Électrocution mortelle en Savoie: des questions sur la ligne haute tension

© 2016 AFP
— 
La benne a été actionnée sous une ligne 20.000 volts alors que deux enfants étaient dans la cabine du camion, un adolescent et une fillette de quatre ans
La benne a été actionnée sous une ligne 20.000 volts alors que deux enfants étaient dans la cabine du camion, un adolescent et une fillette de quatre ans — MYCHELE DANIAU AFP

Au lendemain de la mort de deux hommes électrocutés alors qu'un camion-benne heurtait une ligne à haute tension en Savoie, les enquêteurs vont interroger Enedis (ex-ERDF) pour vérifier la conformité de la hauteur de la ligne, a-t-on appris auprès du parquet samedi.

"Je suis très dubitatif qu'un élément de transport routier puisse arriver à toucher si facilement une ligne à haute tension, surtout à proximité d'une aire de jeux pour enfants", a expliqué à l'AFP le vice-procureur d'Albertville, Guy Bouchet, qui a ouvert une enquête pour homicide involontaire.

Des responsables d'Enedis et de la commune devraient être interrogés d'ici lundi, ainsi que des témoins, a-t-il ajouté.

Vendredi en fin de journée, un camion venu livrer du sable aux abords du village de Bramans, en Maurienne, sur une aire de jeux pour enfants, a touché une ligne à haute tension (de 11.000 volts selon le parquet, 20.000 selon Enedis) quand la benne a été actionnée.

Deux enfants qui étaient dans la cabine du camion ont alors commencé à être électrocutés et deux hommes employés de l'entreprise de livraison de sable, dont le père d'un des enfants, se sont précipités pour les secourir.

Un choc électrique important a alors tué les deux hommes, âgés d'une quarantaine d'années. S'agissant des enfants, le garçon qui est le fils d'une des victimes est sorti de l'hôpital vendredi soir et la fillette, brûlée par un début d'incendie dans le camion, est toujours hospitalisée mais ses jours ne sont pas en danger, selon la même source.

L'accident a provoqué un vif émoi dans cette petite commune de moins de 500 habitants à la frontière italienne dans laquelle vivaient les victimes.

De son côté, Enedis estime que c'est le temps des condoléances et qu'"il est bien trop tôt pour avoir des éléments factuels sur le statut de cette ligne à haute tension", selon un responsable du réseau de distribution d'électricité dans les Alpes joint par l'AFP.