Attentats de novembre: Abaaoud aurait pu être arrêté en Grèce en janvier 2015

TERRORISME Une meilleure coordination entre les services de police belge et grec aurait probablement permis d’interpeller le présumé commanditaire des attaques de Paris…

H. B.
— 
Photo d'Abdelhamid Abaaoud, en Syrie
Photo d'Abdelhamid Abaaoud, en Syrie — SIPA

Les attentats de Paris auraient-ils pu être évités ?  Abdelhamid Abaaoud, le commanditaire présumé des attaques du 13 novembre, aurait échappé de justesse en janvier 2015 aux policiers grecs qui le traquaient. Une mauvaise coordination entre les services de police belge et grec aurait permis au présumé terroriste de passer entre les mailles du filet, révèle BFMTV.

« Un lien téléphonique entre la cellule de Verviers [Belgique] et Abaaoud était établie avant le démantèlement de la première. Il était alors prévu une action concertée des services belges et grecs afin d’interpeller le djihadiste se trouvant à Athènes. (….) Cependant la précipitation de l’intervention à Verviers n’a pas permis une telle arrestation », révèle la commission d’enquête parlementaire sur les attentats de Paris, qui a récemment remis son rapport.

>> A lire aussi : Cellule djihadiste de Verviers, jusqu'à 16 ans de prison pour quatre chefs de la première cellule d'Abaaoud

« La frustration encore vivace des services grecs »

Selon le rapport parlementaire, les policiers à Athènes n’ont été prévenus qu’un quart d’heure avant l’opération à Verviers. Un laps de temps bien trop court pour permettre une interpellation du présumé terroriste. « Votre rapporteur a pu mesurer, à Athènes, toute la frustration encore vivace des services grecs, apparemment mal tenus informés de l’organisation du démantèlement en Belgique. […] Ces services ont dû organiser en urgence, dans le centre-ville de la capitale, une opération d’interpellation en masse, dans la rue…). Abdelhamid Abaaoud échappe alors au coup de filet. »

Deux jours après les attentats déjoués à Verviers, le 17 janvier, la police grecque avait en effet mené des raids à Athènes. Deux appartements avaient été ciblés. Des traces d’ADN correspondant à celles d’Abaaoud y avaient été découvertes, mais aucune du suspect…