Discrimination à l'embauche: La fonction publique hospitalière et territoriale épinglée

EMPLOI Un rapport dénonce les pratiques de recrutement dans certaines professions de la fonction publique…

20 Minutes avec AFP
— 
La fonction publique hospitalière est épinglée pour ses recrutements discriminatoires (illustration).
La fonction publique hospitalière est épinglée pour ses recrutements discriminatoires (illustration). — Frederic Scheiber/20 Minutes

La discrimination à l’emploi dans le service public est une réalité. Les candidats d’origine maghrébine et ceux vivant dans les quartiers défavorisés sont pénalisés dans l’accès aux fonctions publiques hospitalière et territoriale, relève un rapport remis ce mardi au Premier ministre.

Ce rapport, commandé par Manuel Valls à Yannick L’Horty, enseignant-chercheur à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée, est le premier du genre à se pencher sur les risques de discrimination dans le recrutement de la fonction publique (État, hospitalière, territoriale).

Les personnes d’origine maghrébine, de quartiers défavorisés, les femmes…

Concernant l’accès à l’emploi, les tests ont porté sur l’envoi de 3.258 candidatures virtuelles en réponse à 1.086 offres d’emploi réelles concernant cinq professions (policier national, infirmier, responsable administratif, technicien de maintenance et aide-soignante).

Ils montrent que les candidats d’origine maghrébine sont pénalisés dans les fonctions publiques hospitalière et territoriale, où les modes de recrutement sont « très décentralisés et très peu organisés », proches de ceux du privé, et qu’il en va de même pour les candidats résidant dans des quartiers défavorisés.

S’agissant des concours, les femmes, les personnes nées hors de France métropolitaine ou encore celles résidant dans les quartiers défavorisés ont moins de chance de les réussir, selon les données d’un panel de 400.000 candidats à 90 concours relevant de cinq ministères (Affaires étrangères, Intérieur, Travail, Education nationale et Recherche).

La cohésion nationale « ébranlée » selon Valls

« En créant un décalage incompréhensible entre la promesse républicaine d’égalité, de méritocratie, et la réalité, ces pratiques ébranlent ce qui fonde notre cohésion nationale », a souligné Manuel Valls. Pour lui, « une exigence d’exemplarité s’impose aux employeurs publics ». « Ce type d’enquête sera désormais rendu public chaque année », a assuré de son côté la ministre de la Fonction publique Annick Girardin. « C’est indispensable pour sensibiliser et comparer les progrès réalisés », a-t-elle dit.

Jugeant « inacceptables » les données concernant l’hôpital public, la ministre de la Santé Marisol Touraine a promis, de son côté, de mettre « tout en œuvre » pour faire cesser ces pratiques. Un testing national sera notamment lancé dans six mois au sein d’un panel d’établissements publics représentatif et ses résultats seront rendus publics, a indiqué le ministère.