Union européenne: Le Parlement réclame 320.000 euros à Jean-Marie Le Pen pour un possible emploi fictif

FRAUDE Jean-Marie Le Pen est soupçonné d’avoir employé aux frais de l’UE un assistant parlementaire dont il ne peut fournir « la preuve du travail »…

20 Minutes avec AFP

— 

Jean-Marie Le Pen aurait un peu trop profité des services de l'UE.
Jean-Marie Le Pen aurait un peu trop profité des services de l'UE. — SARAH ALCALAY/SIPA

Jean-Marie Le Pen touché au porte-monnaie. Le Parlement européen réclame 320.000 euros à Jean-Marie Le Pen, soupçonné d'avoir employé aux frais de l'UE un assistant parlementaire dont il ne peut fournir «la preuve du travail», et a réduit ses indemnités d'eurodéputé, a-t-on appris mercredi de sources concordantes.

380.000 euros est également réclamée à Gollnisch

«Des mesures ont été prises il y a déjà un moment contre Jean-Marie Le Pen dans le cadre de l'enquête sur la politique d'embauche des assistants parlementaires du FN», le parti français d'extrême droite Front National dont il est l'ex-président, a affirmé un porte-parole du Parlement européen, confirmant une information de Challenges. «Mais nous ne pouvons pas entrer dans les détails,» a-t-il ajouté.

Une somme de 380.000 euros est également réclamée, pour des faits similaires, à Bruno Gollnisch, lui aussi député européen du Front National, a ajouté une source proche du dossier et «d'autres eurodéputés FN» devraient suivre.

Une enquête ouverte en 2015

Le parquet de Paris a ouvert en mars 2015 une enquête sur les salaires versés, sur des fonds européens, à une vingtaine d'assistants d'élus FN, soupçonnés d'avoir été employés de manière fictive au Parlement de Strasbourg.