Pourquoi Francis Heaulme va-t-il être le seul à être jugé pour le double-meurtre de Montigny-lès-Metz?

JUSTICE Longtemps soupçonné dans cette affaire de double-meurtre, Henri Leclaire a finalement été totalement blanchi par la justice, ce jeudi matin…

Vincent Vantighem
— 
Montigny-lès-Metz, le 3 octobre 2006. Francis Heaulme participe à la reconstitution du double-meurtre des enfants Beining et Beckrich.
Montigny-lès-Metz, le 3 octobre 2006. Francis Heaulme participe à la reconstitution du double-meurtre des enfants Beining et Beckrich. — OLIVIER MORIN / AFP

« Mon style, c’est l’Opinel. Et j’étrangle à mains nues. Montigny, c’est pas moi ! » Malgré ses dénégations, Francis Heaulme sera bien la seule personne à comparaître pour le double meurtre de Montigny-lès-Metz (Moselle). La justice a finalement mis hors de cause, ce jeudi, Henri Leclaire pour le double meurtre de Cyril Beining et Alexandre Beckrich commis en 1986.

>> Les faits : Henri Leclaire bénéficie d’un non-lieu dans l’affaire de Montigny

Aussi rond et petit que Francis Heaulme est grand et sec, Henri Leclaire était pourtant apparu, à de nombreuses reprises, dans ce dossier depuis la découverte des corps des deux enfants, tués à coups de pierre sur un talus d’une voie SNCF désaffectée. 20 Minutes revient sur les raisons qui ont finalement poussé la justice à le blanchir.

  • Qui est Henri Leclaire ?

Henri Leclaire, à son arrivée le 5 août 2014 au palais de Justice de Metz
Henri Leclaire, à son arrivée le 5 août 2014 au palais de Justice de Metz - Fred Marvaux AFP

Henri Leclaire est un ancien manutentionnaire aujourd’hui âgé de 67 ans. Résidant à deux pas du lieu du double meurtre,il est surtout le premier homme à s’être rendu aux enquêteurs pour avouer les faits le 10 décembre 1986.

>> Pourquoi l'ombre d'Henri Leclaire plane sur l'affaire de Montigny ?

A l’époque, il est rapidement mis hors de cause. Les policiers relèvent de nombreuses incohérences dans son récit. Il est incapable de décrire les vêtements des deux enfants tués, se trompe dans les pierres qui ont servi à leur fracasser le crâne. Surtout, les policiers relèvent, dans le dossier, son « impossibilité physique » à grimper sur le talus où les enfants ont été découverts.

  • Pourquoi est-il réapparu dans le dossier ?

Henri Leclaire totalement blanchi, Francis Heaulme est donc le seul accusé à se présenter devant la cour d’assises de Metz pour répondre du double meurtre le 30 mars 2014. Mais, coup de théâtre dès l’ouverture du procès : le président de la cour d’assises indique avoir reçu de nouveaux témoignages incriminant Henri Leclaire.

>> Procès : Revivez en direct l'audience de l'époque

Convoqué en urgence, l’ancien manutentionnaire se retrouve à la barre de la cour d’assises où il bafouille, tergiverse et finit par s’emmêler les pinceaux. Le président de la cour d’assises décide alors d’ajourner le procès afin de réexaminer la responsabilité d’Henri Leclaire dans toute cette affaire.

  • Quels étaient ces nouveaux témoignages à charge pour lui ?

Dessin de Francis Heaulme, lors de l'ouverture de son procès, à Metz, le 31 mars 2014
Dessin de Francis Heaulme, lors de l'ouverture de son procès, à Metz, le 31 mars 2014 - BENOIT PEYRUCQ / AFP

Le premier émane d’une femme à qui Henri Leclaire livrait des courses. En 2014, lors du procès, elle raconte qu’Henri Leclaire lui a, un jour, avoué avoir « attrapé » les enfants sur le talus. Le second vient d’un ancien conducteur de trains SNCF. Vingt-huit ans après les faits, il s’est souvenu avoir aperçu, le jour du drame, un homme aux vêtements ensanglantés qui « ressemblait à 90 % » à Henri Leclaire. Après deux ans de procédures, la justice a finalement estimé que ces témoignages n’étaient pas suffisants pour renvoyer Henri Leclaire devant la cour d’assises.

  • Que pense Francis Heaulme de tout ça ?

Déjà condamné sept fois pour neuf meurtres, le « Routard du crime » a bien sûr un avis sur la question. Lors du procès en 2014, il a indiqué qu’il avait, vu, lui aussi Henri Leclaire descendre le talus, les vêtements tachés de sang.

>> Francis Heaulme : «Si je sors un jour de prison, je me ferai tout petit» 

Dans une interview exceptionnelle accordée à 20 Minutes, en septembre 2013, il avait indiqué qu’il ne comprenait pas pourquoi il était jugé pour cette affaire. « Pour moi, c’est une erreur judiciaire aussi lourde que celle de Patrick Dils. »

  • Les deux hommes ont-ils pu tuer les enfants ensemble ?

La chambre de l’instruction de la cour d’appel de Metz estime qu’il ne s’agit que d’une « hypothèse journalistique » et qu’elle n’a pas à se prononcer sur une « fiction ». Il n’empêche, cette thèse a souvent été débattue.

Dans sa longue et terrible histoire criminelle, Francis Heaulme a, à plusieurs reprises, été reconnu coupable de meurtres pour lesquels il a bénéficié de l’appui de complices. Pour l’affaire de Montigny, c’est seul qu’il devra répondre des faits. Le procès pourrait avoir lieu en 2017, plus de trente après la mort des deux enfants.