Attentat de Nice: L'état d'urgence pourrait être prolongé jusqu'à début 2017

ACTU Suivez la situation après l’attaque au camion qui a fait 84 morts le 14-Juillet sur la promenade des Anglais à Nice…

C.Q., C.A., A.-L.B.

— 

Assemblée nationale. (Illustration)
Assemblée nationale. (Illustration) — LCHAM/SIPA
  • Pour le procureur de la République François Molins, l'exploitation de l'ordinateur du tueur «montre un intérêt certain et récent pour la mouvance jihadiste radicale», et la tuerie de Nice était un «attentat pensé et préparé». Mais il n’y a «pas d'allégeance à l'Etat islamique démontrée à ce stade».
  • Sur la Promenade des Anglais à Nice, la foule a applaudi pendant la minute de silence à midi, et le Premier ministre Manuel Valls a été copieusement sifflé et hué à son arrivée et à son départ.
  • L'attentat a fait 84 morts, dont 10 enfants et adolescents. Le pronostic vital de 18 blessés, dont un enfant, est engagé, sur les 85 personnes toujours hospitalisées dimanche.
     

A LIRE AUSSI:

Tour Eiffel en feu, prise d’otage et complice… Les folles rumeurs passées au crible

Les héros anonymes qui ont tenté (et réussi) de sauver des vies le 14 juillet

 

23h05 : C’est la fin de ce live

Merci de nous avoir suivis. C’est la fin de ce live et nous vous donnons rendez-vous demain pour suivre les évolutions de l’enquête sur l’attentat de Nice qui a tué 84 personnes. Par ailleurs, la prolongation de l’état d’urgence sera soumise à l’Assemblée nationale dès demain mardi.

22h25 : On en sait un peu plus sur l’altercation routière de Mohamed Lahouaiej-Bouhlel

Cet incident d’une grande violence lui avait valu une condamnation à six mois de prison avec sursis le 24 mars dernier. Le 25 janvier 2016, à 14h30, sur l’une des rues les plus passantes du centre-ville, la police municipale avait été appelée pour une rixe.

Le rapport de la police municipale évoque une victime saignant abondamment qui « présente une plaie béante et profonde d’environ 6 cm au niveau du sommet du crâne ». La victime pointe du doigt un homme resté sur place pour continuer à effectuer une livraison avec son camion, Mohamed Lahouaiej-Bouhlel.

Selon les témoins, rapporte le procès verbal, le chauffeur-livreur se serait arrêté en pleine voie, ne laissant aucun passage pour les autres usagers de la route, le temps de sa livraison. Le conducteur d’une Alfa Romeo s’impatiente et demande à Mohamed Lahouaiej Bouhlel d’avancer de quelques mètres pour libérer le trafic.

Le livreur assène alors un violent coup au conducteur de l’Alfa Romeo. Son arme : « une planche en bois d’environ 1 mètre de long, cassée à son extrémité, laissant apparaître deux clous. » Mohamed Lahouaiej-Bouhlel sera menotté et emmené au poste de police.

22h08: Deux gardés à vue auraient été transférés à la sous-direction anti-terroriste

Selon BFMTV, deux gardés à vue seraient transférés de Nice à la sous-direction antiterroriste (Sdat), à Levallois-Perret.

21h49 : L’état d’urgence pourrait être prolongé jusqu'à début 2017

Le Parlement devrait prolonger l’état d’urgence au-delà des trois mois prévus dans le projet de loi de l’exécutif, en le maintenant jusqu’à début 2017, ont indiqué lundi soir à l’AFP des sources parlementaires et gouvernementales. « On devrait arriver à un accord entre la gauche et la droite sur ce point », a-t-on ajouté alors que le texte, examiné mardi matin en Conseil des ministres, sera débattu mardi soir à l’Assemblée nationale puis mercredi au Sénat.

21h06: Le Conseil des ministres exceptionnellement décalé

L'Elysée a indiqué sur Twitter que le Conseil des ministres qui se tient habituellement le mercredi sera décalé à demain mardi, 9h, juste avant le passage du texte prolongeant l'état d'urgence à l'Assemblée nationale.

 

20h56: Un mardi à l'Assemblée nationale qui s'annonce chaud

Pour la quatrième fois depuis novembre 2015 et cinq jours après l'attentat de Nice, l'Assemblée nationale est appelée à voter mardi une prolongation de l'état d'urgence, jusqu'au 26 octobre mais le débat risque d'être tendu avec une droite accusatrice de l'exécutif.

La France passerait ainsi plus de onze mois sous ce régime d'exception, né pendant la guerre d'Algérie, en vertu du projet de loi qui sera soumis mardi au Conseil des ministres, puis à la commission des Lois, avant un examen nocturne dans l'hémicycle.

20h53: Valls évoque un attentat déjoué «juste avant» l'Euro, mais il parlait d'une arrestation en mars

Un attentat possiblement très meurtrier a été déjoué «juste avant» l'Euro-2016 de football, a affirmé lundi soir Manuel Valls. Cependant, il parlait de l'arrestation en mars de Reda Kriket. Le chef du gouvernement évoquait cet attentat déjoué pour démontrer l'efficacité de l'état d'urgence, que l'exécutif veut prolonger de trois mois après l'attentat à Nice. Son entourage a ensuite précisé que le Premier ministre évoquait l'arrestation du djihadiste présumé Reda Kriket, un Français de 34 ans déjà condamné en Belgique dans une affaire de filière djihadiste vers la Syrie. Son arrestation à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine) puis la découverte d'un arsenal dans un appartement d'Argenteuil (Val d'Oise), deux jours après les attentats de Bruxelles et moins d'une semaine après l'arrestation de Salah Abdeslam, avait «permis d'éviter la commission d'une action d'une extrême violence par un réseau terroriste prêt à passer à l'acte», selon la justice française.

20h30: Bruno Le Maire (LR) appelle droite et gauche à «éviter querelles et petites phrases»

Interrogé au 20h de France 2, le candidat à la primaire à droite Bruno Le Maire appelle droite et gauche à «éviter querelles et petites phrases» après l'attentat de Nice. L'élu LR appelle par ailleurs à lutter contre «l'islam politique».

 

19h55: Les élus Les Républicains voteront le projet de loi sur l'état d'urgence à certaines «conditions» 

Les élus LR voteront le projet de loi sur la prolongation de l'état d'urgence à certaines «conditions», ont décidé les membres du bureau politique de LR réunis lundi sous la présidence de Nicolas Sarkozy. Plusieurs d'entre eux ont indiqué à l'AFP que leur parti proposerait l'adoption de «dix mesures» pour voter le texte.

Par ailleurs, Nicolas Sarkozy a sévèrement taclé Alain Juppé, en affirmant que «ce n'est pas raisonnable de dire que si on avait fait ceci ou cela, l'attentat (de Nice) n'aurait pas eu lieu», comme l'avait affirmé le maire de Bordeaux au lendemain de l'attentat.

19h35: Des sifflets à Nice venant d'une «minorité chauffée à blanc»

Le Premier ministre revient sur les sifflets dont il a été l'objet à Nice ce midi. Cela vient d'«une minorité chauffée à blanc» a-t-il dit.

«Quand on chauffe à blanc des militants et des sympathisants, il ne faut pas s'étonner de récolter de la haine». «Ces sifflets disqualifient leurs auteurs», ajoute-t-il.

19h33: Un attentat qui aurait pu être «particulièrement meurtrier» a été déjoué «juste avant» l'Euro de football, annonce Valls

19h30 : Valls explique que le texte sur l'état d'urgence va permettre d'exploiter les données des ordinateurs et téléphones saisis 

Le projet de loi sur la prolongation de trois mois de l'état d'urgence, examiné mardi en Conseil des ministres, puis débattu au Parlement, permettra d'exploiter les données des ordinateurs et téléphones saisis, a annoncé lundi Manuel Valls aux parlementaires.

Par ailleurs, «au regard de la tragédie de Nice, le projet de loi qui va vous être soumis prévoit d'autoriser à nouveau» les perquisitions administratives, selon le texte lu par le Premier ministre lors d'une réunion à Matignon avec les responsables parlementaires.

19h27: Manuel Valls, dans une allocution télé, loue «l'union» contre «ce que ce que veut Daesch qui est de fracturer la société»

Le Premier ministre fait un point de situation à Matignon avec les responsables parlementaires après l'attentat de Nice. Il s'exprime notamment à propos du texte sur la prolongation de l'état d'urgence (prolongé de trois mois , jusqu'en octobre) après l'attentat à Nice. Il confirme le retour des perquisitions administratives. 

L'opération Sentinelle va être «rééquilibrée» vers les grands rassemblements estivaux, annonce le Premier ministre. Cette opération qui mobilise 10.000 militaires dans la lutte contre le terrorisme, va être prolongée et «rééquilibrée» de Paris vers la province pour tenir compte des congés estivaux. «Les effectifs de Sentinelle seront concentrés sur deux missions principales: le contrôle des flux aux frontières, dans les gares, les aéroports, et la sécurisation des grands rassemblements estivaux», a annoncé Manuel Valls.

19h22: Le Premier ministre canadien se joint à la minute de silence à Ottawa

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau s'est joint à Ottawa lundi à la minute de silence en hommage aux victimes de l'attentat de Nice. Il a ensuite a signé le registre de condoléances à l'ambassade de France.

19h20: La ville de Nice partie civile 

La commune et la métropole ont annoncé lundi dans un communiqué que la Ville de Nice se portait partie civile dans l'enquête ouverte après l'attentat jeudi. «Avec cette action, la municipalité entend concourir à l'action publique qui permettra d'établir la vérité sur cet odieux attentat», poursuit la texte.

18h08: L'épouse du tueur victime de la colère de plusieurs citoyens

Libération a interrogé l'avocat de l'épouse de Mohamed Lahouaiej-Bouhlel : «Elle reçoit des pressions de la part des citoyens qui la considèrent comme coupable. Les gens étaient sous les fenêtres, la vindicte populaire. A cause des menaces physiques, il a fallu appeler la police qui est intervenue. Ma cliente a donc été mise à l’abri dans un endroit sûr, avec ses enfants.»  A lire ici.

17h32: La rapporteuse générale du Budget dément les affirmations de Nicolas Sarkozy

La rapporteure générale du Budget Valérie Rabault (PS) a tenu lundi dans l'hémicycle à démentir chiffres à l'appui les propos de Nicolas Sarkozy, qui a affirmé dimanche soir sur TF1 que «les effectifs de police et de gendarmerie ont diminué» entre 2012 et 2015.

>> A lire aussi : Attentat de Nice: Pour Sarkozy, «tout ce qui aurait dû être fait depuis 18 mois ne l'a pas été»

«Entre fin 2012 et fin 2015, les plafonds d'effectifs (effectifs maximum autorisés par le Parlement) de policiers et de gendarmes ont augmenté de 3.002 ETP (équivalent temps plein)», a-t-elle détaillé à l'occasion du débat sur l'adoption définitive du projet de règlement du budget 2015. La rapporteure générale a affirmé qu'entre 2007 et 2012, sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy, «ces plafonds d'effectifs avaient baissé de 12.519 ETP».

 

17h24: Alain Juppé réagit à la demande de «dignité» de Hollande et Valls

Alain Juppé, candidat à la primaire de la droite, a accusé lundi le pouvoir autour de François Hollande de mettre en place «un écran de fumée» par ses mises en cause de l'opposition suite à l'attentat de Nice.

«La virulence de la réaction gouvernementale me paraît suspecte», a-t-il déclaré aux journaliste en marge d'une visite à Berlin, où il était venu rencontrer la chancelière Angela Merkel.

Cela «a tous les aspects d'un rideau de fumée, ça consiste à déplacer le débat et à faire porter le chapeau sur l'opposition, on ferait mieux d'abord d'assumer ses propres responsabilités», a-t-il ajouté, après avoir été mis en cause par plusieurs responsables socialistes pour avoir critiqué la réponse du gouvernement après l'attentat.

17h15: Le tueur avait un intérêt certain mais récent pour le terrorisme islamiste

«Depuis huit jours, il s'était laissé pousser la barbe, expliquant que la signification était religieuse. Il ne comprenait pas pourquoi Daesh ne pouvait pas prétendre à un territoire», a expliqué le procureur François Molins devant la presse, en précisant que le tueur avait fait des «recherches quasi quotidiennes de sourates du Coran», «de photos de cadavres en lien avec l'islam radical», sur les fusillades d'Orlando et de Dallas, ainsi que sur l'attaque de Magnanville, selon l'exploitation de son ordinateur.

17h10: Nice entre deuil et colère lundi

Notre journaliste sur place a recueilli les témoignages de particpants à la minute de silence de lundi midi, transformée en minute d'applaudissements entre les sifflets à l'encontre de Manuel Valls?

>> A lire : La ville, réunie pour la minute de silence, partagée entre deuil et colère

 

17h07: L'épuisement nerveux prendrait-il le pas sur la volonté de résister ?

>> A lire : De #JesuisCharlie à #Jesuisépuisé, des Français fatigués tentés par la violence

 

17h03: L'article de Nice-Matin consulté par Mohamed Lahouaiej-Bouhlel

Selon François Molins, le chauffeur du camion avait consulté cet article du quotidien local en prévision de son acte. Le journal relatait il y a quelques mois un faits-divers impliquant un chauffard qui avait foncé dans une brasserie de la place Île-de-Beauté à Nice, au bout de la Promenade des Anglais.

17h01: Le Sénat veut durcir l'état d'urgence et le prolonger de six mois

Le Sénat, à majorité de droite, est prêt à voter mercredi une quatrième prolongation de l'état d'urgence, mais en durcissant son arsenal de mesures, a annoncé le président LR de sa commission des Lois, Philippe Bas.

«Ce que nous voulons, c'est monter le niveau d'exigence pour la protection des Français», a dit M. Bas. Selon lui, «on ne peut pas se contenter de répéter l'état d'urgence à l'identique. Ça ne servirait à rien si des mesures véritablement efficaces contre le terrorisme n'étaient pas prises dans ce cadre».

16h56: François Molins parle de « terrorisme de proximité »

«La radicalisation peut intervenir très rapidement quand elle s’adresse à des individus perturbés ou fascinés par l’ultra-violence», décrit-il.

 

16h54: Un individu violent et éloigné des considérations religieuses

Molins cite des témoignages qui « font état d’un individu très éloigné de la considération religieuse ». Il est décrit comme violent envers son épouse et ses enfants. Il se serait laissé pousser la barbe ces derniers jours, ce choix ayant pour le coup un motif religieux selon le témoin interrogé.

16h50: Plusieurs repérages effectués par l'auteur avant l'attentat

«L’un des gardés à vue apparait comme l’un des destinataires d’un sms envoyé par le tueur, mentionnant l’acquisition d’armes à feu. Le caractère prémédité est avéré. Ce dernier s’est rendu à plusieurs reprises sur la Promenade des Anglais, ce que l’on peut interpréter comme une volonté d’effectuer des repérages avant de commettre son forfait. Il est filmé le 12 juillet à 6h sur la Promenade avant de traverser Nice d’est en ouest. Le 13 juillet il est filmé vers 22h en train d’effectuer le même parcours», a expliqué le procureur François Molins.

16h47: 71 victimes ont été formellement identifiées

«71 victimes ont été formellement identifiées. 52 permis d’inhumer ont été délivrés», a commenté le procureur de la République.

16h45: François Molins commence sa conférence

« Nous déplorons à ce jour 84 morts, 74 blessés toujours hospitalisés, 28 en réanimation avec pronostic vital engagé pour 19 d’entre eux », a-t-il expliqué en préambule.

16h30: La prolongation de l'état d'urgence étudiée mardi

Pour la quatrième fois depuis novembre 2015 et cinq jours après l'attentat de Nice, l'Assemblée nationale est appelée à voter mardi une prolongation de l'état d'urgence, jusqu'au 26 octobre, mais le débat risque d'être des plus tendus avec une droite accusatrice de l'exécutif. Le Premier ministre Manuel Valls, hué à Nice, viendra lui-même défendre cette prolongation devant les députés.

La France passerait ainsi plus de onze mois sous ce régime d'exception, né pendant la guerre d'Algérie, en vertu du projet de loi qui sera soumis mardi au Conseil des ministres, puis à la commission des Lois, avant un examen nocturne dans l'hémicycle.

16h22: Pour Valls, les sifflets et insultes «indignes dans une cérémonie de recueillement»

Le Premier ministre a réagi auprès de Nice-Matin : «La colère des Français, la peur, le désespoir, c’est à moi, c’est à nous de les prendre sur nos épaules. Des enfants sont morts, des familles ont été déchirées par la barbarie. Ma place était d’être parmi les Niçois. Mais il faut de la dignité», a-t-il déclaré.

«C’est vrai, d’abord, pour les responsables politiques. C’est vrai aussi pour tous les citoyens. Les sifflets, les insultes, sont indignes dans une cérémonie de recueillement et un hommage aux victimes», a conclu Manuel Valls.

16h: Pour Philippe Tabarot (LR), les sifflets contre Valls «n'étaient pas spontanés»

Philippe Tabarot, vice-président LR de la région Paca, a déploré les huées à l'encontre de Manuel Valls et des élus lors de la minute de silence à Nice pour les victimes de l'attentat de jeudi, estimant que «ce n'était pas spontané».

«Il y avait une tension forte, une ambiance électrique sous la chaleur, les gens étaient plus énervés que recueillis. En même temps, j'ai l'impression que ce n'était pas spontané, ces huées», a déclaré le vice-président chargé des Transports.

«Ca ne m'a pas plu. C'est la dernière journée de deuil national, il faut garder de la décence», a ajouté M. Tabarot, qui affirme que, lors de la cérémonie, «il y avait une petite bande aux abords, qui était clairement identifiée FN».

«D'ailleurs, Marion Maréchal-Le Pen», patronne de l'opposition régionale Front national et présente à la cérémonie, «est allée les saluer à la fin», a-t-il dit.

 

15h33: Hollande de passage à la Direction des affaires criminelles et des grâces

Le président François Hollande a rendu visite lundi peu après 15h aux personnels de la Direction des affaires criminelles et des grâces (DACG) du ministère de la Justice à Paris, quatre jours après l'attentat meurtrier de Nice, a-t-on appris auprès de l'Élysée. Le chef de l'État entend ainsi «saluer» l'action de ces fonctionnaires.

15h30: Des renforts pour identifier les victimes

 

15h21: Qu'est-ce que la réserve opérationnelle (et ses 54.000 volontaires) ?

>> A lire : La réserve opérationnelle, un renfort efficace?

 

15h10: 42.000 personnes lors de la minute de silence à Nice

Quelque 42.000 personnes étaient rassemblées lundi sur la Promenade des Anglais à Nice pour observer à midi une minute de silence en hommage aux victimes de l'attentat du 14 juillet, a annoncé la municipalité.

 

15h: Cambadélis déplore le «triste spectacle auquel se livrent certaines figures politiques»

Le premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis a fustigé lundi le «triste spectacle auquel se livrent certaines figures politiques» depuis l'attentat de Nice, critiquant particulièrement «la faute» d'Alain Juppé qui «s'est adonné au pire» en disant qu'on «aurait pu éviter l'horreur».

«Depuis jeudi soir, la France a le coeur en feu mais elle a su garder un cerveau de glace (...) cela devrait être la ligne de conduite de tout responsable politique. Il faut donc éviter le triste spectacle auquel se livrent certaines figures politiques, qui semblent avoir perdu leurs nerfs, le sens de la mesure et le sens des réalités», a-t-il déclaré, après une minute de silence au siège du PS en hommage aux victimes de l'attaque.

«Nous regrettons les accusations et les propositions ineptes avancées par certains membres de l'opposition, alors même que les corps des victimes étaient encore couchés sur la Promenade des Anglais», a poursuivi le député de Paris.

14h44: Les ostéopathes de Nice proposent des soins gratuits aux victimes

Nice-Matin rapporte l'appel lancé par Christophe Chambon, président du Symposium International d'Ostéopathie de Nice, afin de proposer une prise en charge gratuite des soins ostéopathiques pour les victimes. Cette décision vient compléter la promesse de Marisol Touraine de soins de santé gratuits pour les personnes touchées lors de l'attentat.

14h26 : Une vue impressionnante par drone de la Promenade durant la minute de silence

 

14h20: Comment une boîte de nuit de la Promenade s'est transformée en hôpital de fortune

>> A lire : La discothèque le High Club transformée en hôpital de fortune

 

14h: Mohamed Lahouaiej-Bouhlel aurait été endoctriné par un recruteur algérien de Daesh

Selon l'oncle du conducteur du camion, cité par Associated Press, Mohamed Lahouaiej-Bouhlel a été endoctriné par un recruteur algérien de l'EI à Nice, deux semaines avant l'attentat.

Selon Sadok Bouhlel, enseignant à la retraite de 69 ans qui vit à M'saken en Tunisie, cet Algérien «a trouvé en Mohamed une proie facile à recruter», compte-tenu selon lui du passé et des troubles familiaux de l'auteur de l'attentat. Il explique avoir appris l'existence de ce recruteur par des membres éloignés de sa famille également installés à Nice.

 

13h40: Les ministres de la Défense et de l'Intérieur à Avignon pour rencontrer des personnels de sécurité

Jean-Yves Le Drian, Ministre de la Défense, et Bernard Cazeneuve, Ministre de l’Intérieur, se rendent à Avignon pour rencontrer avec les soldats de l’opération Sentinelle sur le parvis de la gare, puis rencontrer une compagnie de CRS et une unité de la BAC à  l’hôtel Forbin de Sainte Croix, place Viala, avant d'assister à une présentation du dispositif général de sécurisation du Festival d’Avignon au Palais des Papes, en présence d’élus et de responsables du Festival.

13h35: Ordures et crachats à l'endroit où a été tué le meurtrier de jeudi à Nice

Sur la Promenade des Anglais, notre reporter est allée à l'endroit où a été tué par la police l'auteur de l'attentat, Mohamed Lahouaiej-Bouhlel. Des ordures ont été lancées à cet endroit et des personnes crachent, rapporte notre journaliste Hélène Sergent. 

 

13h29: VIDEO. Manuel Valls hué sur la Promenade des Anglais durant l'hommage national

 

13h15: Reprise de festivals azuréens suspendus après l'attentat de Nice

Plusieurs festivals azuréens ont annoncé lundi la reprise de leurs spectacles, suspendus après l'attentat jeudi. Le festival Nuits du Sud à Vence, près de Cannes, reprend les concerts lundi, jour de fin du deuil national. Au 56e festival Jazz à Juan de Juan-les-Pins (près de Nice), les concerts reprendront mercredi, a annoncé l'organisation dans un communiqué. 

13h06: Monoprix affiche un hommage sur son site internet

Monoprix rend hommage aux victimes de l'attentat de Nice sur son site officiel.
Monoprix rend hommage aux victimes de l'attentat de Nice sur son site officiel. - DR

 

13h04: La colère est toujours palpable après la minute de silence sur la Promenade

 

13h02: Les Fêtes de Bayonne maintenues

La 80e édition des Fêtes de Bayonne, l'un des plus gros rassemblements populaires au monde avec un million de visiteurs attendus à partir du 27 juillet, est «maintenue» avec une sécurité renforcée après l'attentat de Nice le 14 juillet, a indiqué lundi le préfet des Pyrénées-Atlantiques.

«Nous n'envisageons pas en l'état actuel de nos évaluations de supprimer les Fêtes de Bayonne. Elles sont maintenues, en tenant compte d'une actualisation de la menace»", a dit Pierre-André Durand.

13h: L'un des gardés à vue nie toute «implication dans un acte terroriste»

L'avocat d'une des trois personnes en garde à vue dans l'enquête sur l'attentat de Nice qui ont été transférées dans les locaux de Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) a contesté lundi toute «implication (de son client) dans un acte terroriste».

«Depuis hier soir, il est à Paris. Il est là-bas. La garde à vue est toujours en cours. Il conteste», a déclaré Jean-Pascal Padovani, l'avocat d'un homme de 22 ans placé en garde à vue depuis samedi matin. «Si par hasard il a servi d'intermédiaire pour l'arme, s'il a vendu l'arme, ce n'est pas pour autant qu'il était au courant de l'entreprise terroriste. Je conteste l'implication dans un acte terroriste», a-t-il poursuivi.

Dimanche, Me Padovani avait déjà assuré que son client connaissait Mohamed Lahouaiej-Bouhlel «depuis quelques mois» : «Ce sont des gens qui se croisaient. M.Bouhlel était intégré à Nice, il connaissait beaucoup de monde», avait-il dit. «Il ne pouvait pas être assez dans l'intimité de M.Bouhlel pour l'avoir remarquée, cette radicalisation», avait encore précisé Me Padovani à propos du profil de l'auteur de l'attentat du 14-Juillet sur la promenade des Anglais.

12h55: Retour sur cette minute de silence particulière à Nice

>> A lire : VIDEO. Hommage national: Manuel Valls hué à son arrivée et à son départ de la Promenade des Anglais

 

12h45: La minute de silence un peu partout en France, à voir en vidéo

 

12h15: Des images de la minute de silence à travers la France

Il y avait 600 personnes à Toulouse pour se recueillir place du Capitole.

 

12h07: Sur la promenade des Anglais, la minute de silence est devenue une minute d'applaudissements

La foule rassemblée dans le silence depuis quelques minutes déjà après l'arrivée du cortège officiel a applaudi après le coup de canon censé marquer officiellement le début de la minute de silence, avant de se recueillir puis d'entonner la Marseillaise à la fin de ce moment d'hommage.

 

12h04: Manuel Valls est de nouveau copieusement sifflé par une partie de la foule à son départ

Le cortège rassemblant Manuel Valls et les autres membres du gouvernement l'accompagnant à Nice a été hué à son arrivée, puis à son départ de la Promenade des Anglais, sous des cris «assassins!», «démission!».

 

 

12h03: François Hollande a respecté la minute de silence place Beauvau, au ministère de l'Intérieur

 

12h: Des milliers de personnes venus pour la minute de silence, qui commence

 

11h58: Manuel Valls hué à son arrivée pour la minute de silence

11h51: La Promenade de Nice est remplie par les participants à la minute de silence

Plusieurs milliers de personnes étaient rassemblées à la mi-journée sur la Promenade des Anglais, avant la minute de silence qui doit être respectée dans tout le pays à midi.

Le Premier ministre Manuel Valls, la ministre de la Santé Marisol Touraine, le président LR de la métropole Christian Estrosi, mais aussi le Prince Albert de Monaco ou le gardien de l'équipe de France de football Hugo Lloris, originaire de Nice, doivent prendre part à cette minute de silence dans le jardin Albert 1er, tout au bout de la promenade.

 

11h40: L'enquête s'étend en Albanie

Selon iTélé, des commissions rogatoires internationales ont été lancées dans plusieurs pays d'Europe et notamment en Albanie. Pour rappel, un couple d'Albanais suspectés d'avoir fourni l'arme utilisée par Mohamed Lahouaiej-Bouhlel est en garde à vue.

 

11h34: Une minute de silence va avoir lieu en France à midi

La France s'apprête à se figer ce lundi à midi pour une minute de silence en hommage aux victimes de l'attentat sanglant du 14 juillet à Nice, court répit attendu dans la vive polémique sur la politique mise en oeuvre depuis les attaques jihadistes de 2015.

A Nice, la minute de silence est prévue au monument du Centenaire, sur la Promenade des Anglais, où des «moyens exceptionnels supplémentaires» de sécurisation ont été mobilisés. La célèbre avenue sera ensuite totalement rouverte.

11h09: Hugo Lloris sera à Nice pour la minute de silence

Le capitaine de l'équipe de France de football, né dans la ville et formé à l'OGC Nice, participera à la minute de silence à midi, selon La Provence.

 

10h55: Conférence de presse de François Molins fixée à 16 heures

Le procureur de la République de Paris François Molins tiendra une conférence de presse à 16h30 au palais de justice de la capitale, la seconde depuis l'attentat, a annoncé le parquet.

 

10h26: Communiqué commun de Valls et Cazeneuve

Le Premier ministre et son ministre de l'Intérieur ont publié un texte pour répondre aux critiques de l'opposition : «Contrairement à ce que le président du parti les Républicains a affirmé ce soir, aucun Gouvernement n’a fait autant jusqu’à présent pour lutter contre le terrorisme.» A lire ici.

 

10h25 : Bernard Cazeneuve s’exprime à la sortie de l’Elysée

« L’opération Sentinelle se poursuit avec 10.000 hommes sur le territoire », a indiqué le ministre de l’Intérieur. « On ne combat bien que ce qu’on regarde lucidement. Cette exigence de vérité, nous la devons aux victimes et au pays », selon M. Cazeneuve qui ajoute que « nous continuons à frapper Daesch à l’extérieur, notamment cette nuit. »

Le président François Hollande a invoqué pendant le Conseil de défense une «obligation de dignité et de vérité» pour «ceux qui ont une parole publique» lors du troisième Conseil de sécurité et de défense depuis l'attentat de Nice, a rapporté le ministre de l'Intérieur.

«On ne peut obtenir la résilience dans un pays si durement frappé que si l'on dit la vérité aux Français et si l'on les prépare dans l'unité à faire face aux épreuves», a affirmé à la presse Bernard Cazeneuve à l'issue de cette réunion, sur le perron de l'Elysée au côté du ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian.

 

10h : Un petit village va enterrer 6 membres d'une même famille

C'est ce qu'annonce BFM TV ce lundi matin. Le village de Gattières a prévu une marche blanche pour rendre hommage à six de ses habitants, tous membres de la même famille.

9h53 : Le maire de Nice épinglé par le Huffington Post

 

9h49 : Nice se prépare à rendre hommage aux victimes

 

9h46: Le texte d'Antoine Leiris dans Le Monde très commenté sur Twitter

Le journaliste, qui a perdu sa femme au Bataclan le 13 novembre, avait déjà publié Vous n'aurez pas ma haine. Il est l'auteur d'un nouveau texte. 

 

9h22: Début d'un 3e Conseil de défense à l'Elysée

Un troisième Conseil restreint de sécurité et de défense s'est ouvert lundi peu après 9h, a-t-on appris auprès de la présidence. Ce Conseil devait avoir «une présence ministérielle similaire» à celle de samedi, a indiqué l'Élysée: aux côtés du chef de l'État, le Premier ministre Manuel Valls, le ministre des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault, le Garde des Sceaux Jean-Jacques Urvoas, la ministre de la Santé Marisol Touraine, mais aussi les responsables de la police, de la gendarmerie, des services de renseignement et le chef d'état-major des armées Pierre de Villiers.

8h59: Le terroriste présumé s’était vu prescrire des neuroleptiques

Omar, un cousin de Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, a évoqué au micro d'Europe 1 une famille régulièrement en proie à « la dépression ». « Il avait quand même dix frères et sœurs et ils sont tous complexés de nature », a-t-il dit.

En Tunisie, après des accès de violence envers ses parents, Mohamed Lahouaiej-Bouhlel s’était vu prescrire des antipsychotiques, des médicaments psychotropes utilisés pour leur effet tranquillisant.

8h47: Mohamed Lahouaiej-Bouhlel multipliait les amants, selon un proche de l’enquête

D’après Le Parisien, les noms de nombreuses conquêtes féminines, mais aussi masculines, ont été identifiés dans le téléphone portable du conducteur.

La plupart d’entre elles ont été auditionnées, et notamment un homme de 73 ans, présenté comme le principal amant de Lahouaiej-Bouhlel.

« Ce terroriste peut être qualifié d’obsédé sexuel au regard des auditions de ses différent(e) s partenaires, commente un proche de l’affaire.

8h10 : Les liens entre le tueur et « les réseaux terroristes » pas encore « établis », selon Cazeneuve

Les liens entre le tueur de Nice Mohamed Lahouaiej-Bouhlel et « les réseaux terroristes », et notamment l’organisation de l’Etat islamique qui a revendiqué l’attaque « pour l’instant ne sont pas établis par l’enquête », a déclaré ce lundi le ministre de l’Intérieur.

« Le mode opératoire emprunte totalement à ce que sont les messages de Daesh », a toutefois ajouté Bernard Cazeneuve sur RTL. « On ne peut pas exclure qu’un individu déséquilibré et très violent, et il semble que sa psychologie témoigne de ces traits de caractère, ait été à un moment, dans une radicalisation rapide, engagé dans ce crime absolument épouvantable. »

8h: Un Français sur trois fait confiance au gouvernement face au terrorisme

Seulement 33 % des Français affirment faire confiance au président François Hollande et au gouvernement pour faire face et lutter contre le terrorisme, selon un sondage Ifop pour Le Figaro lundi.

7h48: Six personnes toujours en garde à vue

Trois des six personnes toujours en garde à vue ont été transférées à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), pour être interrogées dans les locaux de Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), a précisé cette source.