Attentat de Nice: En quoi consiste le «deuil national»?

ATTENTAT François Hollande a décrété un deuil national de trois jours de samedi à lundi...

Claire Barrois

— 

Un drapeau français en berne en signe de deuil après les attentats du 13 novembre.
Un drapeau français en berne en signe de deuil après les attentats du 13 novembre. — G. Michel / Sipa

Vendredi matin, François Hollande a décrété un deuil national de trois jours les 16, 17 et 18 juillet avec une mise des drapeaux en berne dès ce vendredi à la suite de l’attentat à Nice qui a fait au moins 84 morts.

>> Suivez en direct les événements tragiques de Nice

En France, c’est seulement la septième fois sous la cinquième République qu’un deuil national est décrété. En 1970, 1974 et 1996, une journée a été dédiée à la mémoire de chaque mort d’un président de la République : Charles de Gaulle, puis Georges Pompidou et François Mitterrand.

En plus de la mise en berne des drapeaux sur les édifices publics, les deuils nationaux de Charles de Gaulle et Georges Pompidou ont entraîné la fermeture des administrations publiques, des établissements d’enseignement, de la Bourse, ou même encore les théâtres et les cinémas et l’annulation des manifestations sportives.

Le tournant des années 2000

Depuis 2001, les journées de deuil national ont été exclusivement réservées aux victimes du terrorisme. Le choc des attentats du 11 septembre 2001 à New York a entraîné une journée de commémorations. En 2015, c’est également une journée qui a été dédiée aux personnes assassinées dans les locaux du journal satirique Charlie Hebdo.

L’ampleur des attentats de Paris du 13 novembre 2015, qui ont fait 130 morts, puis de celui du 14 juillet 2016 à Nice, pour lequel on compte au moins 84 morts pour le moment, a poussé François Hollande à décréter trois journées de deuil national. Des manifestations culturelles ont été annulées pour des raisons de sécurité et le deuil national devrait surtout consister en plusieurs commémorations officielles qui s’ajouteront à la mise en berne des drapeaux sur les bâtiments officiels.