parce que les gens sont dans un tel état d’inquiétude, de tristesse, que je peux comprendre qu’il y ait une colère légitime », a-t-elle dit.

13h40: Le chef de file des députés UDI appelle à « ne pas céder à des dérives de politique politicienne »

Le chef de file des députés UDI Philippe Vigier a appelé ce mardi à « ne pas céder à des dérives de politique politicienne », estimant que le contexte est « un terreau fertile » pour le Front national. « Nous ne sommes jamais tombés dans la surenchère mais avons essayé d’avoir des propos à hauteur des circonstances dramatiques », avec « esprit de responsabilité », car le contexte est « un terreau fertile pour qui vous savez », a-t-il ajouté.

13h20: L’exécutif maintient un séminaire gouvernemental ce samedi à l’Elysée

L’exécutif a maintenu un séminaire prévu ce samedi à l’Elysée pour préparer la rentrée gouvernementale, en ajoutant à l’ordre du jour les suites de l’attentat de Nice, ont annoncé Matignon et le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll. « L’ordre du jour de ce séminaire c’est ce qui s’est passé la semaine dernière, l’état d’urgence, mais aussi la préparation de l’ensemble du travail parlementaire et gouvernemental sur la fin de l’année, avec une loi de finances, et la préparation de la position française sur la question européenne » après le Brexit, a indiqué Stéphane Le Foll lors du compte rendu du Conseil des ministres.

13h05: Le Front de gauche « inquiet » des possibles concessions du gouvernement à la droite sur l’état d’urgence

Le chef de file des députés du Front de gauche André Chassaigne s’est dit ce mardi «inquiet» des possibles concessions du gouvernement à la droite sur l’état d’urgence, appelant à ne pas «faire n’importe quoi» et indiquant que l’essentiel de son groupe voterait contre la prolongation.

12h50: Valls déclare que le gouvernement a été «digne» après l'attentat

Le comportement du gouvernement a été «digne» après l'attentat de Nice, a estimé mardi le Premier ministre Manuel Valls devant les députés PS, accusant à nouveau la droite et l'extrême droite de comportements «indécents».

«Il y a une différence entre le questionnement» légitime des victimes «et la polémique. Tous ces comportements sont indécents. Et je le dis, notre comportement, à nous, est digne», a lancé le chef du gouvernement, cité par un participant, lors de la réunion du groupe socialiste à l'Assemblée.

12h32: Paris Plages aura lieu avec un dispositif de sécurité calqué sur le modèle des fan-zones

Le Figaro a demandé à la mairie si Paris Plages, qui doit commencer mercredi, serait maintenu. La réponse est oui, avec un dispositif de contrôle avec plusieurs niveaux de filtrage, sur le modèle des fan-zones durant l'Euro. «Le nouveau mode opératoire utilisé à Nice nous a conduits à imaginer un renforcement du contrôle des véhicules aux abords de Paris Plages avec la mise en place de barrières et de structures en béton empêchant la circulation», a expliqué la municipalité au quotidien. A lire ici.

12h26: Quelle était l'ambiance dans les festivals ce week-end ?

Notre journaliste a recueilli les témoignages d'artistes et de festivaliers alors que Nice était frappé par l'attentat.

>> A lire : Comment les artistes et les festivaliers ont continué à faire la fête après l’attentat de Nice

 

12h24: Christian Jacob demande de la «dignité» aux députés de son groupe parlementaire

Christian Jacob, président du groupe LR à l'Assemblée, a appelé les députés de son parti au calme, à la «dignité» et à s'abstenir de tout «dérapage», lors du débat dans la soirée sur la prolongation de l'état d'urgence.

Lors de la réunion des parlementaires LR (quelque 200 députés et sénateurs présents), qui se tenait en milieu de journée autour de Nicolas Sarkozy au siège du parti à Paris, Christian Jacob a également estimé que le débat, qui débute à 21h30, cinq jours après l'attentat de Nice, pourrait «durer jusqu'à vendredi» en raison des navettes parlementaires.

12h16: Dans le projet de loi à l'heure actuelle, trois mois d'extension et le retour des perquisitions administratives

Le projet de loi de prolongation de l'état d'urgence, dont une copie a été consultée par l'AFP et qui sera soumis mardi soir à l'Assemblée nationale, prévoit une extension de trois mois de ce régime spécial et signe le retour des perquisitions administratives.

«L'article 1er du projet de loi proroge l'état d'urgence pour une durée de trois mois, afin de donner à l'autorité administrative les moyens permettant de faire face à ce péril imminent», expose le texte.

«Les perquisitions administratives (...) seront de nouveau autorisées durant cette période de trois mois», précise le texte. Autre point-clé dans l'avant-projet, la saisie et l'exploitation des données informatiques, disposition qui avait été censurée par le Conseil constitutionnel en février.

12h10: La ville de Nice met en place une collecte de fonds pour soutenir les victimes de l’attentat

Ces dons seront à remettre auprès du Centre communal d’action sociale de la ville.

 

12h03: Le Foll pense qu'il est «possible de trouver un accord» avec l'opposition sur la durée de l'état d'urgence

Le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll a affirmé à l'issue du Conseil des ministres qu'il était «possible de trouver un accord» avec Les Républicains sur l'allongement de la prorogation de l'état d'urgence, actuellement de trois mois dans le projet de loi.

«Il y a une possibilité de trouver un accord», a-t-il confirmé, ajoutant que, sur les dix propositions formulées par le parti d'opposition, «une large majorité» sont soit «déjà applicables, donc pas un sujet de discussion», soit «peuvent faire l'objet d'une discussion», par exemple sur la prorogation de trois à six mois de la durée de l'état d'urgence, qui sera discutée à l'Assemblée nationale ce mardi soir.

11h57: Hollande déclare que «tout sera mis en oeuvre pour protéger les Français» dans le «cadre de l'état de droit»

François Hollande a assuré mardi lors du Conseil des ministres que «tout sera(it) mis en oeuvre pour protéger les Français» dans le «cadre de l'état de droit», cinq jours après l'attentat de Nice, a rapporté le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll.

Le chef de l'Etat «a rappelé deux grands principes: tout sera mis en oeuvre pour protéger les Français; ce sera fait dans le cadre de l'état de droit, des valeurs de la République et de la démocratie», a déclaré M. Le Foll lors du compte-rendu du Conseil des ministres. «C'est à l'aune de ces deux engagements qu'a été discuté l'ensemble des propositions sur la mise en oeuvre de l'état d'urgence», adopté lors du Conseil et qui doit être examiné mardi à l'Assemblée et mercredi au Sénat.

 

11h40: L'épouse du tueur obligée de déménager face aux menaces

L'épouse de l'auteur de l'attentat du 14 juillet à Nice, dont elle était séparée, a dû «déménager discrètement» de son logement, où elle était soumise à des menaces depuis sa sortie de garde à vue, a déclaré son avocat.

«Il y avait la pression des journalistes, mais elle était légère. Il y avait surtout la pression menaçante de gens venus en bas de son immeuble», a expliqué Me Jean-Yves Garino, confirmant des déclarations qu'il avait faites à Libération.

Elle a quitté son appartement avec ses trois enfants de 5 ans, 3 ans et 10 mois, a ajouté son conseil. Les menaces, qui ont débuté dès son retour chez elle à sa sortie de garde à vue dimanche soir, n'avaient «rien à voir avec le voisinage» de la femme de Mohamed Lahouaiej Bouhlel, a précisé Me Garino.

>> A lire : L'ex-épouse de Lahouaiej Bouhlel contrainte de déménager

 

11h24: Les proches d'Aubry annulent leur rendez-vous fin août à Montpellier

Les proches de la maire de Lille Martine Aubry (PS) ont «décidé d'annuler (leurs) rencontres de Montpellier des 27 et 28 août prochains», car «l'heure est à l'unité nationale», ont-ils annoncé.

«Compte tenu des circonstances, nous avons décidé d'annuler nos rencontres de Montpellier des 27 et 28 août prochains. L'heure est à l'unité nationale, au soutien aux proches des victimes, au soin des blessés et à la mobilisation contre le terrorisme», expliquent les députés Jean-Marc Germain et François Lamy dans un communiqué.

10h57: Deux photos de Mohamed Lahouaiej Bouhlel prises dans le camion les 12 et 13 juillet

TF1 s'est procuré deux selfies pris par le tueur niçois. Un premier, à l'intérieur du camion, le cliché datant du 12 juillet. Le second (ci-dessous) a été pris le lendemain. L'homme qui l'accompagne est un proche actuellement en garde à vue, comme cinq autres personnes.

Selfie de Mohamed Lahouaiej Bouhlel le 13 juillet à Nice.
Selfie de Mohamed Lahouaiej Bouhlel le 13 juillet à Nice. - TF1

 

10h41: Le ministre de la Justice pousserait bien l'état d'urgence au-delà du 13 novembre 2016, par «précaution»

Le ministre de la Justice Jean-Jacques Urvoas a jugé mardi «pas incongru» que le prolongement de l'état d'urgence aille au-delà des trois mois proposés par le gouvernement et «englobe» la date anniversaire des attentats du 13 novembre.

«Je crains que cette date anniversaire soit célébrée par des individus qui voudraient porter des coups. Alors autant utiliser les mesures de précaution», a fait valoir le garde des Sceaux sur Europe 1.

 

10h22: Le fonds d'aide aux victimes assurera toutes les indemnisations, selon Touraine

Toujours sur RTL, la ministre de la Santé Marisol Touraine a assuré mardi que le Fonds d'aide en charge de l'indemnisation des victimes de l'attentat de Nice «recevrait les financements nécessaires», alors que certains craignent qu'il n'atteigne ses limites financières.

«Toutes les personnes qui ont besoin d'être indemnisées seront indemnisées. Evidemment l'Etat sera aux côtés des victimes, de toutes les victimes. [...] C'est un point extrêmement clair, il n'y aura pas de manque de ressources sur ce fond», a-t-elle affirmé.

 

10h03: Les parents de l'épouse du tueur ont «reçu des menaces»

Un reporter d’Europe 1 a rencontré des proches de la belle-famille de Mohamed Lahouaiej Bouhlel, qui expliquent que les parents de son épouse ont « la peur au ventre » car ils ont « reçu des menaces ». La radio rapporte les propos d’un voisin : « Ça fait trois jours que je ne les ai pas vus, depuis qu’ils sont sortis du commissariat. C’est normal, ils sont traumatisés. Ils ne sont plus en sécurité. C’est pourtant une famille en or, ils sont respectueux, ils n’ont jamais d’histoires. » A lire ici.

10h: Marisol Touraine «choquée» par les huées contre Valls

La ministre de la Santé Marisol Touraine s'est dite «choquée» mardi par les huées la veille à Nice contre Manuel Valls et le cortège officiel dont elle faisait partie, et a dénoncé les polémiques «indignes» sur la réponse aux attentats.

«Hier, c'était un moment de deuil et de recueillement. Et donc je le dis, j'ai été heurtée, attristée, choquée que ce moment de recueillement donne lieu à des débordements», a déclaré la ministre sur RTL.

 

9h53: Juppé déclare que «le risque zéro n'existe pas»

L'ancien Premier ministre Alain Juppé a admis mardi que «le risque zéro n'existe pas», répondant à des critiques sur sa déclaration de vendredi sur l'attentat de Nice et pointant la «violence de la réaction gouvernementale».

«Le risque zéro n'existe pas, j'aurais pris d'autres mesures,» a déclaré le maire de Bordeaux au micro de BFMTV et RMC. «Je ne veux pas essayer de dire que cela aurait permis de tout éviter, je n'ai jamais dit cela, je dis qu'il faut prendre d'autres mesures», a-t-il ajouté.

Alain Juppé avait estimé vendredi sur RTL que «si tous les moyens avaient été pris», l'attentat de Nice, «n'aurait pas eu lieu».

 

9h25: La majorité ouverte à une prolongation de prolongation de l'état d'urgence

Le gouvernement et le groupe PS à l'Assemblée semblaient ouverts mardi matin à la revendication des Républicains (LR) de prolonger de six mois l'état d'urgence, contre trois mois envisagés, mais s'opposent aux autres propositions de l'opposition, notamment les centres de rétention.

«Le gouvernement ne s'opposera pas à l'idée de prolonger de façon raisonnable la durée de l'état d'urgence», a déclaré le secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement, Jean-Marie Le Guen, sur iTELE.

09h14 : « Ceux qui prétendent qu’on aurait pu éviter » l’attentat de Nice « mentent aux Français », selon Le Guen

Le secrétaire d’Etat aux Relations avec le Parlement Jean-Marie Le Guen a estimé mardi que « ceux qui prétendent qu’on aurait pu éviter l’attentat » de jeudi à Nice « mentent aux Français », visant sans le nommer Alain Juppé. « Le risque zéro n’existe pas. Ceux qui disent le contraire, ceux qui prétendent qu’on aurait pu éviter l’attentat mentent aux Français. Et ce dont nous avons besoin, c’est de vérité ».

09h11: Des joggeurs prennent le chemin de la Promenade des Anglais

 

08h53: Le fonds d'indemnisation aux victimes craint de ne pas avoir assez d'argent

Selon RTL, le fonds d'indemnisation aux victimes craint de ne pas avoir assez d'argent pour tout payer. Près de la moitié du fonds aurait déjà été dépensé pour les attentats de novembre 2015. 

>> A lire : Le Fonds d'aide aux victimes pourra-t-il faire face ?

 

08h49: La France a frappé cette nuit les environs de Mossoul en Irak

Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a annoncé sur France Info que l'armée française a mené des frappes aériennes en Irak. 

08h39: Une chaîne humaine pour déplacer le mémorial en hommage aux victimes

Une grande chaîne humaine s’est organisée lundi soir à Nice, pour déplacer toutes les fleurs, peluches, et autres marques d’hommage déposées depuis l’attentat sur la Promenade des Anglais jusqu’à deux lieux de recueillement. 

 

08h35: Valls demande à Estrosi de se reprendre

Manuel Valls demande, dans un entretien publié mardi par Nice-Matin, à Christian Estrosi de «se reprendre», en jugeant «inacceptable» les accusations du président (LR) de Paca sur le nombre de policiers nationaux présents à Nice le soir de l'attentat.

08h28: Le pronostic vital toujours engagé pour 19 blessés

Le pronostic vital de 19 personnes blessées lors de l'attentat de Nice, qui a fait 84 morts au soir du 14 juillet, restait toujours engagé lundi soir, a annoncé mardi la ministre de la Santé Marisol Touraine.

 

07h19: La Promenade des Anglais entièrement rouverte à la circulation

La Promenade des Anglais, dont une portion, d'un seul côté du terre-plein central, restait encore fermée depuis l'attentat commis le 14 juillet à Nice, a été entièrement rouverte à la circulation dans la nuit de lundi à mardi.