Accidents domestiques: Une campagne contre les risques de strangulation avec les cordons de rideaux

SOCIETE La Direction de la consommation (DGCCRF) s’associe à la campagne d’information mondiale lancée ce jeudi par l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE)…

Claire Planchard

— 

Illustration de rideaux dans un salon.
Illustration de rideaux dans un salon. — Dan Hallman/SUPERSTOCK/SIPA

Un cordon, une boucle, un enfant, et le drame. La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) lance ce jeudi une campagne de sensibilisation sur « les risques liés aux cordons de stores et rideaux » pour les enfants.

Un accident mortel en France en 2015

Objectif : rappeler au public que certaines habitations équipées de stores ou de rideaux dotés de cordons servant à les régler « peuvent engendrer un risque d’étranglement pour les enfants, surtout les plus jeunes, dans la mesure où ils peuvent former des boucles dans lesquelles ils sont susceptibles de se trouver entravés ».

Ces accidents peuvent également survenir lorsque « des lits ou des berceaux sont installés près des fenêtres où des cordons se trouvent à portée des enfants », avertit la DGCCRF.

« Si les données de Santé publique France n’ont révélé que trois accidents sur des enfants au cours des dernières années (2004-2014) rapportant des blessures relativement légères », la DGCCRF rappelle qu’en octobre 2015, un petit garçon de 3 ans est décédé accidentellement, étranglé par le cordon d’ouverture d’un store au domicile familial.

« Neutraliser le risque de boucle »

La DGCCRF conseille donc aux consommateurs d’installer notamment des taquets « pour neutraliser le risque de boucle » ou de vérifier « que les cordons se trouvent hors de portée » des enfants.

Cette campagne nationale qui se déroule du 23 au 30 juin s’inscrit dans le cadre des activités du groupe de travail dédié à la sécurité des produits non-alimentaires au sein de l’OCDE dont font partie 24 pays plus l’Union européenne.

Elle s’appuie sur une infographie diffusée sur les réseaux sociaux Facebook et Twitter avec le hashtag #SécuritéCordonsStores.