Loi Travail: Environ 70.000 manifestants, selon la police, «plus de 200.000», pour la CGT

LIVE Revivez les événements autour de la manifestation de jeudi, finalement autorisée par le gouvernement...

La rédaction de 20 Minutes

— 

Manifestation contre la loi travail, le 23 juin 2016 sur la place de la Bastille à Paris
Manifestation contre la loi travail, le 23 juin 2016 sur la place de la Bastille à Paris — ALAIN JOCARD AFP

L’ESSENTIEL

  • La manifestation parisienne a fait le tour du bassin de l’Arsenal, près de Bastille, entre 14h20 et 16h, sans débordements
  • 113 interpellations dans toute la France 
  • Environ 70.000 manifestants ont défilé, selon la police, «plus de 200.000», pour la CGT

A LIRE AUSSI

Le récit d’un revirement gouvernemental en 5 actes

Revivre les événements de mercredi en direct

Comment le gouvernement va-t-il boucler cette loi explosive?

 

20h00: Ce live est désormais terminé. Merci de l'avoir suivi

19h53: Les manifestants qui ont défilé autour du bassin de l’Arsenal ce jeudi à Paris ne cachaient pas leur exaspération... Lire notre reportage ici

>> Loi Travail: A Paris, des manifestants sous haute-surveillance partagés entre colère et soulagement

 

19h05 : La manifestation à Paris s’est déroulée « dans des conditions optimales », ni casse ni heurts, selon Cazeneuve

Le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve s’est félicité des « conditions optimales », sans heurts ni casse, dans lesquelles s’est déroulée la manifestation controversée contre la loi travail jeudi à Paris.

« Il n’y a pas eu de casse, il n’y a pas du tout eu de heurts, il n’y a pas eu une grenade lacrymogène de lancée, il n’y a pas eu un blessé », a-t-il déclaré devant la presse, saluant la coordination entre les forces de l’ordre et les syndicats. Entre 19.000 (police) et 60.000 personnes (syndicats) ont défilé à Paris contre le projet de loi El Khomri, au terme d’âpres négociations sur le type de manifestation. Cent personnes ont été interpellées dans la capitale, essentiellement en amont du cortège.

18h38: « Plus de 200.000 manifestants » en France, selon la CGT

Les manifestations de jeudi contre la loi travail ont rassemblé «plus de 200.000 manifestants sur l'ensemble du territoire», a déclaré le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, sur RTL, tandis que les autorités ont fait état de 70.000 manifestants dans toute la France.

«La mobilisation, la détermination est toujours là», a assuré Philippe Martinez. Lors de la dernière journée de mobilisation comparable, le 26 mai, les estimations de la police et des syndicats oscillaient entre 150.000 et 300.000 manifestants au niveau national.

18h25: Arrestations et parcours sous contrôle dans la manifestation. Notre reportage vidéo, c'est ici

 

18h11 : Bilan : Environ 70.000 manifestants et 113 interpellations dans toute la France, selon les autorités

Quelque 70.000 personnes ont manifesté jeudi dans toute la France contre la loi travail et 113 ont été interpellées, dont cent à Paris, ont affirmé les autorités à l’AFP.

 

Il s’agit de l’une des mobilisations les moins fortes depuis le début de la contestation en mars, d’après ces chiffres. Outre les 19.000 à 20.000 manifestants parisiens recensés par la préfecture de police -- contre 60.000 selon les syndicats --, 50.000 personnes se sont mobilisées en province dans 120 rassemblements et défilés, a déclaré le porte-parole du ministère de l’Intérieur Pierre-Henry Brandet.

18h02: Les derniers manifestants sont lentement évacués de la place

 

17h55: La circulation a repris à Bastille, le cercle des manifestants se rétrécit

 

17h50: Un camion à eau se positionne place de la Bastille

 

17h38: Les manifestants restés place de la Bastille encerclée par la police

 

17h26: «Le plus important est que le droit de manifester est respecté», selon Martinez

 

17h15: Bastille est toujours occupé par des manifestants

 

17h02: ...Et cela occasionne quelques soucis

 

16h58: La police permet à la circulation de reprendre à Bastille...

 

16h52: Les journalistes interpellés toujours retenus par la police

 

16h50 : Ça chauffe toujours gare de Lyon

 

16h36: La manifestation s'achève à Bastille

 

16h31: Les 130 manifestants retenus dans une ruelle à Rennes sortent au compte-gouttes

 

16h30: Cazeneuve a proposé «personnellement» l'interdiction des manifestations

«J'ai pris la responsabilité personnellement et j'en ai rendu compte au Président de la République et au Premier ministre de proposer l'interdiction de ces manifestations», a indiqué le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, en réponse à une question du sénateur Roger Karoutchi (Les Républicains). Il faisait allusion aux manifestations du 23 et 28 juin.

16h28: Une manifestation sauvage vers la gare de Lyon

 

16h27: Au-dessus de la manifestation en 360°

 

16h22: Echarpes et foulards à récupérer

 

16h20: Les forces de police aussi commencent à quitter le parcours

 

16h17: Entre 19.000 et 20.000 manifestants à Paris selon la police

16h12: Une manifestation parallèle en discussion

 

16h11: Un deuxième tour...dans l'autre sens

 

16h10: 130 manifestants bloqués par la police à Rennes

 

16h05: Quelques précisions sur les journalistes interpellés

 

15h55: Nuit Debout aussi est représenté

 

15h51: Les images de la manifestation qui tourne en rond

 

15h48: Le nombre d'interpellés à Paris augmente, 95 désormais

Une centaine de personnes, 95 exactement, ont été interpellées à Paris, à l'occasion de la manifestation contre la loi travail.

Les personnes interpellées ont été conduites au commissariat pour un contrôle d'identité, a indiqué la préfecture de police (PP), sans préciser si certaines avaient été placées en garde à vue.

15h35: 60.000 manifestants à Paris selon les syndicats

FO et la CGT ont fourni un premier décompte du nombre de manifestants à Paris : 60.000 selon eux.

Le 26 mai, les organisateurs avaient annoncé 100.000 manifestants à Paris, à l'appel de l'intersyndicale CGT, FO, FSU, Solidaires, Unef, UNL et Fidl. Ils avaient revendiqué un million de manifestants le 14 juin dans la capitale, pour la seule manifestation nationale organisée depuis le début de la fronde contre la loi travail début mars.

15h34: Certains veulent quand même faire une deuxième navette Bastille-Bastille

 

15h31: Une manifestation improvisée place de la Bourse

De l'autre côté de Paris, une centaine de personnes se sont réunies avec une banderole noire devant le palais Brongniart, place de la Bourse.

 

15h25: Pas de second tour du bassin de l'Arsenal

 

15h22 : Ça chante plus fort encore

 

15h20: A Rennes, 1500 manifestants selon la préfecture, 3000 pour la CGT

De nombreuses dégradations - tags et bris de vitrines, poubelles brûlées devant le commissariat - ont été commises à Rennes, alors que la manifestation a rassemblé 1500 personnes selon la préfecture et 3000 selon la CGT.

Le cortège syndical a défilé de midi à 13h30, précédé de quelques 300 jeunes dont certains encagoulés, qui ont peint de nombreux tags. Puis une «manifestation sauvage» de près d'un millier de personnes a poursuivi, hors parcours déclaré, son défilé dans les rues, en début d'après-midi.

 

15h05 : Mise à jour, la préfecture annonce 85 interpellations

15h03: Il n'y a pas que le tracé qui est original, les chansons aussi

 

15h00: Un premier tour Bastille-Bastille a été effectué, un canon à eau se met en place

 

14h52: Les conditions du défilé agacent les manifestants

 

14h50: Vingt-cinq personnes interpellées

Vingt-cinq personnes ont été interpellées, notamment pour détention d'objets pouvant servir de projectiles, en amont de la manifestation qui a commencé à Bastille à 14h20, selon la préfecture de police.

 

14h41: Pendant ce temps, à Rennes...

 

14h39: Le Parti de Gauche est représenté

 

14h37: Le cortège avance vite (ou le trajet est court, c'est selon)

 

14h33: Cécile Duflot trouve que la préfecture a «disjoncté» sur l'organisation

 

14h30: Le cortège s'est mis en marche à Bastille

 

14h26: Les contrôles de police sont extrêmement strictes à Bastille

 

14h25: La situation se tend à Rennes, où un cortège de 500 personnes défile encore

>> A lire aussi : Loi Travail: Manifestation sauvage dans les rues de Rennes

 

14h21: Deux journalistes indépendants interpellés

Les reporters indépendants Gaspard Glanz et Alexis Kraland ont été embarqué dans un fourgon de police. Le premier a filmé une partie du trajet en Periscope.

 

14h18: Philippe Martinez demande de la «politesse» à François Hollande

 

14h06: Jean-Luc Mélenchon en tête de cortège

 

14h : Voici plus de précisions sur les 18 personnes interpellées

Quelques minutes avant le début de la manifestation, 18 personnes ont été interpellées, notamment pour détention d’objets pouvant servir de projectiles, selon la préfecture de police de Paris.

Sur les 18 interpellations, une concerne une détention prohibée de stupéfiants, une autre une personne interdite de participer au défilé. Une centaine de personnes font l’objet d’une telle « interdiction de paraître », avait affirmé mercredi le préfet de police Michel Cadot. Il n’a pas été précisé dans l’immédiat si certains interpellés ont fait l’objet d’un placement en garde à vue.

13h56: « C'est pas une manif c'est un zoo »

 

13h52 : Les foulards aussi sont interdits. Suivez notre journaliste Hélène Sergent présente sur place

 

13h45: 18 personnes interpellées après des fouilles

La police indique que 18 personnes ont déjà été interpellées après des fouilles. Parmi elles, une personnes, qui avait été interdite de manifestation, a été arrêtée, rapporte France Bleu. 

 

13h15: Des barages et des fouilles 

 

13h11: Le port du casque est interdit aux journalistes

 

12h46: Beaucoup de manifestants à Bordeaux également

 

12h38: Le cortège est en marche à Rennes

 

12h30: François Hollande: « Nous irons jusqu'au bout » sur la loi Travail

« Sur ce projet de loi, nous irons jusqu'au bout, parce que c'est essentiel de [...] permettre aux entreprises de pouvoir embaucher davantage, permettre que nous ayons davantage de formation pour ceux qui sont les plus éloignés de l'emploi, davantage d'embauches avec des contrats à durée indéterminée », a affirmé François Hollande, à l'occasion de l'inauguration d'un centre social dans le 18e arrondissement de Paris.

12h23: Les abribus aussi ont été préparés au passage des manifestants

 

12h12: Solidaires dénonce la possession de grenades de désencerclement par la police

Solidaires a dénoncé la décision de la préfecture de police de Paris d'équiper, pour les manifestations, les forces de l'ordre de grenades de désencerclement, dont l'usage «frénétique» depuis le début de mouvement contre la loi travail a fait des «centaines de blessés».

«La réponse à la contestation face à son projet de régression sociale n'est que policière», a regretté dans un communiqué le syndicat, qui va défiler à partir de 14 heures à Bastille avec six autres syndicats (CGT, FO, FSU, Unef, UNL, FIDL).

 

12h03: Suivez notre journaliste Jérôme Gicquel à la manifestation rennaise

 

11h57: Méthode radicale pour inciter à manifester à Marseille

 

11h53: Le pont d'Avignon aux couleurs de la CGT

 

11h50: Le port de Santes (Nord) bloqué depuis 4h30 par des opposants à la loi Travail

 

11h45: La survivante d'Oradour Camille Senon défile à Limoges

A lire aussi: Par solidarité avec les opposants à la loi Travail, elle refuse l'Ordre national du mérite

11h40: A Caen, Clermont-Ferrand et Bayonne

 

11h30: La manifestation va démarrer à Rennes

 

11h15: C'est parti aussi à Clermont-Ferrand, Avignon, Rouen et Bayonne

 

11h10: Les manifestants se sont rassemblés sur le Vieux-Port à Marseille

 

11h05: A Rennes, la manifestation démarrera à 11h30

 

10h55: Les défilés commencent en province

 

10h50: Un « épouvantable fiasco » selon le DG de Les Républicains

«Oui, (François Hollande, Manuel Valls et Bernard Cazeneuve) ont eu raison d'autoriser» la manifestation parisienne, a déclaré le directeur général du parti Les Républicains Frédéric Péchenard sur Europe 1.

Mais la séquence de mercredi, avec l'annonce par la préfecture de police de Paris de l'interdiction de la manifestation avant le compromis trouvé à la mi-journée sur un parcours autour du bassin de l'Arsenal, est un «épouvantable fiasco». «C'est la suite de ce qui se passe depuis plusieurs mois dans notre pays». «Ca fait trois mois qu'on laisse les casseurs casser à Paris, à Rennes», s'est-il indigné.

«Si on en arrive à ce qu'un gouvernement de gauche, l'année anniversaire du Front populaire, interdise une manifestation de la CGT, qu'on y réfléchisse trente secondes : on est chez les dingues !», s'est exclamé Frédéric Péchenard.

 

10h31: Les préparatifs continuent pour accueillir les manifestants

 

10h15: Le parcours de la manifestation commence à être encadré par la police

 

10h11: Des manifestants CGT font une opération péage gratuit à Bandol (Var)

 

10h05: Pour Laurent Berger de la CFDT, il serait «inacceptable» que le gouvernement cède sur la primauté des accords d'entreprise

 

9h36: Mailly: Hollande doit «prendre une responsabilité»

Dans «les conflits importants qu'on a connus, je pense au conflit de 2006 sur le CPE, à un moment donné, même si ce n'est pas le président en tant que tel, c'est au niveau de l'Élysée que ça s'est réglé», a déclaré le secrétaire général de Force ouvrière Jean-Claude Mailly sur Europe 1 ce jeudi.

«C'est le président de la République, c'est à lui à un moment donné de prendre une responsabilité», a-t-il insisté en réitérant ses critiques à l'encontre d'un Premier ministre avec lequel «il n'y a pas de réelle discussion».

 

9h18: « La gauche hésite à réprimer des manifestants qui sont de gauche », estime Claude Guéant

 

9h13: Evacuation devant le campus d’innovation en micro et nanotechnologies de Grenoble

 

9h09: Martinez veut « changer la colonne vertébrale du texte »

8h58: Martinez déplore l'attitude de Valls

Et le secrétaire général de la CGT de déplorer les demandes envoyés au Premier ministre pour organiser une réunion restées sans réponse.

8h52: Martinez condamne de nouveau les agissements des casseurs

8h38: L’eurodéputé Yannick Jadot exige une pause de la réforme

Les réactions politiques continuent de pleuvoir, quelques heures avant le début du défilé.

Yannick Jadot demande « une pause », quand Eric Coquerel, coordinateur politique du parti de gauche, exige son retrait.

8h13: Des syndicats investissent le pont de Normandie

L'intersyndicale CGT, FIDL, FO, FSU, Solidaires, UNEF, UNL du Havre (Seine-Maritime) reste mobilisée. Avant la manifestation qui s'élancera à 10h30 dans les rues du Havre, les militants sont réunis depuis 7h d'un bout à l'autre du pont de Normandie, près du Havre, où ils font passer gratuitement les automobilistes, rapporte Normandie Actu. L'opération dure jusqu'à 9 heures.

 

7h45: Des filtrages mis en place pour éviter les casseurs

« Les moyens sont mis, il y aura un filtrage pour éviter les casseurs », a fait savoir le secrétaire général adjoint et porte-parole du syndicat de policiers Unité SGP Force Ouvrière Nicolas Comte.

 

7h35: La volte-face gouvernementale taclée par Sarkozy

L’ancien chef de l’Etat a dénoncé l'« impuissance » du gouvernement et son manque de « fermeté » face à la CGT alors que la manifestation a finalement été autorisée.

Selon le président de Les Républicains, « plus personne n’y comprend rien, il n’y a plus d’autorité dans le pays ». Nicolas Sarkozy qui estime que « c’est la CGT qui menace et c’est la CGT auquel le gouvernement obéit ».

Pour l’ancien chef de l’Etat, le gouvernement a « perdu le contrôle sur la situation » et « manque de fermeté ».

7h31: Le parcours raillé par les internautes

Le parcours, qui peut être bouclé en un quart d’heure sans courir d’après Google Maps, se cantonne au quartier de la Bastille. La petitesse du tracé a, sans surprise, fait réagir la toile qui s’est rapidement emparée du sujet avec humour.

 

7h23: Pour ceux qui n'auraient pas tout suivi, 20 Minutes fait le point

Tracé du parcours, mesure sécurité, perturbations possibles dans les transports... La rédaction a tout compilé ici 

7h20: Un plus grand parcours aurait représenté « un plus grand danger », estime Luc Poignant

Luc Poignant, représentant du syndicat de policiers Unité SGP Force Ouvrière, a salué l’accord trouvé entre syndicats et gouvernement. « Sécuriser un petit parcours est beaucoup plus facile que de sécuriser un grand ». Un grand parcours représenterait « un plus grand danger », a-t-il estimé au micro de France Info.

Le syndicaliste a également appelé les services d’ordre des centrales syndicales à « travailler en parfaite collaboration et en étroite collaboration avec les services de police ». Luc Poignant estime en effet que si ce n’est pas le cas, cela risque de provoquer un « cafouillage regrettable ».

7h02: Plus de 2.000 policiers sont mobilisés

Un important dispositif de sécurité a été annoncé hier. Hormis les forces de l’ordre qui sécuriseront la manifestation à Paris, des mesures d'« interdictions de paraître » ont été prises contre « une centaine de personnes », a annoncé le préfet de police de Paris.