Attentat de Nice: Les précédents liés au terrorisme qui ont eu lieu ces derniers mois dans la région

SOCIETE Nice faisait partie des villes les plus menacées après Paris depuis le 13 novembre dernier…

Marc Nouaux

— 

La promenade des Anglais de Nice après l'attentat
La promenade des Anglais de Nice après l'attentat — Sasha Goldsmith/AP/SIPA

Si l’attentat du 14 juillet n’a pas encore été revendiqué, on sait que la ville de Nice (Alpes-Maritimes) et sa région sont fortement menacées depuis plusieurs mois par des attaques terroristes. Des événements en lien avec le terrorisme ont été à déplorer ces derniers mois.

>> A lire aussi : EN DIRECT. Attaque à Nice: Le chauffeur du camion formellement identifié... Une dizaine d'enfants parmi les 84 victimes selon Estrosi...

  • Un attentat déjoué avant le Carnaval 2014

En 2014, des hommes de retour de Syrie sont interpellés par les forces de l’ordre. Ils préparaient, selon RTL, des attentats à l’occasion du carnaval de Nice, un événement de réputation planétaire. Ibrahim Boudina a été arrêté alors qu’il était en possession de trois canettes remplies de TATP, un explosif artisanal capable de produire l’effet de plusieurs dizaines de grenades. Il envisageait une opération similaire à celle des attentats ayant eu lieu au marathon de Boston, en 2013.

  • Trois militaires agressés au couteau en 2015

En plein plan Vigipirate, en février 2015,trois militaires ont été agressés au couteau et légèrement blessés dans le centre de Nice, alors qu’ils étaient en faction devant un centre communautaire juif. Moussa Coulibaly, l’auteur de l’agression, a été condamné cinq fois entre 2006 et 2009, à chaque fois à Mulhouse (Haut-Rhin) où il vivait. Il était en possession de deux couteaux. Il en a utilisé un à l’encontre des militaires. Il a été interpellé grâce à l’intervention de deux agents du tramway, qui passaient à proximité, et d’un autre homme.

>> A lire aussi : Attentat à Nice: «Des dizaines d’enfants», un commissaire adjoint, qui sont les victimes?

  • Un réseau djihadiste démantelé à Cannes en 2015

Une vingtaine de membres présumés d’un réseau djihadiste ont été renvoyés devant les assises à la fin de l’année 2015. Ils appartenaient à la cellule dite de « Cannes-Torcy ». Des liens existaient entre la ville des Alpes-Maritimes et celle de Seine-et-Marne. Ils sont à l’origine d’une attaque antisémite à l’encontre d’une épicerie casher de Sarcelles, dans le Val d’Oise, en 2012. L’un des leaders de cette cellule, Jérémy Bailly, 33 ans, a raconté que les explosifs retrouvés dans un box qu’il utilisait devaient être utilisé pour « fabriquer une bombe » qui aurait été « posée chez des militaires ou des sionistes ». Les membres de la cellule ont été arrêtés probablement peu de temps avant une attaque.

>> A lire aussi : Fin de l'enquête judiciaire sur la cellule islamiste de Cannes-Torcy