Affaire Merah: L'Etat condamné par la justice pour la mort du soldat Abel Chennouf

JUSTICE Le caporal-chef Abel Chennouf avait été assassiné le 15 mars 2012 à Montauban…

20 Minutes avec AFP
— 
Abel Chennouf, l'une des victimes de Mohamed Merah.
Abel Chennouf, l'une des victimes de Mohamed Merah. — Pascal Pavani AFP

C’est une décision très rare. L’Etat a été jugé en partie responsable de la mort d’un militaire tué par Mohamed Merah, le caporal-chef Abel Chennouf, assassiné le 15 mars 2012 à Montauban (Tarn-et-Garonne).

>> A lire aussi : Albert Chennouf, le père d'une victime, veut connaître toute la vérité

«Le tribunal juge que la décision de supprimer toute mesure de surveillance de Mohamed Merah, prise à la fin de l’année 2011 (…) est constitutive d’une faute engageant la responsabilité de l’Etat », écrit le tribunal administratif de Nîmes qui avait été saisi par le père du militaire, Albert Chennouf Meyer. « Cette faute a compromis les chances d’empêcher l’attentat », précise le tribunal, qui « fixe à un tiers la part de responsabilité de l’Etat ».

Cette tuerie était la deuxième commise par Merah, avant celle qui a coûté la vie à quatre personnes, dont trois enfants, dans une école juive de Toulouse.

« Maintenant que j’ai obtenu satisfaction, je vais attaquer les personnes nommément »

« Il faut combien de Bataclan, il faut combien de Toulouse et Montauban, il faut combien de Saint-Denis, il faut combien de Thalys pour qu’on comprenne que ces gens-là doivent être enfermés ? », a réagi sur RTL le père du soldat Abel Chennouf, qui avait saisi la justice.

>> A lire aussi : Le père d'une victime de Merah porte plainte contre Woerth et Sarkozy

« Il faut qu’on arrête ces criminels « nazislamistes » avant qu’ils ne passent à l’acte », a poursuivi Albert Chennouf Meyer. « Maintenant que j’ai obtenu satisfaction, je vais attaquer les personnes nommément. Il y a des gens qui étaient responsables et qui n’ont pas fait leur travail ».