Maltraitance animale: Trois abattoirs ont vu leur agrément «suspendu ou retiré»

AGRICULTURE Trois établissements ont vu leur agrément « suspendu ou retiré » à la suite d’inspections…

N.Beu.
— 
Un abattoir à bovins dans l'Ouest de la France (illustration).
Un abattoir à bovins dans l'Ouest de la France (illustration). — GILE MICHEL/SIPA

Trois abattoirs à l’arrêt. A la suite des inspections réclamées par le Stéphane Le Foll, trois établissements ont vu leur agrément « suspendu ou retiré », annonce ce vendredi le ministère de l’Agriculture sur son site Internet.

Le ministre avait ordonné ces inspections dans l’ensemble des abattoirs de France et créé un délit de maltraitance qui peut viser les directeurs de ces établissements après la divulgation, par l’association anti-viande L214, d’images de maltraitance dans des abattoirs. Au lendemain de la diffusion de nouvelles vidéos, dévoilées par cette association, tournées dans les abattoirs de Pézenas ( Hérault) et de Puget-Théniers ( Alpes-Maritimes), le ministre avait proposé de rendre publics les résultats de ces contrôles, « pour que tout le monde soit transparent ».

Ce qu’il a donc fait ce vendredi. Le rapport publié ce vendredi par le ministère précise que « près de 70 % des inspections concluent à un niveau de maîtrise des risques satisfaisant (20 %) à acceptable (49 %) ». L’audit indique également que « dans 31 % des inspections, le niveau de maîtrise des risques a été jugé insuffisant ». Par ailleurs, « 107 avertissements (rappels à la réglementation) ont été donnés et 87 exploitants ont été mis en demeure d’apporter des corrections à leur système, dans un délai fixé par l’administration en fonction de la nature de l’action corrective à apporter ».