Sécurité routière: 91 % des hommes ne croient pas au dicton «femme au volant, mort au tournant»

SONDAGE De leur côté, deux femmes sur 10 admettent avoir déjà demandé à un homme d'arrêter son véhicule pour en prendre le volant....

20 Minutes avec agence
— 
Conductrice égarée, cherchant son chemin a l'aide d'une carte routière.
Conductrice égarée, cherchant son chemin a l'aide d'une carte routière. — SIERAKOWSKI/ISOPIX/SIPA

Non, les hommes ne pensent pas que les femmes sont des dangers publics. Neuf hommes sur dix estiment même que le dicton « femme au volant, mort au tournant » est « faux ». Tel est le résultat d’une enquête menée par l’assureur MMA dévoilée ce mardi.

Les femmes plus sévères que les hommes

Alors que 3 morts sur 4 sur les routes de France sont des hommes, l’assureur a voulu en savoir plus sur ce que les hommes et femme pensaient de leur conduite respective.

Dans le détail, 87 % des hommes jugent que les femmes au volant sont « prudentes », « 82 %, respectueuses du Code de la route et 75 %, courtoises ». Des résultats qui placent les femmes en conducteur idéal puisque 83 % des hommes se sentent en confiance lorsqu’ils en sont les passagers.


En revanche les hommes soupçonnent les femmes d’être parfois accaparée par d’autres activités que la conduite (manger, boire, fumer, se maquiller, etc.) ou de ne pas mettre leur clignotant.

Des conducteurs trop rapides et agressifs

De leur côté, les femmes se montrent beaucoup plus sévères que les hommes. Si elles estiment que les conducteurs « maîtrisent les manœuvres de stationnement (92 %) et leur véhicule (89 %), elles sont 90 % à penser qu’ils roulent vite et 78 % à trouver leur conduite agressive ».

En conclusion, 81 % des femmes interrogées estiment que les hommes prennent « des risques au volant ». Ce qui ne les empêche pas, pour 76 % d’entre elles, de se sentir en confiance en tant que passagères, au côté d’un homme. Elles sont cependant beaucoup moins confiantes que les hommes, puisque 2 sur 10 admettent avoir déjà demandé l’arrêt du véhicule pour en prendre le volant.

Un seul chiffre semble mettre tout le monde d’accord. Hommes ou femmes, 49 % des Français, reconnaissent de temps à autre s’emporter ou insulter d’autres usagers.