Attentat de Nice: «L’Etat islamique n'a encore jamais fait une revendication opportuniste»

INTERVIEW La revendication par le groupe terroriste de la tuerie du 14 juillet à Nice est crédible selon le spécialiste David Thomson...

Fabrice Pouliquen
— 
Le camion criblé de balles à la fin de sa course meurtrière sur la promenade des Anglais à Nice, le 15 juillet 2016.
Le camion criblé de balles à la fin de sa course meurtrière sur la promenade des Anglais à Nice, le 15 juillet 2016. — VALERY HACHE / AFP

« L’auteur de l’opération […] menée à Nice en France est un soldat de l’Etat islamique. Il a exécuté l’opération en réponse aux appels lancés pour prendre pour cible les ressortissants des pays de la coalition qui combat l’EI. » C’est par ce communiqué que le groupe Etat islamique (EI) a revendiqué la tuerie qui a fait 84 morts de Nice via son agence Amaq, ce samedi matin. Soit plus de 24h après les faits. Faut-il y croire ? Le journaliste spécialiste du terrorisme, David Thomson, répond à nos questions.

Cette revendication est-elle crédible à vos yeux ?

L’authenticité de la revendication ne fait en tout cas aucun doute. Elle a été diffusée par l’agence Amaaq, le canal de communication officiel de l’agence Etat islamique. Une sorte d’AFP de l’EI. Donc sur ce point, il n’y a pas de doute : ce communiqué vient bien de l’agence Etat islamique.

Cette revendication intervient plus de 24h après l’attentat. Est-ce plus tard que d’habitude ?

Il n’y a pas vraiment de règles concernant le timing des revendications. En général, dans les pays occidentaux, les attaques sont revendiquées rapidement. Quelques heures après le plus souvent. C’est vrai que là c’est plus tard que d’habitude. Mais au Tchad, par exemple, une attaque terroriste a été revendiquée un mois après par l’organisation EI. Encore une fois, il n’y a vraiment pas de règles.

Mais cette revendication tardive trahit-elle une tentative de récupération de l’attaque de Nice par Daesh ?

Jusqu’à présent, l’Etat islamique n’a jamais diffusé une revendication opportuniste. Il y a un début à tout, mais à ce jour, il n’y en a jamais eu. Pourtant l’organisation islamiste aurait déjà pu le faire. L’exemple le plus frappant est le crash du vol MS804 d’Egypt Air [le 19 mai alors qu’il assurait la liaison Paris-Le Caire]. Il n’a jamais été revendiqué par l’EI alors que les autorités égyptiennes pointaient la responsabilité de l’organisation. A l’inverse, six mois avant, l’EI avait revendiqué l’attentat contre un appareil russe reliant Sharm el-Sheikh à Saint-Pétersbourg et avait même apporté les preuves de son implication face aux doutes des autorités égyptiennes. Il est probable d’ailleurs que l’EI fasse de même pour l’attentat de Nice en diffusant les preuves des liens qu’elle entretenait avec le terroriste.

Dans son communiqué, l’EI présente Mohamed Lahouaiej-Bouhlel comme « un soldat qui a répondu à l’appel ». Cela laisse présager des liens forts entre le chauffeur du camion et l’organisation terroriste ?

Il faut en effet toujours prendre en compte la terminologie employée dans les communiqués. Elle n’est jamais utilisée par hasard. Pour l’attentat de San Bernardino, les auteurs étaient un couple terroriste qui avait agi sous l’influence de l’EI sans forcément avoir de liens avec l’organisation terroriste. Ils avaient été alors qualifiés de simples « sympathisants » et l’attaque de San Bernardino n’avait pas été l’objet d’un communiqué de revendication. EI n’avait envoyé qu’un message de revendication. A l’inverse, l’attentat d’Orlando a fait l’objet d’un communiqué de revendication officiel et le terroriste avait été lui aussi présenté comme un soldat. Il y avait eu des liens au moins téléphoniques entre l’EI et le terroriste. Un serment d’allégeance passé avant l’attaque.

C’est ce qu’il reste encore à trouver à Nice ? Le serment d’allégeance de Mohamed Lahouaiej-Bouhlel ?

Tout à fait. Pour l’instant, les enquêteurs n’ont pas encore trouvé d’éléments matériels prouvant les liens entre Mohamed Lahouaiej-Bouhlel et l’EI. Mais l’enquête commence tout juste et il est probable qu’il trouve des éléments dans le téléphone ou le matériel informatique du terroriste.

>> A lire aussi : Attentat de Nice: Les trois zones d’ombre que les enquêteurs doivent encore éclaircir

Mais ces serments d’allégeance ou ces testaments posthumes sont d’habitude moins cachés, non ?

C’est vrai, oui. D’habitude, le terroriste publie lui-même un message de revendication d’ailleurs. C’est la particularité de cet attentat de Nice. Mais je ne crois pas pour autant à une revendication opportuniste de l’EI. Encore une fois, l’organisation islamique ne l’a jamais fait.