Allocations chômage: Pas de revalorisation au 1er juillet

SOCIAL L’Unédic n’a pas réussi à se mettre d’accord sur un taux…

20 Minutes avec AFP

— 

Une demandeuse d'emploi à Pole Emploi à  Marseille,  24 février 2015.
Une demandeuse d'emploi à Pole Emploi à Marseille, 24 février 2015. — (AP Photo/Claude Paris)

Mauvaise nouvelle pour les demandeurs d’emploiLes allocations chômage ne seront pas revalorisées au 1er juillet. Le Conseil d’administration (CA) de l’Unédic a échoué à se mettre d’accord sur un taux, selon des sources syndicales.

« Pas de revalorisation pour le 1er juillet », a annoncé Michel Beaugas, qui siège au CA pour Force ouvrière, une information confirmée par les représentants de la CGT et de la CFTC.

>> A lire aussi : Nouvelle baisse du nombre de demandeurs d’emploi en avril 2016

L’allocation minimale (28,67 euros par jour actuellement) et la partie fixe des allocations (11,76 euros par jour, auxquels s’ajoutent 40,4 % de l’ancien salaire brut) sont traditionnellement revalorisées au 1er juillet de chaque année. Elles l’avaient été de 0,3 % en 2015, de 0,7 % en 2014 et de 0,6 % en 2013.

Les syndicats réclamaient une revalorisation de 0,5 %

Lundi, lors du CA de l’Unédic, les syndicats ont réclamé unanimement une revalorisation de 0,5 %, tandis que le patronat proposait de ne pas augmenter les allocations, selon les trois sources. Ces deux propositions ont été soumises au vote : elles ont, toutes deux, récolté « 25 voix pour » et « 25 voix contre » et n’ont donc « pas été adoptées », a indiqué Michel Beaugas. « La décision est remise à une séance ultérieure », a-t-il ajouté.

>> A lire aussi : Les allocations françaises dissuadent-elles vraiment de reprendre un travail?

« Le patronat pousse le vice jusque-là, avec le culot de trouver comme excuse que le déficit est grandissant alors qu’il a fait échouer les négociations qui devaient le réduire », a fustigé Eric Courpotin, de la CFTC.

La renégociation des règles d’assurancechômage a échoué à la mi-juin, après le refus catégorique du patronat de moduler ses cotisations pour renchérir les contrats courts. Le gouvernement a immédiatement repris le dossier en main et a prolongé l’actuelle convention au-delà de son échéance initialement fixée au 1er juillet.