Emploi: En décolleté sur son CV, une femme a plus de chance d'être embauchée

DISCRIMINATION Sur 200 réponses à une offre d'emploi, un haut échancré génère une soixantaine de propositions d'entretien de plus qu'un col plus couvrant...

20 Minutes avec agence
— 
Un curriculum vitae.
Un curriculum vitae. — JAUBERT/SIPA

Les femmes ayant aposé à leur CV une photo sur laquelle elles portent un haut au col échancré ont 19 fois plus de chance que les autres d’être contactées en vue d’un entretien d’embauche. Le constat fonctionne aussi bien pour des postes de bureau que pour des emplois en contact direct avec la clientèle.

« L’effet-décolleté »

Les candidates à un nouveau job arborant des vêtements sans décolleté seraient donc victimes de « discrimination à l’embauche » puisque, comme le fait remarquer Slate, les choix vestimentaires font partie de l’apparence physique, un critère que la loi du 16 novembre 2001 qualifie d’illégal lors d’une embauche.

 

 

L’existence d’un « effet-décolleté » dans la recherche d’emploi a été pointée par le Dr Sevag Kertechian. Ce chercheur en sciences de la gestion à l’université Paris-Sorbonne a passé au crible, trois années durant, les méthodes de recherche d’emploi de deux femmes aux caractéristiques physiques similaires.

Chacune des deux femmes a postulé à 100 offres d’emploi avec une photo de CV sur laquelle elle portait un haut ras-du-cou et à cent autres offres d’emploi avec une photo sur laquelle elle arborait un large décolleté. Toutes les deux ont également répondu à des offres de poste de vendeuse ou de comptable.

 

62 propositions d’entretien en plus

Sur 200 candidatures envoyées, la volontaire portant un décolleté sur sa photo de CV a reçu 62 propositions d’entretien de plus que sa camarade d’expérience pour des postes de vente et 68 propositions de plus pour les postes de comptabilité.

« Les résultats montrent de manière très significative comment s’effectue le choix des recruteurs […]. Quel que soit le job, qu’il s’agisse d’un travail de vendeuse en contact avec la clientèle ou d’un travail de bureau, c’est bien le vêtement décolleté qui suscite le plus de réactions positives », commente Sevag Kertechian.

 

 

Selon l’auteur, cité par le Telegraph, « ces résultats se sont avérés assez choquants, dans le sens négatif du terme, mais ne sont pas nécessairement étonnants. Ils mettent en évidence le besoin de mener davantage de recherches sur le sujet ».