Attentats de Paris: Le commanditaire aurait été identifié par les services de renseignement

TERRORISME C'est ce qu'aurait déclaré le directeur général de DGSE à la commission d'enquête parlementaire...

M.C.

— 

Un enquêteur effectuant des recherches devant le Bataclan, le 14 novembre 2015.
Un enquêteur effectuant des recherches devant le Bataclan, le 14 novembre 2015. — Christophe Ena/AP/SIPA

Failles, incohérences, restrictions, humaines ou budgétaires, scenarii noirs : le rapport de la commission d’enquête parlementaire sur les attentats de 2015, dans ses annexes publiées mardi, souligne les difficultés passées et à venir pour lutter contre la mouvance djihadiste en France. On y apprend également que les services de renseignement français auraient identifié le commanditaire des attaques du 13 novembre à Paris et Saint-Denis, rapporte le Parisien.

>> A lire aussi : Bernard Cazeneuve répond à la commission d'enquête sur les attentats

« Nous connaissons le commanditaire mais je resterai discret sur ce point », aurait ainsi déclaré le directeur général de la sécurité extérieure (DGSE), lors de son audition à huis clos le 24 mai. Selon lui, Abdelhamid Abaaoud, généralement considéré comme le commanditaire des attentats, en serait le « coordonnateur », mais n’aurait pas planifié l’opération, d’après les propos cités par le Parisien. Tout a été mis en œuvre pour stopper Abaaoud, assurerait encore Bernard Bajolet, selon lequel ses services étaient sur la trace du réseau « depuis janvier 2015 », quand le djihadiste se trouvait à Athènes.

Plus généralement, face à la menace djihadiste, une lutte de « très longue haleine », la France doit avant tout s’armer « moralement », estime Bernard Bajolet. Et de citer vingt attentats déjoués par ses services hors de France depuis janvier 2013, dont douze visaient des intérêts français et huit des cibles occidentales, pour 51 autres opérations antiterroristes. « Cela me rappelle les "années de plomb" qu’ont connues des pays tels que l’Italie », observe-t-il. « La question de la résilience de la société française se pose. »