Attentat de Nice: «Face à l'horreur», les Niçois ont afflué pour donner leur sang

SOLIDARITÉ Des centaines de personnes ont répondu à l'appel du CHU de Nice et de l'EFS...

Fabien Binacchi

— 

Dans le centre de dons niçois de l'Établissement français du sang
Dans le centre de dons niçois de l'Établissement français du sang — F. Binacchi / ANP / 20 Minutes

« J’étais obligé de venir ce matin. Je ne pouvais pas faire autrement ». Eric, un fonctionnaire niçois de 57 ans, était le premier à s’installer ce vendredi dans l’un des fauteuils du centre de don de l’Etablissement français du sang (EFS), à l’Est de Nice.

« Hier soir, j’étais sur la rue piétonne, à quelques mètres seulement de la promenade des Anglais, lorsque c’est arrivé. J’ai été pris dans un mouvement de foule. Plus tard, j’ai vu ce qui s’était vraiment passé, raconte-t-il. Je suis un donneur régulier. Mais là pour moi, c’était impensable de ne pas venir. »

>> A lire aussi : EN DIRECT. Attaque à Nice: Hollande décrète trois jours de deuil national... Le chauffeur du camion formellement identifié...

On n’avait jamais vu une telle affluence

Et comme lui, ils étaient des centaines à avoir répondu à un appel au don, lancé dans la nuit après l’attentat qui a fait au moins 84 morts et des dizaines de blessés. Dans ces locaux, situés dans un centre commercial, on avait jamais vu telle affluence.

« Il y avait eu beaucoup de monde juste après les attentats de novembre, mais là c’est vraiment exceptionnel », glisse une infirmière.

A l'entrée du centre de dons de l'EFS
A l'entrée du centre de dons de l'EFS - F. Binacchi / ANP / 20 Minutes

« On cherche ce qu’on peut faire »

Christelle attend son tour autour de la table des petits-déjeuners. Mais elle ne peut rien avaler. « J’habite sur la Promenade des Anglais. J’ai tout vu de mon balcon. Et ce que j’ai vu, c’est l’horreur, explique cette avocate de 45 ans, des larmes dans les yeux. C’est pour ça que je viens donner mon sang. Ma fille est soignante, elle est auprès des blessés. On cherche ce qu’on peut faire. Et moi, j’ai trouvé ce seul moyen pour aider. »

>> A lire aussi : «J'ai vu le camion qui fonçait et des corps qui voltigeaient»

Sandra, fonctionnaire à la mairie de Nice, a aussi des sanglots dans la voix. « Je devais y être, je devais passer la soirée au High [une discothèque de la promenade des Anglais transformée en centre de secours avancé dans la soirée]. Je ne travaillais pas aujourd’hui alors je suis tout de suite venue », dit-elle.

Les donneurs invités à se présenter « dans les prochains jours »

Une importante file d'attente devant l'EFS
Une importante file d'attente devant l'EFS - F. Binacchi / ANP / 20 Minutes

Sur son fauteuil de don, la Niçoise propose même de rester « donner un coup de main » pour gérer le flux de donneurs. A l’extérieur du centre, plusieurs centaines de personnes patientaient encore en milieu de matinée. L’EFS indiquait pourtant dans la matinée que « le niveau de réserve des produits sanguins labiles est suffisant pour faire face à la situation d’urgence liée à l’attentat de Nice ».

La structure invite cependant « les donneurs et les candidats au don à se présenter dans les prochains jours sur un site de collecte proche de chez eux pour donner leur sang ».